75e anniversaire du Débarquement : des touristes allemands hissent un drapeau nazi sur leur mobile-home

Un incident survenu en marge des commémorations du Débarquement qui a choqué les employés du camping où ces touristes étaient installés.

En villégiature à Vierville-sur-Mer, petit village du Calvados qui surplombe la plage d’Omaha Beach où des milliers de soldats alliés ont débarqué le 6 juin 1944, quatre touristes allemands ont décidé d’accrocher un drapeau nazi dans leur mobile-home.

Âgés d’une quarantaine d’années, les touristes étaient arrivés à Vierville-sur-Mer au début du mois de juin. Outré d’apercevoir cette croix gammée, un employé du camping « L’Omaha » a immédiatement averti sa direction.

« Mon sang n’a fait qu’un tour, je suis immédiatement allé les voir en leur demandant de retirer cet objet. Ils l’ont fait sans problème et m’ont dit qu’ils ne savaient pas que c’était interdit. J’ai quand même prévenu la gendarmerie car je voulais savoir à qui j’avais affaire », a expliqué le gérant du camping Ludovic Vautier aux journalistes de Ouest-France.

« C’était apparemment une grosse bêtise et ils sont venus s’excuser platement à plusieurs reprises depuis… Je ne suis pas totalement convaincu, mais en même temps, je n’ai pas de raisons de ne pas les croire », poursuit le directeur de l’établissement.

« Le souci d’une reconstitution fidèle »

Les gendarmes ont finalement confisqué le drapeau nazi avant d’interroger les quatre Allemands. Selon Ouest-France, ces derniers n’appartiennent à aucun groupe néonazi connu. Ils auraient expliqué à la maréchaussée avoir acheté l’étendard symbole du IIIe Reich ainsi qu’un uniforme nazi dans une boutique de la région, et ce, dans « le souci d’une reconstitution fidèle de l’histoire ».

Si la commercialisation de ces objets n’est pas interdite, « porter ou exhiber en public un uniforme, un insigne ou un emblème rappelant les uniformes, les insignes ou les emblèmes qui ont été portés ou exhibés […] par les membres d’une organisation déclarée criminelle » est passible d’une amende de 1500 euros.

 
VOIR AUSSI