« 40 degrés dans les cellules », la canicule fait aussi souffrir les personnes incarcérées

Par Sarita Modmesaïb
10 août 2022 08:19 Mis à jour: 10 août 2022 08:19

Avec les canicules qui se multiplient, la situation dans les prisons françaises, souvent obsolètes, devient intenable.

Entre incendies et sécheresses historiques, les vagues de chaleur nécessitent pour chacun de s’adapter en se rafraîchissant et en se protégeant du soleil. Mais, le milieu carcéral, déjà compliqué du fait d’une surpopulation et de bâtiments vétustes, subit ces canicules avec des moyens inexistants.

À la maison d’arrêt de Nice, qui connaît un taux d’occupation de 151%, la situation est explosive, relate France 3 Provence Alpes Côte d’Azur.

Odile Macchi, responsable du pôle enquête de l’Observatoire international des prisons, dénonce ces conditions sur France 3: « Forcément, il y a un entassement des détenus qui se retrouvent parfois à trois dans une cellule de 9 m2, donc si on ajoute à ça la vétusté des bâtiments qui sont souvent mal isolés, les prisons peuvent devenir de véritables fours ».

Et puis, il y a la règle des 3 douches… par semaine, avec une douche supplémentaire en cas de canicule.

« Cela joue sur les nerfs de la population pénale, c’est compliqué de la gérer, décrit Nordine Souab, secrétaire local UFAP UNSa à la maison d’arrêt de Nice. En plus pendant l’été, paradoxalement, il y a moins d’activités donc les détenus passent plus de temps en cellule à souffrir de la chaleur ». 

Gérer la chaleur

A la promiscuité et à la vétusté des locaux,  s’ajoute donc le manque d’hygiène et l’énervement dus à la chaleur, et la situation dans les cellules surchauffées peut devenir explosive. Alors, les détenus tentent de se rafraîchir comme ils le peuvent et parfois avec la complicité bienveillante des surveillants.

Passages répétés au lavabo (quand il y en a), ouverture des fenêtres, draps humides étendus aux fenêtres afin de se protéger du soleil ou encore inondation de cellules… le système D est roi.

« On met en place des petits subterfuges pour faire rentrer l’air dans les cellules, relate Nordine Souab. Par exemple, quand on apporte le repas ou que les détenus font le nettoyage de leur cellule, on laisse la porte un peu plus longtemps ouverte, quelques secondes, pour faire un courant d’air ».

Un plan canicule en détention a pourtant été instauré depuis 2003. L’Observatoire international des prisons demande donc l’application de ce plan qui comprend, entre autres, un déplacement des horaires de promenades à des horaires moins chauds ou la distribution de bouteilles d’eau.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.