Visite de Xi Jinping en Europe : le PCC espère diviser l’Occident

Par Alex Wu
4 mai 2024 15:31 Mis à jour: 5 mai 2024 09:33

Le ministère des Affaires étrangères du régime communiste chinois a récemment annoncé que le dirigeant du Parti communiste chinois (PCC) au pouvoir, Xi Jinping, se rendrait dans trois pays européens du 5 au 10 mai. C’est la première visite de Xi Jinping en Europe depuis cinq ans.

Pour les chercheurs taïwanais Lai Rongwei et Wang Guo-chen, le PCC veut diviser l’Europe et les États-Unis, et veut utiliser l’économie pour séduire et contrôler l’Europe.

Ce voyage intervient dans un contexte de tensions commerciales accrues entre la Chine et l’Union européenne (UE), cette dernière menant une série d’enquêtes sur les subventions d’État accordées par le PCC aux entreprises chinoises, qui concurrencent leurs rivales européennes.

Les trois pays dans lesquels Xi doit se rendre sont la France, la Hongrie et la Serbie.

La France est considérée comme un maillon faible de l’UE, car elle attache une grande importance à son commerce avec la Chine.

A titre de comparaison, la Hongrie est le pays de l’UE le plus favorable au PCC, et la Serbie la plus fidèle sympathisante du régime chinois.

Le Premier ministre hongrois Orban et le président serbe Vucic font partie des quelques dignitaires européens qui ont assisté au forum du sommet « la Ceinture et la Route » à Pékin en octobre dernier.

En ce qui concerne les raisons de la visite de Xi dans ces trois pays, M. Lai, PDG de l’Association pour l’inspiration de Taïwan (TIA), a déclaré au journal Epoch Times : « Le PCC veut instaurer la désunion au sein des pays européens et veut même semer la discorde entre l’Europe et les États-Unis. Il s’en servira ensuite pour briser les mesures d’isolement américaines à l’encontre de la Chine ».

Selon lui, Xi « a l’intention de resortir sa vieille tactique de chantage économique ».

Les États-Unis essayent de soutenir publiquement les pays qui sont pris en tenailles par le Parti communiste chinois, et leur fournissent des aides économiques. Ces dernières années, le département d’État américain a redoublé d’efforts pour conseiller les pays afin qu’ils élaborent des stratégies leur permettant de réduire leur dépendance à l’égard de la Chine et de répondre aux menaces du PCC, en particulier après les représailles exercées par le PCC contre la Lituanie en raison de son soutien à la souveraineté de Taïwan en 2020. Cette année, les États-Unis ont aidé les Philippines à élargir leur marché d’exportation et à rechercher d’autres ressources pour soutenir leur production agricole et réduire leur dépendance économique à l’égard de la Chine, alors que les tensions avec Pékin se sont aggravées en raison des différends en mer de Chine méridionale.

M. Lai estime que les conseils du département d’État américain aux autres pays montrent au monde que les États-Unis peuvent apporter leur aide si un pays est soumis à des pressions économiques exercées par le Parti communiste chinois. « Il s’agit d’un niveau stratégique très élevé pour aider les alliés à empêcher la Chine de mener des actions qui pourraient compromettre la paix dans la région », a-t-il déclaré.

Selon M. Lai : « Cette série d’actions prouve que les États-Unis et les pays européens savent que [le PCC] utilise des moyens économiques pour créer des climats hostiles. Seuls quelques pays européens économiquement faibles ont besoin de ces échanges économiques avec la Chine ».

Wang Guo-chen, chercheur adjoint à l’Institut Chung-Hua pour la recherche économique à Taïwan, a déclaré à Epoch Times : « La confrontation unilatérale initiale entre les États-Unis et la Chine s’étend maintenant lentement à l’UE et au Japon afin de contrer conjointement le chantage économique de la Chine continentale, par le biais de guerres tarifaires classiques ou via l’interdiction de la vente de certaines technologies à la Chine, et s’élève désormais au niveau de la sécurité économique. »

Zhang Hong et Luo Ya ont participé à la rédaction de cet article.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

EN CE MOMENT