Une roquette tirée par un groupe terroriste palestinien est à l’origine de l’explosion d’un hôpital qui a fait des centaines de morts, selon Tsahal

Par Tom Ozimek
18 octobre 2023 10:45 Mis à jour: 18 octobre 2023 11:33

L’armée israélienne a établi que l’explosion de grande ampleur qui aurait fait des centaines de morts dans un hôpital de la ville de Gaza mardi n’a pas été causée par une frappe aérienne israélienne, comme le prétend le groupe terroriste Hamas, mais par une roquette tirée à tort par une autre organisation terroriste affiliée au Hamas.

Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a fait état d’au moins 500 morts dans l’explosion de l’hôpital al-Ahli et a imputé la responsabilité du carnage à une frappe aérienne israélienne, la qualifiant d’« horrible massacre ».

Les forces israéliennes ont accusé le Jihad islamique, une organisation palestinienne plus petite et encore plus radicale que le groupe terroriste Hamas, qui partage de nombreux objectifs et positions du Hamas, notamment une position farouchement anti-israélienne.

Des personnes se rassemblent autour des corps des Palestiniens tués après l’explosion de l’hôpital Ahli Arab dans le centre de Gaza, après avoir été transportés à l’hôpital Al-Shifa, le 17 octobre 2023. (Photo by DAWOOD NEMER/AFP via Getty Images)

Que s’est-il passé ?

Vers 19 heures, heure locale, une explosion a secoué l’hôpital al-Ahli de la ville de Gaza.

L’hôpital se trouve dans le centre de la bande de Gaza, où Israël effectue ce qu’il appelle des frappes de précision visant le groupe terroriste Hamas, après que des agents du Hamas ont mené des raids contre des communautés israéliennes, tuant des centaines de civils.

Des scènes horribles de l’explosion de l’hôpital ont été diffusées à grande échelle, le feu engloutissant le bâtiment, le terrain de l’hôpital étant jonché de corps de personnes décédées, dont des enfants.

De nombreux médias ont repris la version du Hamas, à savoir que les frappes aériennes israéliennes étaient à l’origine du carnage.

Mais au fur et à mesure que de nouvelles informations apparaissent, notamment des images aériennes recueillies par un drone militaire, cette version des faits commence à s’effondrer.

« Les médias du monde entier se sont empressés de publier les titres du Hamas, sans vérifier les faits », ont souligné les Forces de défense israéliennes (FDI) dans un message publié sur le site X.

« Nous savons maintenant qu’une roquette du Jihad islamique visant Israël s’est mal déclenchée et a touché l’hôpital de Gaza », a ajouté le communiqué.

Une salve de roquettes est tirée par des militants palestiniens depuis Gaza alors qu’un missile israélien lancé par le système de défense antimissile Iron Dome tente d’intercepter les roquettes, au-dessus de la ville de Netivot, dans le sud d’Israël, le 8 octobre 2023. (Photo by MAHMUD HAMS / AFP) (Photo by MAHMUD HAMS/AFP via Getty Images)

Des images brutes partagées par les Forces de défense israéliennes (FDI) montrent ce qu’elles disent être une roquette visant Israël qui « s’est trompée de cible et a explosé à 18H59, au moment même où un hôpital a été touché à Gaza ».

Les images montrent une fusée filant dans le ciel avant d’exploser en l’air et de laisser tomber des débris, suivie d’une explosion au sol, puis d’un brasier engloutissant un bâtiment.

Le Jihad islamique est à blâmer, selon Tsahal

Le contre-amiral Daniel Hagari, porte-parole de l’armée israélienne, a fait savoir lors d’un point de presse que l’armée israélienne avait déterminé qu’il n’y avait pas eu d’attaques aériennes, terrestres ou navales israéliennes dans la zone au moment de l’explosion.

M. Hagari a ajouté que les radars avaient détecté des tirs de roquettes au moment même où l’explosion s’est produite. Les communications interceptées entre les groupes armés palestiniens montrent que c’est le Jihad islamique qui a tiré les roquettes.

« Je peux confirmer qu’une analyse des systèmes opérationnels des FDI indique qu’un barrage de roquettes a été tiré par des terroristes de Gaza, passant à proximité de l’hôpital al-Ahli de Gaza au moment où il a été touché », a affirmé M. Hagari.

« Les renseignements provenant de sources multiples révèlent que le Jihad islamique est responsable du tir de roquette raté qui a touché l’hôpital. »

« Je le répète, c’est de la responsabilité du Jihad islamique ! »

Les forces de défense israéliennes ont diffusé une image prise par un radar, montrant la trajectoire de roquettes qui auraient été tirées de Gaza vers Israël, l’hôpital al-Ahli se trouvant quasiment dans la ligne de mire.

Un graphique partagé par les Forces de défense israéliennes (FDI) montre les trajectoires des roquettes tirées de Gaza contre Israël, avec l’emplacement de l’hôpital al-Ahli à Gaza qui a été secoué par une explosion dans la ligne de tir, le 17 octobre 2023. (TSAHAL)

Selon M. Hagari, depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, environ 450 roquettes lancées par des organisations terroristes en direction d’Israël ont fini par tomber dans la zone de la bande de Gaza.

Alors que de plus amples informations ont été révélées sur l’explosion, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a réagi sur X en déclarant que « ce sont les terroristes barbares de Gaza qui ont attaqué l’hôpital de Gaza, et non les forces de défense israéliennes ».

« Ceux qui ont brutalement assassiné nos enfants assassinent également leurs propres enfants », a-t-il ajouté.

Le site abandonné de l’attaque du week-end du festival de musique dans le désert Supernova par des terroristes du Hamas près du kibboutz Reim dans le désert du Néguev, dans le sud d’Israël, le 10 octobre 2023. (Jack Guez/AFP via Getty Images)

Il est largement admis que les membres du groupe terroriste Hamas, qui ont tué des enfants parmi les quelque 1400 victimes de leur assaut brutal du 7 octobre contre les communautés israéliennes, utilisent les habitants de Gaza comme boucliers humains.

Les terroristes du Hamas ont organisé un raid surprise le 7 octobre, ciblant principalement des civils avec des tactiques scandaleuses comprenant des viols, des mutilations et des tortures, dont des enfants.

Selon le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, les frappes aériennes de représailles des forces israéliennes ont tué au moins 2778 personnes et en ont blessé 9700.

Depuis leur attaque contre Israël, les agents du Hamas ont lancé des roquettes tous les jours, visant des villes de tout le pays.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.