« Un drapeau qui flotte à la place de rien, j’en suis fier », a déclaré Emmanuel Macron à propos du drapeau européen sous l’Arc de Triomphe

Par Emmanuelle Bourdy
21 janvier 2022 22:28 Mis à jour: 21 janvier 2022 22:28

Pour célébrer le début de la présidence française à l’Union européenne, Emmanuel Macron avait fait déployer un gigantesque drapeau européen dans l’Arc de Triomphe le 1er janvier dernier, provoquant alors une polémique. À l’occasion de son discours au Parlement européen mercredi 19 janvier, il en a profité pour aborder de nouveau cette question.

Ce mercredi 19 janvier, le chef de l’État a rappelé, à l’occasion de son discours au Parlement européen, que le drapeau européen avait flotté sous l’Arc de Triomphe le 1er janvier dernier « pour célébrer ce semestre de présidence du Conseil de l’Union européenne ». Cette décision avait alors suscité de vives critiques de la part des élus politiques à droite, le drapeau européen ayant été retiré dès le 2 janvier.

« Le drapeau français ne flotte jamais le 1er janvier, à l’Arc de Triomphe, jamais »

Dans son discours du 19 janvier, Emmanuel Macron a tenu à préciser que le drapeau tricolore n’est toutefois déployé sous l’Arc de Triomphe que pour des cérémonies particulières, ainsi que le relaye CNews. « Le drapeau français ne flotte jamais le 1er janvier, à l’Arc de Triomphe, jamais », a-t-il insisté. En l’occurrence, il n’a pas été remplacé par le drapeau européen. Il a encore souligné qu’il aurait admis les critiques si « un drapeau se serait substitué à l’autre ». « Mais un drapeau qui flotte à la place de rien, j’en suis fier », a-t-il renchéri.

Marie Le Pen, la candidate du Rassemblement national à la présidence de la République, avait été la première à s’« outrer » par cette découverte du drapeau européen, ainsi qu’elle l’avait pointé sur Twitter. Elle avait estimé qu’il s’agissait d’une « provocation » offensant « ceux qui se sont battus pour la France », selon le journal Le Point.

Éric Zemmour avait quant à lui considéré qu’il s’agissait d’« un outrage », Valérie Pécresse d’une initiative visant à « effacer l’identité française ». Pour Jean-Frédéric Poisson, cela a été perçu comme « une injure à ceux qui ont donné leur vie pour la France, une injure à notre mémoire collective ».


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.