Une étude britannique dit que les taux d’infection par le virus du PCC sont 3 fois moins élevés chez les personnes vaccinées 2 fois

Par Lily Zhou
9 août 2021 01:31 Mis à jour: 9 août 2021 01:31

L’analyse de récents prélèvements sur écouvillon en Angleterre suggère que les personnes entièrement vaccinées sont 3 fois moins susceptibles d’avoir un test positif pour le Covid-19 que les personnes non vaccinées, a dit le gouvernement britannique.

L’étude REal-time Assessment of Community Transmission study-1 (REACT-1), soutenue par le gouvernement, a publié son dernier rapport mercredi.

Le rapport préliminaire (pdf), qui n’a pas encore fait l’objet d’un examen par les pairs, dit que la prévalence parmi les personnes qui ont déclaré ne pas être vaccinées était 3 fois plus élevée que celles qui ont déclaré être entièrement vaccinées, mais que 44 % des infections sont survenues chez des personnes entièrement vaccinées.

L’étude REACT-1, l’une des plus grandes études anglaises sur les infections par le virus du PCC (Parti communiste chinois), teste entre 120 000 et 180 000 personnes chaque mois.

Le rapport du cycle 13 est basé sur les données de 98 233 volontaires prélevées entre le 24 juin et le 12 juillet.

Au total, 527 personnes (0,63 % ou une personne sur 160) ont été testées positives au virus PCC, ce qui signifie que le gène E et le gène N ont été détectés dans un échantillon ou que le gène N a été détecté avec une valeur de seuil de cycle (Ct) inférieure à 37.

Les données suggèrent que la prévalence chez les participants non vaccinés était de 1,21 %, soit 3 fois plus que la prévalence chez les participants vaccinés (0,4 %).

Le rapport dit que parmi tous les tests positifs, la valeur médiane du Ct (le nombre de cycles nécessaires pour amplifier le signal viral) était de 27,6 pour les participants vaccinés et de 23,1 pour les participants non vaccinés, ce qui suggère que les personnes vaccinées sont moins susceptibles de transmettre le virus à d’autres personnes.

Le rapport dit que l’efficacité du vaccin contre l’infection chez les 18-64 ans est estimée à 49 %.

Lorsque seuls les « positifs forts » sont pris en compte (valeur seuil du cycle < 27), l’efficacité estimée du vaccin passe à 58 %.

La prévalence varie également en fonction de l’ethnie, de la taille du ménage et de la région.

La prévalence la plus élevée concerne l’ethnie d’origine africaine, avec 1,21 %, contre 0,59 % pour l’ethnie blanche. La prévalence parmi les ménages de 6 personnes ou plus était de 1,35 %, tandis que les ménages de 1 ou 2 personnes avaient une prévalence de 0,44 %. La prévalence dans les quartiers les plus pauvres était de 0,82 % alors qu’elle était de 0,48 % dans les quartiers les plus aisés.

Le professeur Paul Elliott, directeur du programme REACT de l’École de santé publique de l’Université impériale, a dit que les résultats confirment que « les deux doses d’un vaccin offrent une bonne protection contre l’infection ».

« Toutefois, nous pouvons également constater qu’il existe toujours un risque d’infection, car aucun vaccin n’est efficace à 100 %, et nous savons que certaines personnes doublement vaccinées peuvent toujours tomber malades à cause du virus », a-t-il ajouté.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.