Shamima Begum, qui a fugué pour rejoindre l’EI en Syrie, affirme que sa santé mentale se détériore et souhaite revenir au Royaume-Uni

Par Tom Ozimek
28 septembre 2019 10:06 Mis à jour: 28 septembre 2019 20:35

Une adolescente britannique qui s’est enfuie de son domicile pour rejoindre l’organisation terroriste État islamique (EI) en Syrie et s’est retrouvée bloquée dans un camp de réfugiés se plaint que sa santé mentale se détériore et a de nouveau plaidé pour être autorisée à retourner au Royaume-Uni.

Shamima Begum, dont la citoyenneté britannique a été révoquée pour des raisons de sécurité, était l’une des trois adolescentes à avoir quitté Londres en 2015 pour rejoindre l’EI. Elle a refait surface dans un camp de réfugiés plus tôt cette année à la suite d’une offensive alliée contre la dernière enclave du groupe terroriste à Baghuz, dans l’est de la Syrie.

Récemment, Shamima, âgée de 19 ans, a été interviewée par un journaliste du Daily Mail, Richard Pendlebury, dans un lieu appelé « Camp ensoleillé ». Elle lui a dit : « Ma situation mentale n’est pas la meilleure. Ma santé physique va bien. Je suis encore jeune et je ne tombe pas malade. Je n’ai pas de problème. Mais mentalement, je suis vraiment dans un mauvais état. »

Shamima a vécu dans plusieurs camps de réfugiés depuis qu’elle a accordé une interview au Times of London depuis le camp d’al-Hawl, dans le nord-est de la Syrie, en février : « Je ne pouvais pas supporter les souffrances et les difficultés inhérentes au fait de rester sur le champ de bataille. Mais j’ai aussi peur que l’enfant dont je suis enceinte meure comme mes autres enfants si je restais. Alors j’ai fui le califat. »

Elle était enceinte au moment de l’entretien et a accouché plus tard, mais le bébé est décédé.

S’adressant aux journalistes à al-Hawl en février, elle a fait une déclaration qui pourrait être interprétée comme un soutien au terrorisme. Shamima a déclaré que, même si elle n’était pas d’accord avec tout ce que le groupe terroriste avait fait, elle ne regrettait pas d’avoir rejoint le groupe État islamique et avait suggéré que les frappes aériennes contre le groupe terroriste en Syrie « justifiaient » en quelque sorte l’attaque terroriste de la Manchester Arena.

« C’est vraiment une démarche à double sens », a-t-elle déclaré à la BBC, ajoutant que le kamikaze qui avait tué 22 personnes lors d’un concert d’Ariana Grande à Manchester était une « sorte de représailles » pour les bombardements d’enclaves tenues par l’EI : « Alors j’ai pensé, ok, c’est une bonne raison. »

Les autorités britanniques ont par la suite annulé sa citoyenneté après avoir déterminé qu’elle constituait une menace.

Depuis, elle a critiqué EI, exprimé ses regrets de faire partie du groupe des djihadistes et a reconnu qu’elle avait été « soumise au lavage de cerveau ».

S’adressant au Times of London dans le camp de réfugiés d’al-Roj en Syrie le 1er avril, Shamima a déclaré : « Je regrette vraiment d’avoir eu des enfants dans le califat » et a appelé les autorités britanniques pour être autorisée à retourner au Royaume-Uni.

« Je suis venue en pensant que ce serait un lieu d’appartenance où je pourrais élever une famille en toute sécurité », a déclaré Shamima, citée par le Times of London. « Mais ce n’est pas un endroit pour avoir des enfants. »

Maintenant, s’adressant au Daily Mail au « Camp ensoleillé », Shamima a déclaré : « J’ai besoin d’une thérapie pour faire face à mon chagrin. C’est tellement dur. J’ai perdu tous mes enfants. »

Elle a ajouté : « Il n’y a pas d’aide ou de service de santé psychologique ici. J’ai entendu dire que dans d’autres camps, il existe une aide psychiatrique, mais pas ici. »

Shamima a confié au Daily Mail qu’elle était au moins reconnaissante de ne pas être au camp d’al-Hawl avec ses dizaines de milliers de membres et sympathisants de l’EI, décrit comme des « bombes à retardement » de l’islamisme.

« Je n’ai pas de vrais amis », a ajouté Shamima. « J’ai perdu tous les amis qui sont venus avec moi. Maintenant, je n’ai plus personne. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.