« À cause du pass vaccinal, lundi, je perds mon travail », déplore Patrick, un non-vacciné qui jusque-là se faisait tester

Par Emmanuelle Bourdy
24 janvier 2022 17:16 Mis à jour: 24 janvier 2022 17:16

Patrick, un employé de remontées mécaniques en Savoie, va probablement perdre son travail, faute de vaccin. Jusqu’à présent, il avait réussi à passer entre les mailles du filet en présentant des tests négatifs.

Avec l’instauration du pass vaccinal, Patrick, employé de remontées mécaniques d’une des stations des « 3 Vallées » en Savoie, va perdre son travail, faute d’avoir reçu les injections anti-Covid. Il s’est exprimé sur ce sujet, ce vendredi 21 janvier, dans Estelle Midi.

« J’en suis environ à 30 tests négatifs consécutifs »

Jusqu’à présent, les tests quotidiens effectués lui permettaient d’obtenir son pass sanitaire et donc de poursuivre son travail. « Pour aller travailler je dois aller me faire tester quotidiennement à mes frais. J’en suis environ à 30 tests négatifs consécutifs », confie-t-il à BFMTV.

Il explique que son métier a été fortement mis à mal depuis le début de la pandémie. « Depuis le mois de mars 2020, mon boulot s’est arrêté. On a ensuite passé l’hiver dernier dans le canapé. On a été payés, mais bon. Là je reviens après quasiment deux ans d’inactivité », déplore-t-il.

« On m’a déjà prévenu que ce n’était pas la peine que je vienne me présenter au travail »

« On m’a déjà prévenu que ce n’était pas la peine que je vienne me présenter au travail. Je n’ai pas de pass vaccinal donc je ne peux plus accéder à l’espace des remontées mécaniques », ajoute Patrick. Cependant, il estime cette situation injuste dans la mesure où ses conditions de travail ne sont pas propices à la propagation du virus étant donné qu’il porte un masque et travaille en extérieur, les températures avoisinant les -15 °C.

Toutefois, malgré le risque de perdre son emploi, Patrick ne veut en aucun cas entendre parler du vaccin. Selon lui, la seule solution serait que son employeur lui propose de développer un poste de travail « qui ne fait pas partie du domaine skiable ».

Et si ces mesures sont « politiques » et s’arrêtent au mois d’avril 2022, ce sera pour lui la fin de son année saisonnière, indique-t-il. Il sera donc obligé d’attendre la prochaine période de travail, à savoir Noël 2022.


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.