La diffusion de quatre médias russes interdite par l’UE

Les médias ciblés et leur personnel pourront toujours exercer des activités alternatives à la radiodiffusion, telles que la recherche et les interviews

Par Ella Kietlinska
21 mai 2024 20:34 Mis à jour: 23 mai 2024 15:08

L’Union européenne a déclaré le 17 mai qu’elle suspendait la distribution de quatre médias liés à la Russie dans l’UE, alors que Moscou a averti cette semaine que toute mesure de ce type entraînerait des représailles rapides.

Le Conseil de l’UE, l’organe législatif du bloc des 27 nations, a interdit quatre médias liés à la Russie – Voice of Europe, RIA Novosti, Izvestia et Rossiyskaya Gazeta – pour ce qu’il qualifie de diffusion de propagande sur l’invasion de l’Ukraine et de désinformation sur les élections parlementaires de l’UE qui auront lieu dans trois semaines.

« Ces médias sont sous le contrôle permanent, direct ou indirect, des dirigeants de la Fédération de Russie et ont joué un rôle essentiel et déterminant dans la promotion et le soutien de la guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine et dans la déstabilisation des pays voisins », a déclaré le Conseil dans un communiqué.

Les activités de propagande, de manipulation de l’information et d’ingérence n’ont pas seulement visé l’État ukrainien et ses autorités, mais aussi les partis politiques européens, en particulier pendant les périodes électorales, la société civile de l’UE, les demandeurs d’asile, les minorités ethniques russes, les minorités de genre et le fonctionnement des institutions démocratiques dans l’UE et ses États membres », explique la déclaration.

Toutefois, les sanctions n’interdisent que la radiodiffusion dans l’UE, selon le communiqué. Le Conseil a précisé que les médias visés et leur personnel pouvaient toujours mener des activités autres que la radiodiffusion, tels que des travaux de recherche et des interviews.

Le même jour, le pouvoir exécutif de l’UE, la Commission européenne, a salué les sanctions dans un communiqué.

Liberté d’expression

La Commission a déclaré dans son communiqué que « les sanctions ne visent pas la liberté d’opinion » car « elles incluent des garanties spécifiques pour la liberté d’expression et les activités journalistiques » et qu’elles ne sanctionnent que la radiodiffusion tout en permettant aux médias sanctionnés de mener d’autres activités journalistiques.

Le règlement adopté par le Conseil stipule que les sanctions sont « conformes aux libertés et droits fondamentaux reconnus dans la Charte des droits fondamentaux de l’UE, notamment la liberté d’expression et d’information reconnue par son article 11 ».

L’article 11 stipule que « toute personne a droit à la liberté d’expression » et que « la liberté et le pluralisme des médias doivent être respectés ».

Il stipule également que le droit à la liberté d’expression « comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontières ».

Les sanctions « devraient être maintenues jusqu’à ce que l’agression russe contre l’Ukraine prenne fin et que la Fédération de Russie et les médias qui lui sont associés cessent de mener des actions de propagande contre l’Union et ses États membres », souligne le règlement.

Cette mesure fait partie d’un quatorzième paquet de sanctions prévues à l’encontre de la Russie pour son invasion massive de l’Ukraine en 2022. L’Union européenne a déjà imposé des sanctions aux médias publics russes Russia Today et Sputnik.

L’UE avait annoncé cette décision en début de semaine, ce qui a incité la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, à lancer un avertissement : « Nous répondrons à la vitesse de l’éclair et de manière extrêmement douloureuse pour les Occidentaux ». Reste à savoir comment Moscou va réagir.

Dans une interview accordée à Izvestia, le chef du département international de l’Union russe des journalistes (URJ) a qualifié l’interdiction de l’UE d’« illégale » et a déclaré que l’affaire aurait dû être tranchée par un tribunal.

Timur Shafir, du URJ, a déclaré que l’interdiction empêcherait les russophones vivant dans des régions d’Europe autrefois sous contrôle soviétique d’accéder à ce qu’il appelle des « informations alternatives » sur les événements mondiaux.

Le mois dernier, la Belgique a ouvert une enquête sur les soupçons d’ingérence russe pour les élections européennes de juin, déclarant que les services de renseignement belges ont confirmé l’existence d’un réseau tentant de saper le soutien à l’Ukraine.

Le gouvernement tchèque a imposé des sanctions à un certain nombre de personnes après la découverte d’une opération d’influence pro-russe. Ces personnes auraient approché des membres du Parlement européen et leur auraient proposé de l’argent pour promouvoir la propagande russe.

Avec Reuters et Associated Press

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

EN CE MOMENT