Beauvais : la préfecture ordonne la fermeture temporaire de la grande mosquée pour « apologie du jihad »

Par Epoch Times avec AFP
28 décembre 2021 08:50 Mis à jour: 28 décembre 2021 14:17

En raison de prêches « incitant à la haine », « à la violence » et « faisant l’apologie du djihad », la préfecture de l’Oise a ordonné la fermeture de la grande mosquée de Beauvais pour une durée de six mois.

« La préfète de l’Oise a pris un arrêté lundi portant sur la fermeture de la grande mosquée de Beauvais pour une durée de six mois. Cet arrêté est exécutoire au bout de 48 heures », a précisé la préfecture de l’Oise.

L’avocat de l’association « Espoir et Fraternité », qui gère cette mosquée, Me Samim Bolaky, a annoncé avoir saisi le tribunal administratif d’Amiens contre cette décision.

« C’est une mosquée qui est respectable »

Me Samim Bolaky avait alors estimé que les autorités visaient « certains propos tenus dans le cadre des prêches par l’un des imams de la mosquée – depuis suspendu –  qui intervenait à titre bénévole ». L’association « Espoir et Fraternité » a « toujours combattu le terrorisme, a toujours favorisé le vivre ensemble. C’est une mosquée qui est respectable », avait-il affirmé.

Selon le ministère de l’Intérieur, cet homme, « présenté comme intervenant occasionnel mais qui, en réalité, fait office d’imam attitré » aurait tenu des propos faisant « l’apologie du djihad et des combattants, qu’il qualifie de héros ». Il aurait également défendu « une pratique rigoriste de l’islam » et « sa supériorité par rapport aux lois de la République ».

 


Rejoignez Epoch Times sur Telegram
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.