Un père texan craint qu’une décision relative à la garde de son fils de 10 ans n’entraîne sa castration chimique

Jeff Younger préférerait finir en prison plutôt que de porter un préjudice à son fils
Par Darlene McCormick Sanchez
28 septembre 2022 10:40 Mis à jour: 28 septembre 2022 10:40

Un père texan impliqué dans une bataille de garde très médiatisée craint qu’une décision de justice rendue cette semaine permette à son ex-femme de déménager en Californie et de transformer médicalement son fils de 10 ans en fille.

Jeff Younger, qui vit dans la région de Dallas, a déclaré à Epoch Times le 23 septembre qu’il contesterait la décision rendue le 21 septembre par Mary Brown, juge du district de Dallas, et qu’il continuerait à se battre pour son fils, James.

Les parents ont été engagés dans une bataille pour la garde de James pendant la majeure partie de sa vie. La mère, Anne Georgulas, a commencé à s’interroger sur le sexe de James lorsqu’il était tout petit. Elle affirme que, dès son plus jeune âge, James a choisi de s’identifier à une fille, a voulu porter des robes et a fini par vouloir se faire appeler Luna.

Elle a fini par faire passer le garçon en transition sociale et l’a présenté à l’école comme une fille. L’école a soutenu cette démarche après la séparation du couple.

Jeff Younger a accusé son ex-conjointe d’avoir conduit leur jeune enfant à une transition sociale avant qu’il ne puisse comprendre le concept ou ses implications. Il a déclaré que James rejetait le fait d’être une fille et ne portait pas de robes lors des périodes de garde paternelles après la séparation.

Des manifestants dans le centre-ville de Los Angeles s’expriment sur les complications liées aux opérations de « réassignation de genre », le 12 mars 2022. (John Fredricks/Epoch Times)

« J’avais une robe chez moi, mais il l’a jetée à la poubelle au milieu de la nuit quand il pensait que je ne regardais pas », a déclaré Jeff Younger.

Jeff Younger craint que son ex-femme ne fasse maintenant subir à James une transition médicale. Il dit que les documents qu’il a obtenus au cours de la procédure judiciaire montrent qu’elle a emmené James chez un thérapeute qui a recommandé à la famille d’« envisager » la transition de genre à la clinique médicale Genecis, basée à Dallas.

Jeff Younger a l’intention de déposer un sursis d’urgence en réaction à l’ordonnance du tribunal du 21 septembre. Il demandera qu’un précédent verdict du jury, accordant la garde à parts égales et sans pension alimentaire, soit réaffirmé.

La juge Mary Brown, une démocrate libérale siégeant au tribunal du 301e district du Texas, a décidé que l’ex-femme de Jeff Younger pouvait déplacer James et son frère jumeau, Jude, n’importe où sur le territoire continental des États-Unis. La juge a affirmé que sa décision était motivée par la « sécurité et le bien-être » des jumeaux.

L’ordonnance stipule également que M. Younger doit prévoir des visites parentales supervisées dans le comté et l’État où résident les enfants.

Dans sa décision, la juge « ordonne » à la mère de ne pas révéler au père des garçons l’endroit où ils se trouveront à l’avenir. Et la juge l’a autorisée à demander de nouveaux passeports.

Mme Georgulas, pédiatre dans la région de Dallas, a indiqué au début du mois qu’elle avait l’intention de déménager en Californie, selon Jeff Younger.

Le gouverneur de la Californie, Gavin Newsom, s’exprime sur scène lors de la 2022 Code Conference de Vox Media à Beverly Hills, en Californie, le 7 septembre (Jerod Harris/Getty Images).

Selon une explication de la commission des règles du Sénat californien, ce déménagement aura des conséquences importantes. En effet, les parlementaires californiens ont adopté un projet de loi promulguant « diverses garanties contre l’application des lois d’autres États » qui « interdirait aux personnes d’obtenir des soins d’affirmation du genre légaux en Californie ». Le projet de loi a été déposé sur le bureau du gouverneur Gavin Newsom le 9 septembre et, s’il ne fait pas l’objet d’un veto, il aura force de loi.

La législation interdirait aux prestataires de soins médicaux de divulguer des informations en réponse à des procès intentés dans d’autres États qui s’opposent aux soins « d’affirmation du genre » pour les enfants. Elle interdirait également à l’État de Californie et à la police locale d’arrêter ou d’extrader une personne pour avoir violé les lois d’autres États en matière de traitement.

« Dès qu’elle sera là-bas pendant un an, mes fils deviendront citoyens de Californie », explique Jeff Younger. « Et alors il deviendra légal pour eux de castrer James. Donc ils le castreront chimiquement. »

En 2021, la juge Brown a retiré à Jeff Younger la plupart de ses droits parentaux, donnant la garde complète dans une ordonnance temporaire à Anne Georgulas, après le retard de paiement de Jeff Younger de la pension alimentaire pour enfants, du soutien médical et des intérêts, comme ordonné. Ensuite, il n’a payé sa pension alimentaire en retard qu’après le dépôt de la motion d’exécution, selon la décision de la juge.

Jeff Younger pense que la nouvelle loi californienne permettra à son ex-femme de contourner une précédente décision de justice du Texas empêchant l’un ou l’autre des parents de traiter l’enfant avec une thérapie de suppression hormonale, des bloqueurs de puberté ou une chirurgie de réassignation transgenre sans le consentement des deux parents ou une décision de justice.

Dans son jugement du 21 septembre, Mme Brown a signalé que M. Younger n’avait pas tenu compte de ses instructions concernant les séances de thérapie et qu’il n’avait pas vu ses enfants au cours des 13 derniers mois.

Jeff Younger explique qu’il n’était pas autorisé à voir ses enfants individuellement, et qu’il devait les voir ensemble. La juge lui a ordonné de payer des centaines de dollars pour chaque visite supervisée. Elle lui a également ordonné de ne pas changer la robe de James lors de ses visites, ce que Jeff Younger a refusé de faire.

« J’ai dit au juge que je suis prêt à aller en prison pour ça », confie Jeff Younger. « Je ne fais pas de mal à mon fils. »

Le tribunal a également émis une ordonnance de bâillon contre Jeff Younger, lui interdisant de parler aux médias. Il l’a défié.

Jeff Younger estime que les visites surveillées ordonnées par le juge étaient « un coup monté », afin que l’observateur puisse faire des rapports défavorables sur son refus d’appeler le garçon Luna.

« Nous avons atteint un point de despotisme absolu dans les tribunaux du Texas », constate Jeff Younger. Au printemps, il avait brigué sans succès le poste de représentant de l’État sur la question de rendre la transition de genre illégale pour les mineurs. « C’est directement la faute de l’assemblée législative du Texas contrôlée par les républicains », ajoute-t-il, notant que les tentatives d’adoption d’une telle loi en 2021 ont échoué.

Contactée par Epoch Times, Mme Georgulas a refusé de commenter le jugement ou ses projets de déménagement.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.