Des armes en cristal découvertes dans une tombe mégalithique vieille de 5000 ans en Espagne

Des archéologues ont mis au jour en Espagne un ensemble extrêmement rare d’armes, comprenant une longue dague, vingt-cinq pointes de flèches et les matériaux utilisés pour créer ces artefacts, tous faits de cristal ! La découverte a été faite dans des tombes mégalithiques datant du 3ème millénaire av. J.-C. dans le Sud-Ouest de l’Espagne.

Une excavation de tombes mégalithiques à Valencina de la Concepción en Espagne a conduit à la découverte de reliques rares, que les experts décrivent comme exceptionnels et magnifiquement bien préservés. Les objets sont estimés avoir plus de 5000 ans. Comme le rapporte le Daily Grail, le Montelirio tholos excavé entre 2007 et 2010 est une grande construction mégalithique qui s’étend sur près de 44 mètres au total, construit à partir de larges dalles d’ardoises. Au moins 25 individus ont été découverts à l’intérieur de la structure. Les analyses suggèrent qu’un homme et de nombreuses femmes ont bu une substance empoisonnée. Les restes des femmes sont assisses en cercle dans une chambre adjacente aux os de ce qu’on pense être leur chef.

Les armes en cristal ont été découvertes dans le Montelirio tholos.

D’incroyables pointes de flèches en cristal

Ils ont également découvert « un ensemble extraordinaire de somptueux objets gravés… le plus notable étant un nombre non spécifié d’étoffes ou de vêtements faits de dizaines de milliers de perles perforées et décorées avec des perles d’ambre », selon l’étude.

En plus des restes humains et des textiles, les archéologues ont découvert une grande réserve de pointes de flèches en cristal. Le fait qu’elles aient été découverts ensemble indique qu’elles pourraient avoir été une offrande rituelle à un autel. Les pointes de flèches ont les longs appendices caractéristiques des pointes de flèches en silex de la région, mais les archéologues notent qu’une technique encore plus développée a dû être requise pour produire ces caractéristiques uniques en utilisant du cristal de roche.

A: Pointes de flèches d’Ontiveros ; B: Pointes de flèches de Montelirio tholos; C: Dague de Montelirio ; D: Matériau de Montelirio tholos ; Débris de taille de Montelirio ; F: Petites lames de Montelirio ; G: Petites lames de Montelirio tholos.

Le corps d’un homme jeune découvert dans la seconde structure

Dans la seconde structure, également construite de plaques d’ardoise et nommée 10.042-10.049, les archéologues ont découvert le corps d’un jeune individu estimé avoir eu entre 17 et 25 ans au moment de sa mort. Le corps reposait en position fœtale et était encerclé par un large ensemble d’objets précieux. Cela comprenait une défense d’éléphant posée au dessus de la tête du jeune homme, un ensemble de 23 lames en silex et plusieurs artefacts en ivoire. Comme le mentionne le Daily Grail : « La dague de roche de cristal apparu au niveau supérieur de la structure 10.049 du secteur PP4-Montelirio, en association avec une poignée et une gaine en ivoire, rend compte d’un objet exceptionnel dans la Préhistoire tardive de l’Europe … L’épée fait 214 mm de longueur, un maximum de 59 mm en largeur et 13 mm d’épaisseur. Sa morphologie n’est pas étrangère à la péninsule Ibérique, bien que tous les échantillons enregistrés jusqu’ici étaient faits de silex et non de roche de cristal. »

La dague en cristal.

Les armes en cristal appartenaient à quelques individus d’élite

Après avoir examiné attentivement les découvertes, les archéologues ont observé que les armes étaient pratiquement toutes de la même forme, les pointes de flèches en silex étant assez courantes dans la région à cette époque.

Cependant le fait qu’il n’y ait pas de mine de cristal près de la région implique que les artisans dotés des armes en cristal ont possiblement voyagé sur de nombreux kilomètres afin de trouver le matériau dont ils avaient besoin pour la construction des armes et des outils. Le manque de cristal suggère également que ces armes étaient destinées à un groupe réduit de personnes.

Selon les experts rapportés dans l’étude par le Daily Grail : « Les items les plus techniquement sophistiqués étaient cependant déposés dans les structures mégalithiques plus grandes … Ainsi il est raisonnable d’assumer que bien que le matériau brut était relativement disponible dans la communauté … seuls les parents, les factions ou les individus qui étaient enterrés dans les mégalithes étaient en mesure de se permettre la valeur ajoutée que permettait la production d’objets sophistiqués comme les pointes de flèches ou les lames des dagues. »

En conclusion, les experts ayant participé à l’étude du cristal de roche ont confirmé le statut de Valencina en tant que site exceptionnel avec une forte concentration de matériaux bruts exotiques et de produits rares venant de toute l’Ibérie.

Cet article a été republié avec l’autorisation d’Ancient-Origins.net.

 
VOIR AUSSI