L’OMS déclare qu’aucun décès dû au variant Omicron n’a été signalé à ce jour

Par Nathan Worcester
12 décembre 2021 11:27 Mis à jour: 12 décembre 2021 11:28

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a informé Epoch Times qu’elle n’a documenté aucun décès dû au variant Omicron du virus du PCC (Parti communiste chinois), qui est est l’origine du Covid-19.

Selon l’OMS, « En ce qui concerne Omicron, nous n’avons eu aucun décès signalé, mais il est encore tôt dans l’évolution clinique de la maladie et cela peut changer ».

Contacté pour un commentaire par Epoch Times, le Centre pour le Contrôle et la Prévention des maladies (CDC) a envoyé son rapport sur le variant Omicron aux États-Unis du 1er au 8 décembre. Il montre qu’il n’y a eu aucun décès documenté dû à Omicron pendant cette période.

La dernière mise à jour épidémiologique hebdomadaire de l’OMS, datée du 7 décembre, montre que les 212 cas d’Omicron recensés dans dix-huit pays de l’Union européenne (UE) étaient bénins ou asymptomatiques.

« Alors que l’Afrique du Sud a connu une augmentation de 82 % des admissions à l’hôpital dues au Covid-19 (de 502 à 912) au cours de la semaine du 28 novembre au 4 décembre 2021, on ne connaît pas encore la proportion de ces admissions impliquant le variant Omicron », note le rapport.

Le variant Omicron a également été détecté aux États-Unis, d’abord en Californie, puis au Colorado, à New York, au Maryland, en Utah et dans de nombreux autres États.

Le premier patient américain présentant ce variant a été identifié à San Francisco, où il a été testé positif au Covid-19 le 29 novembre, après être rentré d’un voyage en Afrique du Sud le 22 novembre.

Pourtant, le département de la santé publique de Californie a confirmé au Los Angeles Times que ce variant était présent dans les eaux usées dès le 25 novembre.

Lancement de la campagne de la Journée nationale de la vaccination de VaxuMzansi au Gandhi Phoenix Settlement dans le township de Bhambayi, au nord de Durban, le 24 septembre 2021. (Photo par Rajesh JANTILAL / AFP) (Photo par RAJESH JANTILAL/AFP via Getty Images)

Connue à l’origine sous le nom de B.1.1.529, ce variant a fait la une des journaux internationaux le vendredi 26 novembre, peu après sa détection initiale en Afrique du Sud.

Ce jour-là, l’OMS a baptisé le B.1.1.529 Omicron et l’a qualifiée de « variant préoccupant ».

Deux jours plus tard, dans une note technique, elle a déclaré que la souche pouvait présenter un risque « très élevé », citant son grand nombre de mutations.

Le Dr Angelique Coetzee, présidente de l’Association médicale sud-africaine et l’un des premiers médecins à avoir traité des patients atteints d’Omicron, a toujours affirmé que cette souche était un variant bénin.

« Laissez-moi être claire : rien de ce que j’ai vu de ce nouveau variant ne justifie l’action extrême que le gouvernement britannique a prise en réponse à celui-ci », a-t-elle écrit dans le Daily Mail.

Par « mesures extrêmes », le Dr Coetzee entend « de lourdes restrictions sur les vols en provenance de toute l’Afrique australe, ainsi que l’imposition de règles plus strictes à domicile sur le port de masques, des amendes et des quarantaines prolongées. »

« Personne ici en Afrique du Sud n’est connu pour avoir été [hospitalisé] avec le variant Omicron, et personne ici n’est censé en être tombé gravement malade. »

Plus récemment, le Dr Coetzee a affirmé à ThePrint que les symptômes d’Omicron ont été légers chez les patients vaccinés et non vaccinés.

« Au début de toute vague, les enfants et les plus jeunes sont les premiers à être touchés. Au fur et à mesure que la vague progresse, davantage de personnes âgées, de personnes présentant des comorbidités, commencent à être touchées. Lorsque cela se produira, nous saurons exactement combien de cas graves il y a. »


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.