Un appel au boycott est lancé contre Nike et sa gamme de maillots de bain avec hijab intégré

Par Epoch Times
16 décembre 2019 15:51 Mis à jour: 16 décembre 2019 20:20

Depuis ce mardi 10 décembre, à la suite de l’annonce de Nike sur YouTube de la sortie d’une collection de « hijab » de bain, de nombreux appels au boycott ont été lancés sur les réseaux sociaux.

Après avoir lancé en mars 2017 une gamme de vêtements de sport avec hijab intégré, cette année, l’équipementier Nike vient d’annoncer la sortie de sa nouvelle collection de « hijab de bain » dans une vidéo promotionnelle sur YouTube. Cette annonce de maillots de bain, avec voile intégré, a relancé la polémique sur le voile en France.

Au début de l’année 2019, Décathlon avait déjà tenté de proposer une gamme de maillots de bains voilés, mais face à la polémique, Décathlon avait fini par faire marche arrière.

Cette fois, Nike a porté son projet conjointement avec l’iconique patineuse artistique originaire des Émirats arabes unis, Zahra Lari, qui est également connu pour être la première patineuse internationale à porter un hijab.

À la suite de la vidéo promotionnelle, Zahra Lari a partagé le résultat de son travail avec Nike sur son compte Instagram :

Conçue pour les nageuses et plébiscitée par les femmes musulmanes désireuses de se cacher « les cuisses, le décolleté ou la tête », cette tenue de bain ressemble à une combinaison de plongée.

Cependant, tout le monde n’est pas fan de cette idée. C’est le cas de Lydia Guirous, une essayiste engagée pour la laïcité, les droits des femmes et contre l’islamisme, qui s’est insurgée sur les réseaux sociaux contre ce nouveau produit, qu’elle qualifie de « burkini » (un mélange de burqa et de bikini). Elle n’a alors pas hésité à lancer le #BoycottNike en accusant la marque de se « soumettre à l’Islamisme » et de « piétiner la liberté des femmes ».

D’autres personnes, dont notamment le rappeur La Fouine, ont plutôt dénoncé cet appel au boycott, en répondant à Lydia Guirous que « chaque femme est libre de porter ce qu’elle veut ».

Sur les réseaux sociaux, le débat est partagé. Là où une partie des gens n’y voit qu’une gamme supplémentaire de vêtement pour les femmes musulmanes qui le souhaitent, d’autres y voient un symbole de l’islam et s’inquiètent des progrès de l’islamisme de plus en plus présent en France.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.