Canicule à Paris : une cellule de crise pour aider les personnes les plus vulnérables

Par Epoch Times avec AFP
11 août 2020 09:32 Mis à jour: 11 août 2020 13:53

À l’approche du niveau 3 du plan canicule, une cellule de crise a été mise en place le 6 août à la mairie de Paris.

« L’inquiétude commence maintenant, car certains se déshydratent lentement » : au sein de la cellule de crise de la mairie de Paris, Thierry Lacombe, médecin, rappelle les risques que courent les personnes vulnérables face à une canicule qui s’annonce historiquement longue.

Au centre d’action sociale de la Ville de Paris (CASVP), une dizaine d’employés volontaires s’apprête à livrer des ventilateurs à des personnes ciblées notamment pour leur isolement ou leur âge, alors que des chaleurs accablantes devraient assommer la capitale jusqu’à jeudi. « Les gens ont beaucoup besoin de conseils », souligne Thierry Lacombe, médecin au sein du dispositif pour la deuxième année. « Les personnes âgées ne se plaignent pas mais les effets de la chaleur sur l’organisme s’accentuent à mesure que la canicule dure ».

La cellule de crise a été mise en place jeudi dernier, à l’approche du niveau 3 du plan canicule. Toutes les 48 heures, des prestataires contactent les quelque 9 500 personnes inscrites sur un fichier, afin de prendre des nouvelles.

Les personnes jugées à risque sont recontactées dans la foulée par une des trois cellules qui opèrent depuis la cellule du 4e arrondissement : médecins, travailleurs sociaux et personnel administratif. « Lorsqu’on appelle, on demande si la personne a besoin d’aide, si elle boit, si elle est entourée », explique Justine Cavin, assistante sociale à la mairie du 19e arrondissement. « On essaye d’avoir une approche un peu globale, pour voir s’il y a urgence et si une prise en charge est nécessaire ».

Des visites « de courtoisie »

L’aide peut aller jusqu’à des visites si les cas sont jugés suffisamment préoccupants. Des employés volontaires de la Ville peuvent être mobilisés pour se rendre directement chez eux et s’assurer de leur état de santé. Les agents sont mobilisés une à deux fois par semaine pour ces visites « de courtoisie ». « Ils sont très contents, on est quasiment les seuls à aller les voir : soit la famille est très loin, soit ce sont des personnes seules », raconte Majid Oumaziz.

350 ventilateurs ont été distribués en juillet, sous conditions de revenus, sur un total de 1 500 commandés. N’importe qui peut toutefois s’inscrire ou inscrire une connaissance par téléphone au 3975, en ligne ou dans les bâtiments de la mairie. Le fichier s’est d’ailleurs étoffé durant la pandémie de coronavirus : si la majorité des « vulnérables » a plus de 65 ans, d’autres, plus jeunes mais souffrant de problèmes de santé, sont ciblés depuis la crise sanitaire.

Les salles de rafraîchissement moins fréquentées

Deux interventions du SAMU et des pompiers ont été déclenchées grâce aux appels de cette cellule pour des cas de déshydratation. Une autre a eu lieu car une personne ayant chuté chez elle a pu répondre au téléphone.

Cette année, les salles de rafraîchissement qui permettent d’accueillir les personnes souffrant de la chaleur, et de rompre ainsi l’isolement, sont moins fréquentées avec le risque lié à l’épidémie. « Il faut du bon sens, trouver des endroits à l’abri de la chaleur comme les îlots de fraîcheur », estime Stéphane Crenn, membre du service de gestion de crise de la ville. Avant d’ajouter, un brin fataliste : « Je ne considère même plus la canicule comme une crise, puisque c’est tous les ans ».

Ce fichier avait été créé à l’occasion de la canicule de 2003, qui avait provoqué 15 000 décès en France. Or Paris « vit sa semaine la plus épouvantablement chaude depuis 1873, hors août 2003 », assure sur Twitter François Jobard de Météo-France.

 

Le saviez-vous ? 
Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.