États-Unis : un migrant en situation irrégulière condamné à 401 ans de prison pour enlèvement, viol et agression d’enfants

26 janvier 2019 04:04 Mis à jour: 27 janvier 2019 15:56

L’administration Trump a décidé de diffuser une liste hebdomadaire des crimes perpétrés par les immigrés. Un migrant en situation irrégulière en Californie a été condamné à 401 ans de prison pour de multiples crimes sexuels violents perpétrés contre une famille, selon un bureau du procureur de district.

Macario Cerda a été condamné, le 17 janvier, pour trois chefs d’accusation de viol forcé contre deux victimes entre 2009 et 2013. Il a également été reconnu coupable d’un chef d’enlèvement pour viol, d’un chef de menaces criminelles et de sept chefs d’actes obscènes sur un enfant de moins de 14 ans.

Cette personne de 39 ans a également été condamnée pour violence conjugale et menaces criminelles contre la mère de la victime, d’après les dossiers judiciaires. Il a ensuite été expulsé, mais l’étranger clandestin est rentré aux États-Unis dans les cinq mois qui ont suivi et a continué à terroriser la famille.

« Derrière les portes closes de cette famille, les femmes et les filles ont beaucoup souffert de la violence continue et horrible de la part de Cerda », a déclaré le Bureau du procureur du comté de Tulare dans un communiqué de presse.

Le bureau de l’avocat a divulgué en détail les incidents horribles, dans un communiqué de presse. En 2013, Cerda, qui était le petit ami de la mère de la victime à l’époque, a forcé une des victimes à monter dans sa camionnette et l’a conduite dans un endroit éloigné. Là, il l’a violée en menaçant de faire du mal à d’autres membres de sa famille. À un certain moment, alertée par des cris de la victime, lors d’un appel téléphonique, la mère de la victime appelle la police.

La victime a réussi à s’échapper en basculant par-dessus le siège du conducteur et en s’éloignant après que Cerda eut quitté la camionnette. Il a ensuite été interpellé par des policiers du comté de Tulare.

Selon les autorités, lors de l’enquête sur le viol de 2013, les autorités ont pris connaissance du viol de la victime par Macario Cerda en 2010 alors qu’elle était mineure. À la suite de l’attaque, elle est tombée enceinte et a donné naissance à un enfant.

La sœur cadette de la victime a également informé les enquêteurs que Macario Cerda l’avait violée et maltraitée en 2009 alors qu’elle n’était qu’une enfant. Au cours de la lecture de la sentence, elle a décrit les violences perpétrées sur les femmes victimes de sa famille, comme le fait de tenir sa sœur prisonnière un poignard à la gorge. D’après le bureau de l’avocat, elle a commencé chaque description en disant : « Je te pardonne… »

« Sa capacité à trouver le pardon pour un homme qui a terrorisé une famille est tout simplement remarquable », ont déclaré des responsables.

Les criminels expulsés reviennent au pays

La victime a également averti le juge de « ne jamais lui accorder la possibilité d’être expulsé car déjà il est revenu illégalement aux États-Unis beaucoup trop souvent ».

Le procureur de district Tim Ward a déclaré que la famille n’aura jamais à vivre dans la peur du retour de Macario Cerda, car ce dernier purgera ses derniers jours en prison.

« Les criminels peuvent trouver et trouveront le moyen de blesser de nouveau les plus vulnérables. Le courage de ces femmes de se lever et de se rebeller contre ce prédateur sans cœur est ce qui nous donne tous la force de lutter pour la justice. Cette fois-ci, il ne reviendra pas », a promis le procureur Ward.

Le mur du président Trump, pour réduire les crimes illégaux des étrangers en situation irrégulière

Dans ses efforts pour construire un mur à la frontière sud, le président Donald Trump a mis en garde, à plusieurs reprises, contre les crimes commis à l’encontre des Américains par des criminels qui traversent illégalement la frontière.

« Au cours des deux dernières années, les agents de l’ICE (Immigration and Customs Enforcement) ont procédé à 266 000 arrestations d’étrangers ayant un casier judiciaire, dont 100 000 agressions, 30 000 crimes sexuels et 4 000 meurtres violents », a déclaré le président dans un discours prononcé, le 8 janvier, devant la nation.

« Le mois dernier, 20 000 enfants migrants ont été amenés illégalement aux États-Unis, ce qui représente une augmentation spectaculaire. Ces enfants sont utilisés comme des pions humains par des coyotes vicieux et des gangs impitoyables. Une femme sur trois est agressée sexuellement lors de la dangereuse traversée du Mexique. Les femmes et les enfants sont de loin les plus grandes victimes de notre système brisé. »

« C’est la tragique réalité de l’immigration illégale à notre frontière sud. Je suis déterminé à mettre une fin à ce cycle de la souffrance humaine », a-t-il expliqué.

M. Trump a donné plusieurs exemples d’Américains qui ont été victimes de crimes commis par des étrangers illégaux, notamment la mort du jeune policier Ronil « Ron » Singh, qui aurait été abattu par un étranger illégal après qu’il l’eut arrêté pour conduite en état d’ivresse le lendemain de Noël l’année dernière.

« Au cours des dernières années, j’ai rencontré des dizaines de familles dont les proches leur ont été ‘volés’ par les conséquences de l’immigration illégale. J’ai tenu la main des mères en pleurs et embrassé les pères affligés. Si triste. Si terrible. Je n’oublierai jamais la douleur dans leurs yeux, le tremblement dans leurs voix et la tristesse qui saisisait leur âme », a-t-il dit. « Combien de sang américain doit encore être versé avant que le Congrès ne fasse son travail ? »

Version originale

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

VIDÉO RECOMMANDÉE :

Allemagne : une jeune femme agressée sexuellement
et son ami passé à tabac par une vingtaine de réfugiés

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.