À Bondons, en Lozère, l’angélus perturbe une vacancière

Dans la petite commune de Bondons en Lozère, le maire, Francis Durand, a reçu au courrier une réclamation peu habituelle…

En effet, une dame, qui logeait pour ses vacances dans le gîte communal de Malbosc, s’est plainte d’être chaque jour réveillée par les cloches du village à 7 heures du matin.

Ce gîte jouxte l’église puisqu’il s’agit de l’ancien presbytère transformé en locations saisonnières.

Le maire, qui exécute son tout premier mandat en tant que tel, habitué à gérer des soucis de voisinage, ne s’attendait pas à une demande aussi surprenante ainsi que l’explique le journal Midi Libre.

Il raconte que les cloches sonnent à 7 heures, puis à midi et enfin à 19 heures, rythmant ainsi depuis toujours les journées de cette bourgade, à l’instar de nombreux villages français.

La dame à l’origine de cette lettre explique qu’elle aspire au repos pendant ses quinze jours de vacances et demande « que l’horaire de sonnerie de la cloche du presbytère puisse être décalée car c’est franchement rude d’être réveillés tous les matins à 7 heures alors que nous sommes en congés ».

Le maire Francis Durand ajoute « qu’elle en a d’abord parlé à l’employée communale qui s’occupe des gîtes, puis m’a demandé de faire intervenir mon personnel technique pour modifier la sonnerie. Mon personnel technique ? Mais elle a déjà vu tout le monde, je n’ai pas de personnel technique ! »

Il nous fait savoir que décaler l’horaire de sonnerie de la cloche nécessiterait de faire appel à une société spécialisée : « Ça nous ferait payer le déplacement, puis de nouveau pour remettre la cloche au départ des locataires. Et si on la règle à 9 heures, et que les suivants demandent 10 heures, on fait quoi ? »

Il n’a donc pas l’intention de soumettre la cloche au silence, ni de modifier les horaires de sa sonnerie. Il renchérit : « C’est un presbytère, c’est à côté de l’église, il y a une cloche, voilà ». De la même manière « qu’il y a des mouches – en bas, c’est les moustiques ; ici, c’est les mouches – et des coqs ».

Le maire ajoute que la vacancière tient à faire une réclamation auprès de l’organisme qui gère la location des gîtes communaux prétextant que cette nuisance sonore n’aurait pas été précisée dans l’annonce.

Il conclut : « En ville, le bruit, c’est toute la journée ».

Malbosc, située au bout d’une petite route sinueuse, est donc un havre de paix, hormis quand la cloche sonne et que le coq chante !

 
VOIR AUSSI