Epoch Times sous le feu de cyberattaques probablement chinoises

NEW YORK – Le quartier général d’Epoch Media Group, à New York, fait l’objet de cyberattaques à grande échelle depuis près d’un mois. Le but semble de perturber son utilisation quotidienne et de voler des informations sensibles. Selon le personnel technique, les attaques sont similaires aux attaques précédentes orchestrées par des pirates informatiques en Chine.

Les attaques ont commencé peu après que les trois média d’Epoch Times Group : Dajiyuan, Epoch Times et New Tang Dynasty Television (NTD) –  ont lancé en janvier une série d’articles et d’émissions consacrés à l’histoire  du communisme. Les attaques des pirates ont été  synchronisées avec ces articles et émissions qui pourraient être considérées comme « politiquement sensibles » par le régime chinois.

Dajiyuan et NTD font parties des rares entreprises de médias en langue chinoise, indépendantes du gouvernement chinois, offrant une couverture non censurée de l’actualité  sur la Chine. Ils ont largement couvert les atrocités ayant cours dans ce pays, y compris les prélèvements d’organes sur des prisonniers de conscience. Pendant des années, le régime chinois a fait pression sur les publicitaires annonçant dans Epoch Times Group, menaçant de leur couper les sources de financement.

Les sites Web de Dajiyuan et Epoch Times ont été ciblés pour la première fois dans la matinée du 7 février avec des attaques par déni de service (DDoS), a déclaré un technicien en informatique de NTD lors d’une interview. La cyberattaque, qui a duré plusieurs jours, a empêché les visiteurs d’accéder correctement aux sites Web.

Au cours des semaines suivantes, Epoch Media Group a subi des attaques similaires mais de moindre ampleur visant à perturber les communications internes de l’entreprise.

Puis, dans la nuit du 1er mars, les serveurs des journaux et de la chaine de télévision NTD ont subit  une autre puissante attaque DDoS. Selon le technicien, cette attaque visait à voler le code source et d’autres informations sensibles, ainsi que d’interrompre la diffusion de programmes de cette chaine de télévision.

Les pirates ont continué à varier les formes de leurs  attaques et semblait les lançaient à partir de serveurs publics et d’ordinateurs  zombies. Selon le même technicien, l’ampleur massive de la cyberattaque suggère qu’elle ne provenait pas de pirates individuels ou d’une équipe, mais plutôt d’une opération basée sur les ressources d’un État. Comme à chaque fois, le seul suspect logique est la Chine.

Jusqu’à présent, les pirates n’ont pas réussi à voler des informations ou à avoir accès à des communications internes du groupe. « L’équipe technique s’est efforcée de s’assurer que l’entreprise fonctionne normalement », a confié le technicien.

Des journalistes ont également été visés par des tentatives de phishing.

Le 22 février, Joshua Philipp, journaliste et expert en sécurité nationale d’ Epoch Times, a reçu une alerte sur une tentative de connexion à son compte Facebook à partir d’un ordinateur à Shanghai.

LIRE AUSSI:

 Puis, le 2 mars, ce journaliste basé à New York, a reçu une alerte Dropbox l’informant qu’un ordinateur à Los Angeles avait eu accès à son compte. La veille, il avait publié un article indiquant que le consulat chinois était derrière les manifestations contre le Dalaï lama organisées en juin dernier à l’Université de Californie à San Diego, pointant le lien entre certains étudiants et le consulat chinois. Le dalaï lama, le leader spirituel tibétain en exil, est une des principales cibles de la subversion et de la censure du régime chinois.

« Le piratage informatique doit être vu dans un contexte plus large que les seules attaques contre Dajiyuan, Epoch Times et New Tang Dynasty Television », a déclaré Joshua Philipp dans une interview. « Le gouvernement chinois vise à perturber tous nos réseaux, ainsi que le travail des journalistes qui les exposent. »

Stephen Gregory, rédacteur de l’édition anglaise d’Epoch Times aux États-Unis, souligne: « Les attaques sur notre serveur Internet ont commencé juste après la publication d’une nouvelle série d’articles sur le Parti communiste. La force et la persistance de ces attaques  montrent à quel point  le régime chinois craint une discussion ouverte et honnête sur le communisme et son héritage.»

Au moment de la rédaction de cet article, Epoch Media Group restait toujours la cible de cyberattaques.

« Nous avons contacté le gouvernement fédéral des États-Unis au sujet de ces attaques informatiques  », explique Stephen Gregory, ajoutant :  « Il est inacceptable qu’un gouvernement étranger essaye de faire taire la presse libre aux États-Unis. »

Version anglaise : NY News Epoch Times Inundated With Cyberattacks Believed to Be From China

 
VOIR AUSSI