10 textes incroyables venant de notre lointain passé

On dénombre littéralement des milliers de textes anciens ayant survécu jusqu’à nos jours. Saisissants non seulement sur le fond, ils le sont aussi bien souvent sur la forme: par exemple, gravés dans du basalte ou du cuivre, ou encore utilisant une encre constituée de matériaux nobles comme l’or ou des pierres fines broyées.

Étant difficile d’en sélectionner un plus que les autres, le présent article en évoque une dizaine, qui, en plus de nous plonger dans le quotidien de nos ancêtres, bonifie notre connaissance des temps anciens.

1. Les manuscrits de Dunhuang

Paul Pelliot examinant des manuscrits dans les caves de Mogao (cave 17). (Musée Guimet/Wikimedia Commons)
Sutra de la grande vertu de la sagesse, un manuscrit chinois du 5e siècle. Écrit sur soie, il a été ramené des caves Mogao au cours de la mission Pelliot, et est désormais stocké à la Bibliothèque Nationale de France. (Wikimedia Commons)

Les manuscrits de Dunhuang constituent un corpus de 20 000 rouleaux, trouvés dans les caves Mogao, à Dunhuang. Ils sont datés du 5e au 11e siècle de notre ère, et sont restés stockés dans une chambre scellée pendant presque 900 ans. La pièce fut découverte au cours de la restauration des statues d’une des grottes. Placés sous responsabilité d’un ermite taoïste peu conscient de la valeur de ces documents, une grande partie de ce trésor fut vendu à des explorateurs occidentaux, dont Paul Pelliot.

Bien qu’ils contiennent essentiellement des textes bouddhistes, d’autres textes sacrés y sont aussi présents, entre autre taoïstes, nestoriens, ou manichéens. On note aussi la présence de documents traitant de diverses sciences et arts communs, comme les mathématiques, l’histoire, l’astronomie ou encore la littérature.

La présence significative de littérature folklorique au sein du recueil fournit un très bon aperçu du quotidien du peuple et de ses interactions avec le reste de la société, le gouvernement, et aussi des dynamiques familiales, ou des relations entre amis.

2. Le Kangyour

Du 6e au 8e siècle de notre ère, le Bouddhisme s’est progressivement installé dans les régions montagneuses de l’Ouest chinois; les enseignements du Bouddha furent transcrits en tibétain, mais il fallu attendre le 14e siècle pour que la compilation de ces écrits soit enfin complète.

Il en résulta le canon Bouddhiste tibétain, regroupant deux parties: le Kangyour (« Traductions des paroles du Bouddha ») et le Tanjur (« La traduction des commentaires », un recueil des commentaires d’érudits indiens sur les enseignements du Bouddha, traduit en tibétains), et qui fut largement disséminé à travers le Tibet.

L’une de ces copies du Kangyour, unique en son genre, est littéralement écrite à partir de matières « précieuses », à savoir de l’or, de l’argent, du corail, des perles, de la nacre, de la turquoise, du lapis-lazuli, du cuivre et de l’acier. Ces pierres ou métaux sont d’abord broyés, puis la poudre résultante est placée dans des récipients. De l’eau fraîche mélangée à un liant, du lait de chèvre, sont ensuite ajoutés pour produire l’encre. Enfin, un pinceau en fourrure de zibeline est utilisé pour déposer l’encre sur un papier noir.

Aussi, ce Kangyour est augmenté de plusieurs images remarquables, peintes dans la tradition artistique de Zanabazar, décrites comme « produisant une sensation de sérénité et d’admiration immédiates chez ceux qui les regardent. »

3. La table d’émeraude

Représentation de la table d’émeraude gravée sur un rocher en Latin, tirée de l’Amphitheatrvm sapientiae aeternae, solivs verae (1609), d’Heinrich Khunrath (1560-1605). (Bibliothèque de Houghton, université de Harvard/Wikimedia Commons)

La table d’émeraude est l’un des textes d’alchimie les plus célèbres, qui contiendrait les secrets de l’univers, et dont la première version aurait été inscrite sur une émeraude. Le texte compte 14 phrases énigmatiques, dont la célèbre correspondance entre le macrocosme et le microcosme.

L’origine historique du document reste à ce jour floue, d’où les nombreuses légendes qui l’entourent. La plus connue veut que le texte eut été découvert dans la tombe d’Hermès Trismégiste, et qu’elle porterait l’enseignement de ce personnage mythique.

En Occident, la tablette est devenue un pilier de l’alchimie et un texte très influant à l’époque médiévale et à la Renaissance. Aux multiples traductions qui existent du document s’ajoutent de nombreuses exégèses (en), mais il semblerait que malgré toutes les interprétations disponibles, aucun auteur ne fut en mesure de comprendre ou d’expliquer complètement et clairement ces quelques phrases…

4. Le livre des rêves égyptien

Le Livre des rêves égyptien est préservé sous la forme d’un texte hiératique couché sur un papyrus. Il fût trouvé dans un ancien village d’ouvriers égyptiens, Deil el-Medina, proche de la vallée des rois. Sa date de création remonterait au début du règne de Ramses II (1279-1213 avant notre ère).

Chaque page du document commence par une colonne de symboles sacrés, qui se traduisent par « Si un homme se voit en rêve. » Sur chaque ligne est décrit un rêve, suivit d’un diagnostique, ‘bien’ ou ‘mal’, et d’une interprétation. Par exemple « Si un homme se voit en rêve en train de regarder par une fenêtre, les dieux entendent ses pleurs. » Les bons rêves sont listés en premier, suivis des mauvais, écrits en rouge, la couleur des mauvais présages.

5. Le rouleau de cuivre de Qumrân

Partie du rouleau de cuivre de Qumrân (Wikimedia Commons)

Le rouleau de cuivre fait partie d’un ensemble de documents du 1er siècle, cachés dans des caves à Qumrân, en Palestine, et connus sous le nom des rouleaux de la mer morte.

Le rouleau de cuivre, de par son auteur, style, langage, genre, contenu et medium diffère tellement des autres documents de la cache que les experts pensent qu’il fut placé là à une époque différente des autres documents. « C’est probablement le document le plus unique, le plus important et aussi le moins compris » raconte le professeur Richard Freund.

Et en effet, au contraire lds autres rouleaux qui contiennent des œuvres littéraires, celui-ci contient une liste de 64 lieux dans lesquels sont stockés des quantités considérables de biens précieux. 63 des endroits ainsi référés contiennent au total plusieurs tonnes d’or et d’argent. Des navires classiques et des navires de collecte d’impôts ou encore des vêtements sacerdotaux sont aussi mentionnés. Au total, près de 4 600 talents (un talent mesurant près de 26 kg) sont listés sur le rouleau; la somme totale dépasse donc le milliard de dollars.

6. La liste des rois sumériens

La liste des rois sumériens (Wikimedia Commons)

Des nombreux artefacts qui nous viennent de l’Irak moderne – où ont jadis fleuri les cités sumériennes, sont aussi intriguant que la liste des rois sumériens, un ancien texte gravé en cunéiforme. Les rois sumériens et des dynasties proches y sont listés, accompagnés de la durée de leur règne et leur ville.

L’une des particularités de cette liste est qu’elle mélange des rois anciens mythiques avec des régents dont l’existence historique est établie.

De tous les exemplaires, le prisme de Weld-Blundell du musée Ashmolean d’Oxford est celui qui présente la liste la plus exhaustive. L’objet, haut d’une vingtaine de centimètres, se compose de quatre côtés, chacun contenant deux colonnes. On pense qu’un morceau de bois était originellement présent en son contre afin de faire tourner le prisme et pouvoir ainsi lire chacune des faces.

Le bloc énumère une liste de chefs, de l’époque antédiluvienne jusqu’au 14e régent de la dynastie d’Isin (~1763 à 1753 avant notre ère). Cet inventaire inestimable reflète à la fois d’anciennes traditions, et apporte un cadre chronologique aux différents royaumes de la région, tout en coïncidant étrangement à de multiples reprises avec la Genèse.

7. Les livres du légendaire Bian Que

Bian Que, considéré comme un dieu-médecin doué de clairvoyance, a établi divers protocoles médicaux encore utilisés aujourd’hui en Chine. (Jessica Chang/Epoch Times)

En 2013, des archéologues ont mis au jour 920 documents écrits sur du bambou dans quatre tombes datant de la dynastie des Han de l’Ouest (-206 à 24 après notre ère). Les sépultures ont été trouvées dans la ville de Tianhui, au Sud-Ouest de la ville de Chengdu, en Chine; les manuscrits contiennent des recettes de remèdes médicaux, datant d’il y a environ 2 000 ans.

Après analyse, certains de ces textes ont été attribués au légendaire Bian Que, le premier médecin connu de l’histoire chinoise. Révélé après traduction, le contenu de ces écrits, est somme toute remarquable: par exemple, les experts expliquent que la majorité de ces textes visent à étudier comment établir un diagnostic à partir d’une prise de pouls. Sont aussi abordés: la médecine interne, la chirurgie, la gynécologie, la dermatologie, l’ophtalmologie ou encore la traumatologie.

Enfin, 184 fragments traitent de la façon de soigner les chevaux, ce qui en fait d’après les experts l’un des principaux recueil vétérinaire de la Chine ancienne.

8. Code de Hammurabi

La partie haute de la stèle du Code d’Hammurabi. (Wikimedia Commons)

Le Code de Hammurabi est l’une des plus célèbres compilations de lois de l’ancien monde. Hammurabi, dont le règne s’est étendu de 1792 à 1750 avant notre ère, était le 6e régent de la première dynastie babylonienne. Au cours de son long règne, il a supervisé la grande expansion de son empire, et a fait de Babylone un centre de pouvoir essentiel en Mésopotamie.

Au décès d’Hammurabi, Babylone était à la tête de toute la Mésopotamie, une position de force que ses successeurs n’arriveront pas à tenir. Malgré la brusque fin de son empire, son code de lois a traversé les âges, pour finir par être redécouverts au 20e siècle par des archéologues. Ces lois définissent plusieurs types de crimes, les pénalités qui y sont associées, et les éventuels cas particuliers

Cette forme de justice est souvent décrite comme une forme de talion. Par exemple, dans le cas général, le vol d’un bien doit être remboursé par un multiple de la valeur du bien, et à défaut par la mort du voleur.

9. Les manuscrits de Takenouchi

Les manuscrits de Takenouchi font parti d’un ensemble de documents et divers pièces gardés par la famille Takenouchi pendant des siècles. À l’origine écrits à l’aide de symboles spéciaux, dits caractères divins, ils étaient stockés dans des jarres. Il y a 1 500 ans de cela, sur ordre de l’empereur Yūryaku, son ministre Hegurino Matori fut chargé de les traduire en utilisant des idéogrammes chinois et japonais, afin de les rendre disponibles aux générations futures. Mais le projet, qui aurait du rester secret, finit par s’ébruiter, distillant partiellement ces manuscrits dans la société japonaise.

Une partie des documents servit de base au Kojiki (lit. « Chronique des choses anciennes »), un fameux recueil de faits anciens japonais. Les documents complets furent gardés précieusement génération après génération par les membres de la famille Takenouchi.

C’est finalement au début du XXe siècle que ces documents furent rendus public, mais pour bien peu de temps: ils furent finalement détruits pendant la seconde guerre mondiale, au cours du bombardement de Tokyo.

Quelques fragments existent encore, précieusement conservés au monastère Kōso Kōtai Jingū.

10. Les manuscrits de Tombouctou

Une page des manuscrits de Tombouctou. (Wikimedia Commons)

Situé aux portes du Sahara dans l’actuel Mali, Tombouctou est une ville d’Afrique chargée d’histoire. Fondée au 5e siècle, elle est devenue un centre intellectuel et spirituel, connaissant son âge d’or au cours des 15e et 16e siècles.

Il y a environ 700 ans, c’était un point central pour les échanges de sel, d’or, d’ivoire et d’esclaves entre l’Europe, l’Afrique sub-saharienne, l’Égypte et le Maroc. Mais les échanges n’étaient pas que de nature matérielle : idées, philosophies, courants intellectuels et croyances religieuses étaient aussi véhiculés, notamment par la vente de livres.

La collection des textes anciens de Tombouctou est un spectacle visuel : empaqueté dans des peaux de chameaux, de chèvres ou de veau, écrits avec des encres dorées, rouge ou noire de jais, leurs pages sont calligraphiées en Arabe ou en d’autres langues africaines, et y figure un grand nombre de représentations géométriques intrigantes. Les sujets abordés sont quant à eux multiples: religion, philosophie, loi, mathématiques, médecine, astronomie, science, poésie et bien d’autres.

Ils fournissent donc un aperçu des divers courants de pensées dominants de l’époque.

Version anglaise: 10 Incredible Texts From Our Ancient Past, republié depuis Ancient Origins.

 
VOIR AUSSI