Un professeur d’arts martiaux abattu par une maladie trouve un chemin inattendu vers la santé

Mon esprit s’est effondré lorsque j’ai découvert que j’avais besoin d’une chirurgie cardiaque et que je risquais d’être cloué au lit pour le reste de ma vie. Qui aurait cru qu’un homme comme moi, qui pendant des décennies a été si confiant et fier de sa force physique et de ses aptitudes sportives, se verrait soudainement emporté par la maladie ?

J’ai eu beaucoup de succès dans ma carrière quand le destin m’a porté un coup dévastateur, apparemment sorti de nulle part.

Cela s’est produit au début de l’été 2015, alors que j’étais lieutenant-colonel et professeur honoraire d’arts martiaux à l’académie des forces aériennes de mon pays, le Vietnam.

J’enseignais les arts martiaux à l’académie depuis 1986, à l’âge de 22 ans, et j’ai formé des douzaines d’étudiants pour gagner des prix élevés dans des tournois nationaux au fil des ans.

L’auteur en uniforme d’officier supérieur à l’académie de l’armée de l’air vietnamienne.

Je ne m’attendais pas à ce qu’après 30 ans, un examen médical de routine en vue de la prochaine compétition nationale m’empêcherait d’aller au bout de ma carrière, brisant mon idée que les athlètes et les amateurs de conditionnement physique soient en pleine forme et sans maladie.

J’ai été bouleversé d’apprendre du médecin que j’avais une tension artérielle très élevée, allant jusqu’à 170-180 mm Hg. Les organisateurs ont refusé ma participation au concours et m’ont renvoyé à l’hôpital pour une évaluation plus approfondie.

Là, j’ai reçu la prochaine mauvaise nouvelle. On m’a diagnostiqué une insuffisance mitrale, un trouble où la valve mitrale, une valve du côté gauche du cœur, fonctionne mal et empêche le sang de circuler efficacement du cœur au reste du corps.

En tant qu’artiste martial vétéran et joueur de tennis habile, j’étais fier d’avoir un corps fort et agile et je n’aurais jamais pensé qu’un jour je ressentirais de l’anxiété et de l’insécurité concernant ma santé. Mais j’étais là, à 51 ans, soudainement confronté à une grande inquiétude et incertitude, et à une perte totale de confiance dans l’avenir.

Bien que j’aie reçu un traitement médical d’expert, ma situation n’était pas de bon augure. J’éprouvais de la fatigue, de l’essoufflement et des douleurs thoraciques. On m’a dit qu’en raison de la gravité de mon état, ma tension artérielle ne pouvait être que temporairement réduite et qu’il me faudrait une chirurgie cardiaque pour réparer la valve.

À l’âge de 51 ans, l’auteur a reçu un diagnostic d’hypertension artérielle et d’insuffisance mitrale, et la gravité de son état était telle qu’il devait subir une chirurgie cardiaque.

En plus des risques et des frais liés à la chirurgie cardiaque, cela signifiait également que je pouvais obtenir mon congé de l’académie et que j’aurais peut-être à endurer une maladie débilitante pour le reste de ma vie.

C’était il y a trois ans. Aujourd’hui, je suis en bonne santé et je n’ai jamais eu besoin, finalement, de subir d’opération. Je dois remercier ma femme pour les conseils qu’elle m’a donnés et qui m’ont aidé à retrouver une santé naturelle.

Je partage mon histoire pour que d’autres puissent bénéficier de mon expérience. J’espère qu’en sachant ce qui m’est arrivé, les autres comprendront mieux ce que je veux dire quand je dis qu’ « un corps sain vient en effet d’un esprit sain et d’un cœur compatissant ».

Dans mon moment le plus désespéré

J’ai eu une passion pour les arts martiaux dès mon plus jeune âge. Avec de bonnes performances résultant d’un travail acharné, mon rêve s’est réalisé lorsque j’ai été engagé comme professeur d’arts martiaux à l’Académie de l’Air et des Forces de défense aérienne du Vietnam.

C’était donc plus que dévastateur quand la maladie a frappé. J’étais dans un brouillard de désespoir, comme si le monde s’écroulait autour de moi. Les questions s’accumulaient dans mon esprit, mais les réponses étaient introuvables.

Mon avenir n’est plus ? Les jours glorieux de la pratique des arts martiaux et d’être avec mes élèves sont-ils sur le point de se terminer pour toujours ? Comment ma condition a-t-elle pu se développer après tant d’années de vie saine et active ? Comment se fait-il qu’après des traitements sans fin, je ne sois toujours pas guéri ?

L’auteur était dans un état de désespoir après que la maladie l’eut frappé.

Mais la chance a vite fait de me sourire. Ma femme souffrait d’une myriade de maladies et d’affections, dont les rhumatismes, les maux d’estomac, les maladies vestibulaires et l’hypertension artérielle. En tant qu’enseignante, elle devait demander un congé tous les mois pour se rendre à l’hôpital pour se faire soigner puis se rétablir à la maison.

Plus tard, l’été même où j’ai appris mon état cardiaque, ma femme a commencé à pratiquer une discipline traditionnelle chinoise pour améliorer le corps et l’esprit appelée Falun Dafa, ou Falun Gong. Miraculeusement, ses maladies ont disparu peu de temps après qu’elle a commencé à faire les exercices du Falun Dafa et à lire son principal livre d’enseignements, Zhuan Falun, qui met l’accent sur l’élévation de notre caractère moral basé sur les trois principes d’Authenticité, Bienveillance et Tolérance.

Les exercices du Falun Dafa sont différents des routines d’entraînement aux arts martiaux auxquelles j’étais habitué. Ils consistent en quatre exercices debout et une méditation assise, et impliquent des mouvements qui ne sont pas vigoureux mais plutôt doux, lents et fluides.

L’auteur faisant la méditation assise du Falun Dafa.

Ma femme m’a encouragé plusieurs fois à lire le livre et à faire les exercices avec elle, mais je ne la prenais jamais au sérieux. Puis un jour, me voyant de très mauvaise humeur, elle est venue à mes côtés et a réessayé. « Tu n’as pas à être triste ou inquiet. On peut pratiquer le Falun Gong ensemble. Cela a aidé beaucoup de gens », dit-elle.

Je dois avouer que j’ai finalement décidé d’essayer parce que je pensais être dans une impasse. Je pensais aussi que si Falun Dafa ne pouvait pas m’aider, au moins j’aurais appris quelque chose de nouveau pour mon travail.

Revirement miraculeux

Étonnamment, après seulement quelques jours d’exercices, la douleur dans ma poitrine gauche s’est calmée et je n’avais plus de difficultés respiratoires. C’était comme si mes systèmes corporels étaient progressivement nettoyés et restaurés.

Ce miracle m’a obligé à étudier attentivement le livre Zhuan Falun. Les vérités spirituelles qu’il contient m’ont profondément marqué ; c’était la première fois de ma vie que je lisais un livre consacré uniquement à enseigner aux gens à s’améliorer sur la voie de l’illumination spirituelle en améliorant leur caractère moral. Ses principes d’Authenticité, de Bienveillance et de Tolérance m’ont profondément marqué.

J’ai continué à lire le livre et à faire les exercices tous les jours, et à partir de là, j’ai commencé à changer fondamentalement de l’intérieur. Le plus remarquable, c’est d’avoir vu mon corps se transformer complètement lorsque j’ai cessé de m’attarder sur ma maladie et que j’ai commencé à adopter un état d’esprit optimiste et une plus grande considération envers les autres.

L’auteur lisant Zhuan Falun, le livre principal des enseignements du Falun Dafa.

Dans le passé, je m’étais toujours considéré comme une bonne personne, en particulier parce que j’avais toujours bien accompli les tâches qui m’étaient assignées au travail. Mais après avoir commencé à pratiquer le Falun Dafa, beaucoup de gens ont remarqué que mon caractère s’est amélioré avec ma santé.

Par exemple, il y a une coutume à l’académie où les étudiants donnent à leurs professeurs des « cadeaux » en argent pour montrer leur appréciation, y compris pendant la période des examens. En tant que pratiquant du Falun Dafa, j’ai compris que je ne devais pas prendre cet argent, alors j’ai cessé de l’accepter et j’ai aussi rendu tout l’argent que mes étudiants m’avaient donné dans le passé.

Quand mes collègues l’ont appris, ils l’ont aussi reconnu comme quelque chose de moral et de droit, et ils ont même recommandé à la direction de l’académie de me féliciter. Cependant, je leur ai dit que je ne faisais que ce qui était juste et qu’il n’y avait pas besoin d’éloges.

L’auteur a cessé d’accepter des dons en argent de ses élèves et leur a rendu tout l’argent qu’ils lui avaient donné dans le passé.

Puis, trois mois après que j’ai commencé à pratiquer le Falun Dafa, un parent à la recherche d’un emploi a voulu me donner 15 millions de dong vietnamiens (environ 547 euros) pour l’aider à trouver un emploi. Je n’ai pas accepté l’argent et je lui ai dit : « Je vous aiderai certainement, mais s’il vous plaît, il n’y a pas besoin de me donner de l’argent. Je n’ai besoin de rien en retour. » Je l’ai ensuite aidé à trouver un bon emploi.

Quand la famille de mon frère a appris ce qui s’était passé, ils ont dit qu’ils ne comprenaient pas pourquoi je ne voulais pas accepter l’argent. J’ai donc partagé avec eux des histoires d’autres pratiquants du Falun Dafa qui aident les autres sans penser à être récompensés ou reconnus pour leurs efforts. J’ai expliqué comment Zhuan Falun enseigne la bonté inconditionnelle envers les autres, le don de soi librement, et être motivé uniquement par la compassion. Toute la famille de mon frère a été touchée et a désigné le Falun Dafa d’un grand enseignement. Plus tard, ils ont également commencé à pratiquer eux-mêmes le Falun Dafa.

L’auteur offre des décorations de fleurs de lotus du Falun Dafa à ses élèves comme cadeau après les avoir initiés à la pratique traditionnelle chinoise pour le corps et l’esprit.

Mes expériences m’ont en effet montré qu’un cœur pur et plein de compassion est la clé pour atteindre un corps sain.

Malentendus résolus

Grâce à ma pratique du Falun Dafa, mon esprit est devenu plus serein, et plus clair au sujet du bien et du mal. J’ai réussi à garder mon calme malgré la renommée et les honneurs associés aux compétitions d’arts martiaux. Et j’ai souhaité partager cette bonté avec d’autres personnes autour de moi afin que plus de gens puissent avoir l’occasion d’en apprendre davantage sur le Falun Dafa aussi.

Cependant, des informations fausses et trompeuses provenant de la persécution du régime chinois au pouvoir sur le Falun Dafa ont amené nombre de mes amis et collègues à mal comprendre cette pratique.

Le Falun Dafa est une pratique de l’école bouddhiste avec une longue histoire qui était enseignée en privé en Chine avant d’être rendue publique par son professeur, M. Li Hongzhi, en 1992. Ses bienfaits pour l’amélioration de la santé et de la moralité se sont rapidement répandus par le bouche-à-oreille dans toute la Chine.

Malheureusement, sa popularité l’a conduit à devenir une cible de persécution en 1999.

Alors que les pratiquants du Falun Dafa s’efforcent simplement d’être de bonnes personnes en suivant les principes d’Authenticité, de Bienveillance et d’Abstention, ils ont été diabolisés dans le cadre d’une campagne de propagande nationale et d’innombrables pratiquants ont été arrêtés et torturés afin de les forcer à renoncer à leurs convictions.

La persécution se poursuit encore aujourd’hui, 19 ans plus tard, et des rapports d’enquête contiennent des preuves alarmantes selon lesquelles les prisonniers d’opinion du Falun Dafa sont soumis au prélèvement forcé d’organes alors qu’ils sont encore vivants pour fournir l’industrie lucrative de la transplantation en Chine.

La désinformation du régime chinois sur le Falun Dafa s’est propagée si largement qu’elle a atteint le Vietnam et beaucoup de gens l’ont cru, dont mes collègues. Alors un jour, mon bureau m’a soudainement dénoncé à la haute direction pour avoir parlé du Falun Dafa.

J’ai ressenti une grande pression, mais je suis resté calme, car je savais que je n’avais rien fait de mal. J’ai sincèrement partagé ma compréhension avec mes collègues dans l’espoir qu’ils se rendraient compte de la situation réelle de la bonté du Falun Dafa et de la tromperie et de la brutalité de la persécution.

Finalement, l’un des colonels m’a rencontré et m’a écouté tranquillement. En conséquence, il en est venu à comprendre que le Falun Dafa est une bonne pratique qui profite aux gens.

L’auteur faisant la méditation assise du Falun Dafa.

J’ai depuis pris ma retraite de l’académie et j’apprécie maintenant le temps que je peux passer à faire connaître le Falun Dafa à un plus grand nombre de personnes, les avantages qu’il m’a apportés, à moi et à ma famille, et les persécutions dont il fait l’objet en Chine.

J’espère qu’un plus grand nombre de personnes comprendront la beauté du Falun Dafa et auront l’occasion d’en découvrir les bienfaits profonds, tout comme ma famille et moi avons vu les miracles qu’il a apportés dans nos vies.

Nguyen Quynh Xuyen vit au Vietnam.

Note de la rédaction :

Le Falun Dafa est une pratique de cultivation du corps et de l’esprit qui enseigne l’Authenticité, la Bienveillance et la Tolérance comme moyen d’améliorer la santé et le caractère moral et d’atteindre la sagesse spirituelle. Pour plus d’informations sur la pratique, visitez www.falundafa.org. Tous les livres, la musique des exercices, les ressources et les instructions sont disponibles gratuitement.

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

VIDÉO RECOMMANDÉE :

Présentation de la pratique du Falun Gong

 
VOIR AUSSI