Biden dit qu’il ne commuera pas la peine de son fils

Hunter Biden a été reconnu coupable mais n'a pas encore été fixé sur son sort

Par Jacob Burg
14 juin 2024 10:29 Mis à jour: 9 juillet 2024 00:59

Joe Biden s’est exprimé hier sur la condamnation de son fils Hunter dans une affaire de possession d’armes à feu. Il a déclaré aux journalistes qu’il acceptait le verdict de culpabilité et qu’il ne gracierait pas ou ne commuerait pas la peine de son fils.

Ces commentaires interviennent quelques jours après qu’un jury américain a déclaré Hunter Biden coupable des trois chefs d’accusation retenus contre lui.

Le fils de Joe Biden a été reconnu coupable d’avoir menti à un marchand d’armes agréé, lorsqu’il a signé une déclaration sur l’honneur dans laquelle il certifiait ne pas être consommateur de drogues, et d’avoir été en possession de l’arme de façon illégale pendant une période de 11 jours.

Joe Biden a abordé la question lors d’une conférence de presse au sommet du G7 en Italie.

« Je suis extrêmement fier de mon fils Hunter. Il a surmonté sa dépendance. C’est l’un des hommes les plus brillants et les plus honnêtes que je connaisse », a-t-il dit.

« Je me suis engagé à ne rien faire. J’ai dit que je me conformerai à la décision du jury (…) et je ne lui accorderai pas la grâce présidentielle ».

Alors que M. Biden quittait la scène après une conférence de presse conjointe avec le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy, un journaliste lui a demandé s’il comptait commuer la peine de son fils. Le président américain s’est tourné vers la foule et a répondu par la négative alors qu’il serrait la main de Zelenskyy.

Les présidents américains ont le pouvoir de gracier et de commuer, ou d’alléger, les peines fédérales.

Bien que reconnu coupable, Hunter Biden n’a pas encore été fixé sur son sort. La juge a indiqué que les rapports présentenciels prennent souvent jusqu’à 120 jours pour être traités, soit juste avant les élections présidentielles.

Dans une déclaration publiée le jour du verdict de culpabilité de son fils, Joe Biden a déclaré qu’il éprouve de la fierté pour son fils qui s’est battu contre la toxicomanie et qui s’est montré « fort et résistant dans son rétablissement ».

« Jill et moi serons toujours là pour Hunter et le reste de notre famille, avec notre amour et notre soutien. Rien ne changera jamais cela », a-t-il dit.

Le président américain a choisi de ne pas assister au procès en personne, mais la première dame, Jill Biden, était présente entre deux voyages à l’étranger avec son mari. Le frère et la sœur du président, James et Valerie Biden, ont également assisté au procès pour soutenir leur neveu.

Hunter Biden risque jusqu’à 25 ans de prison, bien que les primodélinquants soient généralement condamnés de peines inférieures à la peine maximale.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

EN CE MOMENT