Un médecin constate une augmentation des virus réactivés après les injections de rappel contre le Covid

La réactivation de virus latents peut être à l'origine d'un long Covid et d'autres troubles
Par Meiling Lee & Jan Jiekelek
4 mai 2022 04:28 Mis à jour: 4 mai 2022 14:04

Certains virus, après une infection initiale, restent latents dans l’organisme pendant toute une vie et peuvent se réactiver pour provoquer une nouvelle infection ou une maladie différente. Selon le Dr Richard Urso, ces types de virus latents sont réactivés chez un grand nombre de patients après leur injection de rappel contre le Covid, provoquant des symptômes de Covid prolongé et d’autres problèmes de santé.

Le long Covid est un état dans lequel les patients présentent des problèmes de santé permanents, récurrents ou nouveaux, des semaines ou des mois après avoir été infectés par le SRAS‑CoV‑2, ou après avoir reçu une injection de vaccin contre le Covid. Les symptômes peuvent inclure le brouillard cérébral, la fatigue, les douleurs thoraciques et l’insomnie, entre autres.

« Donc, dans ma clinique en ce moment, je vois trois à cinq personnes par semaine parce qu’elles savent que je prends beaucoup de temps dans ma pratique pour me consacrer au Covid, et elles viennent me voir avec un long Covid ou … avec des problèmes après le vaccin », explique le Dr Urso lors de l’émission « American Thought Leaders » d’EpochTV. Le Dr Urso est ophtalmologiste, spécialiste en conception et développement de médicaments et cofondateur de l’ Alliance of Physicians and Medical Scientists. « Et ce que je constate, c’est qu’un très grand nombre d’entre eux ont réactivé l’Epstein‑Barr, l’herpès simplex, l’herpès zoster, le CMV ».

Parmi les plus de 100 espèces d’herpèsvirus, huit sont connues pour infecter les humains et rester dans l’organisme à vie après la disparition de la première infection. Ils peuvent se réactiver ultérieurement dans certaines conditions :

  • – Le virus d’Epstein‑Barr (EBV) est un virus commun qui provoque la mononucléose infectieuse et est associé à plusieurs types de cancer et à la sclérose en plaques. On estime que plus de 90 % des adultes en bonne santé ont été infectés à un moment donné de leur vie.
  • – Le virus varicelle‑zona est un autre virus commun qui provoque principalement la varicelle et qui, lorsqu’il est réactivé, provoque le zona chez les adultes.
  • – Les types 1 et 2 du virus de l’herpès simplex provoquent un herpès oral et/ou génital. On estime que 67 % (3,7 milliards) des personnes de moins de 50 ans dans le monde sont infectées par le virus de l’herpès simplex 1, tandis que 13 % (491 millions) sont infectées par le virus de l’herpès simplex 2.
  • -Le cytomégalovirus (CMV) est un virus courant qui infecte des personnes de tous âges et provoque des symptômes tels que fièvre, maux de gorge, gonflement des glandes et fatigue. Il peut aussi occasionnellement provoquer une mononucléose ou une hépatite.
  • -L’herpèsvirus humain‑6 et l’herpèsvirus humain‑7 provoquent la roséole, une infection bénigne qui survient principalement chez les enfants âgés de 6 mois à 2 ans.
  • -L’herpèsvirus associé au sarcome de Kaposi infecte les cellules endothéliales (qui tapissent les vaisseaux lymphatiques et sanguins) qui peuvent devenir cancéreuses, une maladie connue sous le nom de sarcome de Kaposi.
Une capture d’écran de la liste des herpèsvirus qui infectent les humains et de la maladie qu’ils provoquent. (viprbrc.org)

La plupart des personnes ne savent pas qu’elles ont été infectées par certains de ces virus car elles ne ressentent aucun symptôme.

« Beaucoup de gens croient que long Covid résulte d’un certain virus, de la protéine spike ou d’autres problèmes. Ils ne savent pas que nous assistons à cette énorme réactivation dans la famille des herpèsvirus et que nous avons un traitement pour cela. Il fonctionne vraiment très bien », explique le Dr Urso.

Bien qu’il n’y ait pas encore de définition clinique ou de traitement standard pour le Covid long, le Dr Urso affirme qu’il existe de nombreux médicaments réadaptés que les médecins peuvent prescrire en dehors des indications pour traiter le syndrome, comme ceux utilisés dans le protocole I‑RECOVER, développé par The Front Line Covid‑19 Critical Care Alliance.

Pour les longs symptômes du Covid causés par l’un des herpèsvirus réactivés, le Dr Urso prescrit du Valtrex et des suppléments comme la lysine et la vitamine D. « Nous utilisons la lysine parce que c’est une substance qui a un effet positif sur la santé.

« Nous utilisons la lysine parce que c’est un de ces nutriments qui est bon contre la famille des herpèsvirus. Le rapport lysine‑arginine semble avoir un impact sur la capacité de ces virus à se répliquer », poursuit le Dr Urso.

Il ajoute : « Je dis aux gens que la vitamine D est comme notre ‘data analyst’. Elle permet au système immunitaire de prendre de bonnes décisions… Et lorsque la vitamine D est présente, notre système immunitaire peut reconnaître : ‘Oh, c’est du pollen, laissons‑le tranquille. Attaquons cet agent pathogène, attaquons ce cancer.' »

Le Dr Urso recommande la vitamine D depuis 1995, lorsqu’il était chef du service d’oncologie oculaire au MD Anderson Cancer Center. Il est tombé sur une étude qui montrait que le supplément « avait un certain impact sur une protéine de reconnaissance des tumeurs » et a commencé à tester les niveaux de vitamine D de tous ses patients.

« Pratiquement 100 % des patients présentaient une carence en vitamine D avec le cancer, le cancer du côlon en particulier, nous en avons pris conscience », raconte le Dr Urso, ajoutant que la vitamine D est également « étonnante pour les allergies, elle est étonnante pour la prévention et la résistance contre le cancer, en particulier les lymphomes et le cancer du sein. »

Traitement des patients atteints du Covid

Lorsque la pandémie a commencé, le Dr Urso ne pouvait pas rester silencieux sachant que le Covid‑19 peut être traité de manière précoce avec divers médicaments réadaptés et a « commencé à contrecœur à traiter » les patients en raison du refus des autres médecins de prescrire un traitement précoce.

« J’ai dit à mes patients que si vous avez le Covid, personne ne va vous aider. J’ai dit : ‘Passez d’abord par tous les autres médecins, [et] si personne ne vous aide, je vous aiderai.’ »

Plus de deux ans après le début de la pandémie, les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) continuent à dire aux gens de rester chez eux à moins qu’ils ne présentent des « signes d’alerte urgents » tels que des difficultés respiratoires, une nouvelle confusion et des douleurs ou pressions thoraciques persistantes.

Ce n’est qu’en janvier 2022 que l’agence sanitaire a commencé à recommander aux personnes présentant un risque élevé de développer une maladie grave de se faire traiter rapidement avec un des médicaments d’urgence autorisés lorsqu’elles sont testées positives au Covid‑19.

Tout au long de la pandémie, les CDC n’ont pas recommandé une seule fois de prendre de la vitamine D. Des études ont montré que la vitamine D peut aider à prévenir le Covid‑19, à réduire l’admission en unité de soins intensifs et à réduire considérablement la mortalité. Une étude israélienne a révélé que les personnes présentant une carence en vitamine D étaient 14 fois plus susceptibles de souffrir d’un Covid‑19 grave.

Nanoparticules lipidiques

Les nanoparticules lipidiques (LPN) sont de minuscules particules composées de lipides ou de graisses qui permettent de distribuer le vaccin dans le corps en encapsulant l’ARNm qui code la protéine de pointe du SRAS‑CoV‑2 dans les cellules humaines.

Sans les LPN, l’ARNm se dégraderait en quelques secondes une fois injecté dans le bras.

Des études ont montré que les LPN ne se dégradent pas et ne sont pas éliminées de l’organisme dans un délai de 36 heures, contrairement aux affirmations récentes de la Food and Drug Administration (FDA) dans un courriel adressé à Epoch Times, et ils ne restent pas non plus au niveau du point d’injection.

L’étude de biodistribution (pdf) du vaccin Pfizer réalisée sur des rats par l’agence de réglementation japonaise a montré qu’une partie de l’ARNm se déplaçait du point d’injection et rejoingnait la circulation sanguine, puis se retrouvait dans divers organes tels que le foie, la rate, les glandes surrénales et les ovaires 48 heures après l’injection.

« C’est quelque chose que j’ai su immédiatement, parce que je travaille avec des nanoparticules lipidiques. J’aurais pu vous dire que les nanoparticules lipidiques, j’ai l’habitude de dire, ont besoin d’une fente de porte [pour circuler ici ou là], alors qu’un virus a besoin d’une porte ouverte. »

Étant donné qu’un vaccin normal a besoin d’une « porte ouverte » pour atteindre d’autres parties du corps, le Dr Urso déclare : « Un vaccin normal reste dans le bras, à peu près 99,9 % ou 99 % des fois, (…) une grande majorité des NPL, non. »

« En fait, nous savons maintenant qu’une grande partie du vaccin va dans le ganglion lymphatique, et qu’il continue à produire de la protéine de pointe soixante jours plus tard. »

« On retrouve la protéine de pointe jusqu’à 15 mois plus tard, dans les monocytes et d’autres cellules, elle ne s’est pas dégradée. »

Selon le Dr Urso, la persistance de la protéine spike dans différentes parties du corps interfère avec les fonctions normales du système immunitaire et provoque des problèmes de santé.

« Elle bloque d’importants gènes de réparation des tumeurs appelés p53, elle bloque les [gènes] BRCA, elle perturbe également le microARN‑27A, qui provoque des poussées dans les cellules cancéreuses du côlon. »

Selon le médecin, la présence de pics et de LPN « perturbe également les récepteurs 7 et 8 de type Toll », qui sont « importants pour la surveillance immunitaire des virus ».

« Donc nous allons donc voir une énorme augmentation de tous les virus qui sommeillent en quelque sorte dans notre corps, comme la famille des herpèsvirus. »

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.