À 12 ans, il parcourt 3000 km pour sauver les tortues menacées

À l’âge de 8 ans, Guillaume DeBlois publiait déjà son premier livre, Les tortues du Québec, pour lequel nul autre que le célèbre environnementaliste canadien David Suzuki a signé le quatrième de couverture. Maintenant âgé de 12 ans, ce jeune Québécois a écrit un deuxième livre, Les tortues d’eau douce du Canada, après avoir rencontré plusieurs spécialistes du domaine.

Sa passion pour les tortues a démarré… tout simplement parce qu’il les trouvait mignonnes. Après avoir appris qu’elles étaient menacées, Guillaume a décidé d’écrire sur le sujet. En effet, le jeune Québécois déplore que peu de gens sont même au courant qu’il existe des tortues au Canada. « Comment peut-on les protéger dans ces conditions ? », s’inquiète-t-il dans un article publié par sa mère, Julie Boudrault, sur le site LinkedIn.

« Selon le Registre public des espèces en péril, les tortues d’eau douce du Canada sont dans une situation préoccupante, menacées ou en voie de disparition », indique Guillaume. « Deux espèces sont déjà disparues du pays : la tortue boîte de l’Est et la tortue de l’Ouest. »

Tortue peinte observée au parc Plaisance. Cette espèce est la préférée de Guillaume – Crédit : gracieuseté Famille DeBlois

Le passionné, nommé Héros des milieux humides par l’organisme Canards Illimités et finaliste d’un prix Inspiration Nature, a même donné son prénom a une tortue : il a trouvé un nouveau spécimen, pas encore répertorié par les spécialistes du parc national de Kejimkujik en Nouvelle-Écosse, précise Beauport Express.

Un périple de plus de 3 000 km

Guillaume en train de chercher des tortues musquées au parc national des Mille-Îles – Crédit : gracieuseté Famille DeBlois

L’été 2018, avec ses parents, le jeune écrivain a parcouru un total de 3 113 km, principalement au Québec et en Ontario, afin d’aller visiter plusieurs parcs où il pouvait voir les tortues, et surtout rencontrer des spécialistes comme son héros, le biologiste Scott Gillingwater qui, après avoir incubé des œufs en laboratoire, a relâché 8 000 bébés tortues dans la nature seulement en 2017.

Au programme de ce périple : conférence personnalisée, recherche de tortues musquées sous les nénuphars, visite guidée du Ontario Turtle Conservation Centre, lavage du bassin des bébés tortues serpentines.

En février 2012, Guillaume pose fièrement avec l’article qu’il a écrit, publié dans la revue Nature Sauvage – Crédit : gracieuseté Famille DeBlois

Évidemment, tout cela ne serait pas réalisable sans le soutien constant de ses parents, qui sont bien contents de pouvoir participer. « C’est très facile d’aider Guillaume. Il nous fait vivre de super belles aventures », s’exclame sa maman.

Un deuxième livre

À la suite de ce voyage, Guillaume a pu écrire un article publié dans le magazine Nature Sauvage en février 2019, ainsi qu’un livre, avec une traduction en anglais réalisée par son père. Avis aux éditeurs, le jeune adolescent cherche à le publier, et le grand environnementaliste David Suzuki a bien entendu déjà accepté de signer une nouvelle fois le quatrième de couverture.

Guillaume et le célèbre environnementaliste David Suzuki en 2014, après la parution du livre Les Tortues du Québec, qui est maintenant épuisé – Crédit : gracieuseté Famille DeBlois

« J’ai trouvé le livre magnifique parce que j’ai été surpris par le nombre d’espèces que l’on retrouve au pays », avait indiqué M. Suzuki, en parlant du premier livre du jeune garçon, en entrevue à Radio Canada.

Voir son deuxième livre dans une majorité d’écoles primaires du Canada est un rêve pour Guillaume, qui habite la ville de Québec : « Je ne comprends pas pourquoi les livres de nos bibliothèques scolaires ne parlent que des tortues marines des tropiques et pas des nôtres. »

 
VOIR AUSSI