L’utopie progressiste est antidémocratique

La violence est leur dernière arme

Chose remarquable et soudaine ces dernières semaines, le progressisme se tourne vers la violence et la justice populaire. On peut peut-être le comprendre dans le contexte d’une utopie progressiste.

L’extraordinaire perturbation du Sénat américain, le vandalisme des bureaux républicains dans tout le pays, le harcèlement des représentants du gouvernement et des élus et même de leurs enfants et de leurs familles dans les restaurants et autres lieux publics constituent une atteinte aux normes les plus élémentaires de décence et de civilité de la vie publique.

Tout grand parti politique a sa frange extrémiste. Le plus frappant dans ce cas, cependant, est la tolérance, la minimisation et même l’approbation de telles tactiques par les dirigeants du Parti démocrate.

Un certain nombre de démocrates suscitent les passions du public, dont la représentante américaine Maxine Waters, le sénateur Cory Booker, l’ancien procureur général Eric Holder et d’autres, dont Hillary Clinton, qui ont annoncé que la civilité reviendrait lorsque les démocrates reprendraient le pouvoir.

Plusieurs raisons peuvent expliquer ce phénomène. Ici, je veux explorer la nature anti-démocratique des idées qui sous-tendent ce phénomène. Une telle pensée combine dangereusement une vision utopique d’une société idéale future, une vision déterministe des forces qui produiront cette société et une forte volonté d’accélérer l’ « inévitable » et d’imposer la transformation.

Les projets utopiques, qu’il s’agisse de créations littéraires ou de tentatives pratiques de former des communautés modèles, ont une chose en commun. Comme l’a dit Hal Draper, « l’utopie était élitiste et antidémocratique à partir de sa fondation car elle était utopique, c’est-à-dire qu’elle se référait à la prescription d’un modèle préfabriqué, à l’invention d’un plan qui a voulu son existence ». De tels plans dépendent de la volonté de ceux qui les ont planifiés ou créés, et peu, voire pas du tout, de la volonté de ceux qui les ont peuplés.

La plupart des projets n’ont abouti à rien dans la pratique et n’ont pas duré longtemps. Ils devenaient une critique de la société existante, ils invitaient à comparer leurs idéaux avec les malaises et les maux de la société réelle.

Quand on y ajoute une vision de l’histoire telle qu’elle a été programmée, nous avons un mélange puissant. L’un des résultats de ce type de déterminisme est l’idée que le progrès vers l’idéal est inévitable, un mouvement en avant et en haut « vers l’espoir d’un jour meilleur », comme l’a dit le président Barack Obama. Les discours sur le « succès » deviennent inévitables parce que « nous sommes du bon côté de l’histoire » et nos adversaires, qui sont du mauvais côté de l’histoire, sont devenus un thème constant de la rhétorique d’Obama et de celle de son équipe.

D’après ce point de vue, l’histoire a un sens de l’action et progresse dans une seule direction, comme si elle avait un cours déterminé, indépendant des efforts et des luttes des gens. C’est ce que l’historien Herbert Butterfield a identifié en 1931 comme étant « la conception whig de l’Histoire » – juste une décennie avant que des désastres ne nous fassent comprendre que ces théories faisaient fausse route – la Seconde Guerre mondiale avec ses millions de morts, l’Holocauste, les armes nucléaires et autres horreurs – une compréhension qui ne semble pas avoir été assez profonde pour en tirer des leçons définitives.

Un mélange puissant

Maintenant, lorsque vous ajoutez une vision utopique – une société idéale mais qui n’a jamais existé dans le monde réel – à une croyance en un cours prédéterminé de l’histoire – avec vous du bon côté – et tous deux à un mouvement politique pour soutenir l’histoire dans son cours prédestiné, vous avez un puissant mélange.

Vous pourriez penser que si le monde se dirigeait sur une voie prédéterminée, vous n’auriez pas besoin de la volonté humaine. Cependant, lorsque des progressistes enracinent l’inévitabilité de la victoire dans des forces historiques réelles ou l’élite éclairée ou la classe ouvrière ou les « éveillés », alors l’étape suivante est de se voir eux-mêmes, leur parti, leur chef, comme l’incarnation de ces forces.

Ils sont du bon côté de l’histoire, alors que ceux qui s’opposent à son arc, qui est incliné dans la direction prédestinée, sont les ennemis du progrès, quelles que soient leurs intentions.

Toutes ces caractéristiques se retrouvent sous une forme extrême dans le totalitarisme du siècle dernier, dans le communisme et le nazisme (avec son Reich qui a déjà mille ans). Le parti révolutionnaire devient l’élite dirigeante et impose sa volonté dans chaque recoin de la société civile, soumettant la famille, les écoles et les églises à l’État tout-puissant qu’il contrôle.

La violence est la clé de ces mouvements.

Les institutions démocratiques à travers lesquelles les « ennemis du progrès » peuvent chercher à ralentir ou à arrêter l’inévitable doivent être sapées. Nous voyons déjà ces tendances, même si elles sont encore modérées, aux États-Unis, notamment, paradoxalement, parmi ces « progressistes » qui accusent le gouvernement élu de « fascisme ».

Par exemple, on s’attend à ce que ces gardiens progressistes de la Constitution, les juges de la Cour suprême des États-Unis, ignorent la Constitution elle-même et imposent leur volonté d’accélérer le progrès. Par un acte de volonté, les juges non élus du cercle le plus étroit possible de l’élite ont ainsi retiré toute protection juridique à l’enfant à naître et redéfini le mariage pour briser le lien entre la sexualité, l’enfantement et la parentalité.

Le tribunal sous le contrôle du progressisme devient un moyen de saper la Constitution et de passer outre les processus démocratiques qui s’opposent à une vision laïco-libérale du « progrès ».

Opposition entre Cour suprême et législation

Par ces moyens, presque tous les progrès de la révolution sexuelle ont été imposés initialement par la Cour suprême, et non adoptés par la loi.

Cependant, le tribunal n’est pas, en fin de compte, à l’abri de la démocratie. Lorsqu’un président élu s’engage en faveur de la retenue judiciaire et du retour de la législation à l’assemblée législative, les progressistes vaincus sont furieux.

Ils voient la défaite de tout ce pour quoi ils ont travaillé grâce à une majorité libérale à la Cour suprême et au contrôle de l’État administratif.

D’où leur détermination à ignorer les normes et les processus démocratiques, à délégitimer et à renverser le président élu et à le faire tomber par tous les moyens nécessaires.

Paul Adams est professeur émérite de travail social à l’Université d’Hawaii et a été professeur et doyen associé des affaires universitaires à la Case Western Reserve University. Il est coauteur de Social Justice Isn’t What You Think It Is (la justice social n’est pas ce que vous en pensez), et a beaucoup écrit sur les politiques de bien-être social et l’éthique professionnelle et de la vertu.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Version originale

Si vous avez apprécié cet article, partagez-le avec vos amis et laissez-nous un commentaire pour nous donner votre avis !

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires

VIDÉO RECOMMANDÉE :

Un lycée de Loire-Atlantique refuse de porter le nom d’un résistant

 
VOIR AUSSI