Une journaliste citoyenne chinoise libérée après quatre ans de détention pour avoir couvert l’épidémie de Wuhan

Zhang Zhan a été libérée de prison, mais reste sous surveillance policière, selon des défenseurs des droits de l'homme

Par Dorothy Li
26 mai 2024 16:56 Mis à jour: 2 juin 2024 19:35

Zhang Zhan, une journaliste citoyenne emprisonnée en Chine après avoir publié des vidéos donnant un aperçu des premiers jours de la pandémie de Covid-19, a été libérée, ont déclaré des défenseurs des droits de l’homme.

Mme Zhang devait retrouver sa famille le 13 mai, après avoir purgé une peine de quatre ans, mais son statut est resté incertain pendant plus d’une semaine, suscitant l’inquiétude des États-Unis et de l’Union européenne.

Dans une vidéo publiée sur la plateforme de médias sociaux X, Mme Zhang a déclaré que la police l’avait envoyée dans l’appartement de son frère à Shanghai dans la matinée du 13 mai.

« Merci à tous pour votre aide et votre sollicitude », a-t-elle dit. « J’espère que tout le monde va bien. »

On ne sait pas encore quand ni où la courte vidéo a été enregistrée. Jane Wang, organisatrice de la campagne « Free Zhang Zhan », l’a publiée sur son compte X le 21 mai, indiquant qu’elle avait obtenu l’enregistrement d’un « intermédiaire » anonyme.

Ses soutiens ont déclaré que Mme Zhang restait sous surveillance.

« Comme d’autres anciens prisonniers politiques, elle fait l’objet d’une surveillance et d’un harcèlement intrusifs de la part du gouvernement », a déclaré Mme Wang dans un communiqué.

« Elle risque fort de disparaître ou d’être à nouveau arrêtée. »

Mme Zhang a été l’une des premières citoyennes chinoises à être punies par le régime communiste pour avoir cherché à révéler des informations sur la pandémie de Covid-19.


Une dénonciatrice révèle comment la Chine a menacé de la faire « disparaître » pour avoir parlé de l’origine du virus.

Depuis que l’épidémie de Covid-19 a fait son apparition dans la ville de Wuhan, dans le centre de la Chine, fin 2019, le Parti communiste chinois (PCC) a étroitement contrôlé les informations connexes — depuis les chiffres des décès et des vies sous confinement jusqu’au laboratoire de Wuhan, au centre de la théorie de l’origine du virus et de sa fuite du laboratoire — dans le but de supprimer toute nouvelle défavorable au régime.

Mme Zhang, une ancienne avocate de Shanghai, s’est rendue à Wuhan en février 2020 pour capturer les scènes chaotiques se déroulant à l’épicentre de la pandémie, pendant le confinement initial et fournissant au public des informations de première main.

Elle a détaillé ses visites et ses entretiens dans les hôpitaux, les centres de quarantaine et l’Institut de virologie de Wuhan dans des dizaines de vidéos téléchargées sur des plateformes de médias sociaux, notamment WeChat et YouTube, remettant en question le discours du PCC selon lequel l’épidémie était sous contrôle.

La police de Shanghai a arrêté Mme Zhang en mai 2020 et l’a détenue pendant plusieurs mois sans fournir de raison officielle.

Le 28 décembre 2020, Mme Zhang a été condamnée à une peine de quatre ans d’emprisonnement pour avoir « provoqué des querelles et des troubles », une accusation souvent utilisée pour poursuivre les dissidents. Mme Zhang a refusé de plaider coupable.

Pendant sa détention, cette femme de 1,80 m a vu son poids chuter à moins de 40 kg en raison d’une grève de la faim prolongée pour protester contre les allégations dont elle fait l’objet. Des gouvernements étrangers, des législateurs et des groupes de défense des droits ont à plusieurs reprises exprimé leur inquiétude quant au bien-être de Mme Zhang.

Ceux qui ont pris la défense de Mme Zhang ont également été pris pour cible. Shen Yanqiu, une militante basée à Shanghai et proche de la famille de Mme Zhang, a déclaré à Epoch Times que la police locale l’avait convoquée le 20 mai en raison de son appel public à la libération de la journaliste citoyenne.

La police tente d’empêcher les journalistes d’enregistrer des images devant le tribunal populaire du nouveau district de Shanghai Pudong, où la journaliste citoyenne Zhang Zhan a été condamnée, à Shanghai, le 28 décembre 2020. (Leo Ramirez/AFP via Getty Images)

Bien que les groupes de défense des droits applaudissent la nouvelle de sa libération, les inquiétudes concernant sa surveillance demeurent.

Reporters sans frontières (RSF) a déclaré dans un message sur les réseaux sociaux le 21 mai que son appel à une « libération totale et inconditionnelle » restait urgent.

« RSF reste préoccupée par sa situation et souligne qu’une liberté partielle n’est pas une liberté tout court », a déclaré le groupe de surveillance des médias dans une déclaration mise à jour plus tard dans la journée. « L’intervention diplomatique reste cruciale pour assurer sa libération totale et inconditionnelle dans les plus brefs délais. »

Amnesty International a déclaré que Mme Zhang devait pouvoir se déplacer et parler librement aux gens.

« Elle et sa famille ne doivent pas faire l’objet de surveillance ou de harcèlement, et elle doit avoir pleinement accès à un traitement médical après cette épreuve traumatisante », a déclaré le groupe de défense des droits de l’homme dans un communiqué publié le 21 mai sur X.

« L’emprisonnement de Zhang Zhan par la Chine a constitué une atteinte honteuse à ses droits fondamentaux. Sa libération doit marquer un nouveau départ. »

Li Xi et Eva Fu ont contribué à cet article.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

EN CE MOMENT