Yvelines : 151 interpellations devant un lycée de Mantes-la-Jolie après des incidents

151 personnes ont été interpellées jeudi 6 décembre devant un lycée de Mantes-la-Jolie après des heurts et dégradations dans cette commune des Yvelines, a indiqué à l’Agence France Presse (AFP) le commissaire de la ville.

Ces arrestations ont eu lieu après de nouveaux incidents à proximité du lycée Saint-Exupéry, où deux voitures ont été incendiées jeudi et où des heurts ont éclaté avec la police. Les interpellés sont soupçonnés de « participation à un attroupement armé », a détaillé le commissaire Arnaud Verhille.

Une mobilisation des lycéens qui protestent contre la réforme du baccalauréat et de Parcoursup mais aussi, pour certains, en soutien aux »gilets jaunes ».

Yvelines. Cliché saisissant des lycéens arrêtés par la police. (Capture d’écran [email protected])

Selon Franceinfo, plus de trente-sept personnes, la plupart encagoulées, portaient des bâtons, des battes de base-ball et des conteneurs de gaz lacrymogène, d’après une source proche du dossier.

Le commissaire assure avoir voulu, par ces arrestations, « interrompre un processus incontrôlé » après des heurts et l’incendie de deux voitures. La plus jeune des personnes interpellées est née en 2006, la plus âgée en 1998, selon la préfecture. Toutes sont entendues au commissariat de la ville.

Des dizaines d’entre eux étaient rassemblés dans le jardin d’un pavillon et dans une maison associative par quelque 70 policiers mobilisés pour cette opération. Les mains entravées ou sur la tête, à genoux ou assis au sol, selon la journaliste de l’AFP.

Les images de ces interpellations qui tournent sur le net ont choqué de nombreux internautes, notamment une vidéo filmée de près où l’on voit des dizaines de jeunes agenouillés, les mains dans le dos ou sur la tête, encadrés par de nombreux policiers.

Les forces de l’ordre, selon une source policière, n’avaient pas assez de menottes. Les policiers auraient placé les lycéens dans cette position, qu’ils estiment réglementaire, avant l’arrivée de renforts.

Pour Thierry Laurent, directeur de cabinet du préfet des Yvelines :  « Ces images sont indubitablement dures et inhabituelles, il faut pour autant les mettre en rapport avec les violences qui ont été commises à Mantes-la-Jolie par ces individus depuis trois jours ».

D’autres personnalités politiques ont également réagi, sur Twitter. « Il faut dire les choses posément mais fermement : ce qui s’est passé avec les lycéens de Mantes-la-jolie – ces scènes dont il existe de nombreuses photos et vidéos – est simplement intolérable », a jugé Cécile Duflot.

De son côté  Eric Coquerel, député en Seine-Saint-Denis a lancé : « On attend la réaction de Christophe Castaner pour prendre aussi des mesures face à cette violence inacceptable et humiliante ».

« Glaçant, inadmissible. Cela n’est pas la République. La jeunesse française humiliée. Mais que cherche le pouvoir sinon la colère en retour ? », a réagi Benoit Hamon.

Certains interpellés ont déjà été conduits dans des commissariats du département pour être fixés sur leur sort et savoir si des poursuites sont engagées à leur encontre, selon la source policière.

Ce coup de filet intervient après de récents incidents autour de lycées à Mantes-la-Jolie.

Ailleurs en France, des heurts ont également éclaté aux abords de plusieurs établissements dans le sillage d’une mobilisation réactivée par les « gilets jaunes » et qui en est à son quatrième jour.

D. S avec AFP

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires

VIDÉO RECOMMANDÉE :

En Alsace, des boulangers réalisent des Mannele… en gilets jaunes

 
VOIR AUSSI