Le Washington Post fait marche arrière sur le piratage ciblant l’installation du Vermont

Le Washington Post a retiré son histoire affirmant que des pirates russes ont tenté de percer une brèche dans une installation prés de Burlington, Vermont. La semaine dernière, l’article affirmait que des pirates russes avaient infecté le réseau américain avec des logiciels malveillants.

Cependant, selon une note de la rédaction attaché à la première histoire, « les autorités affirment qu’il n’y a aucune indication, selon laquelle, jusqu’à présent [les russes aient infiltré le réseau électrique américain] ». « L’ordinateur de Burlington Electric piraté n’était pas lié au réseau », précisait-elle.

Dans un autre article plus tardif, le Post a rapporté que les autorités américaines persistaient dans leur enquête sur un ordinateur portable qui aurait été infecté. Vendredi dernier, un employé du Département de Burlington Electric contrôlait son compte mail Yahoo et a déclenché une alerte indiquant que son ordinateur était connecté à une adresse IP abrégée associée à une opération de piratage russe qui aurait infiltré le Parti Démocratique lors des élections.

CNN a aussi cité les responsables de Burlington Electric, qui ont annoncé que l’ordinateur infecté n’était pas connecté aux systèmes de contrôle du réseau. « Nous avons immédiatement isolé la machine, l’avons retiré du réseau, alerté les autorités fédérales et commencé à travailler avec eux, » a déclaré Neale Lunderville, directeur général de Burlington Electric

Les autorités américaines ont déclaré à la centrale électrique que l’adresse IP se trouvait ailleurs aux États-Unis et suggéré que « la compagnie n’était pas ciblée par les russes, » a écrit le Post, ajoutant que les dégâts devraient être « bénins ».

« L’opacité de l’information souligne les difficultés auxquelles font face les autorités alors qu’ils tentent de déraciner Grizzly Steppe et partagent avec le public leurs découvertes sur la façon dont fonctionne l’opération. » a précisé le Post.

Le reportage a déclenché une controverse parmi les dirigeants du Vermont, Peter Shumlin, gouverneur du Vermont, accusant le Président russe Vladimir Poutine d’être un « voyou ». « Les résidents du Vermont et tous les américains devraient être alarmés et scandalisés que l’un des voyous dirigeant, Vladimir Poutine, ait tenté de pirater notre réseau électrique, sur lequel nous dépendons pour soutenir notre qualité de vie, notre économie, notre santé et notre sécurité, » a déclaré Shumlin.

Suppléments par Revcontent

Version anglaise: Washington Post Walks Back Russian Hacking Report

 

 
VOIR AUSSI