Craignant une épidémie de coronavirus dans les rangs, l’armée chinoise isole des officiers à leur résidence

Par Nicole Hao
6 mars 2020 16:39 Mis à jour: 6 mars 2020 16:39

Un grand nombre d’officiers militaires chinois ont été isolés de force depuis la fin janvier pour s’assurer qu’ils ne seront pas infectés par le nouveau coronavirus, ont déclaré des initiés à la version chinoise d’Epoch Times.

« Les familles ne peuvent leur rendre visite que deux fois par semaine pour leur livrer de la nourriture et apporter des vêtements », a déclaré une source qui vit dans un complexe d’appartements dans le quartier Haidian de Pékin, réservé aux officiers supérieurs de l’armée de l’air, aux officiers retraités et à leurs familles.

Les officiers, qui servent d’assistants aux hauts dirigeants de l’armée de l’air, sont maintenant détenus dans une zone centrale bouclée du complexe d’appartements situé au n° 7 de la route du sud de Kunminghu. Seuls les officiers sont autorisés à entrer ou à sortir de cette zone.

« [Les membres de la famille] ne sont pas autorisés à avoir un contact direct avec les officiers. Ils font passer des objets par une porte en fer », a déclaré la source.

Les complexe d’appartements militaires

Il a expliqué que les officiers ont été obligés de s’isoler pour qu’eux et leurs supérieurs soient à l’abri du virus.

Les hauts responsables du Parti communiste chinois tels que Xi Jinping, Li Keqiang et les généraux militaires de haut rang se voient généralement assignés des subordonnés pour leurs besoins quotidiens, tels que les conduire, piloter leurs avions privés et faire leurs courses.

La source, qui a demandé à rester anonyme par crainte de représailles, a déclaré que les responsables militaires estiment que l’épidémie ne peut pas être contrôlée avant mai, de sorte que les personnes isolées ne seront pas autorisées à rentrer chez elles avant cette date. En attendant, les officiers et leurs familles ont reçu l’instruction de ne rien divulguer sur les mesures d’isolement ou sur l’épidémie, a-t-il ajouté.

Une voiture entre dans le complexe d’appartements militaires au n° 7 de la route du sud de Kunminghu à Pékin, en Chine, en mars 2020. (Photo fournie à The Epoch Times par un initié)

Une autre source, qui vit dans un autre complexe d’appartements pour officiers militaires à Haidian, a déclaré à Epoch Times le 3 mars que plus de 2 000 hauts fonctionnaires et officiers chinois retraités vivent actuellement dans son complexe. Leurs déplacements sont également restreints afin d’éviter que le virus ne se propage chez eux.

« À l’entrée, les agents de sécurité ont commencé à contrôler la température de notre corps depuis la mi-janvier. À partir du 25 janvier, le Nouvel An lunaire, le complexe a commencé à restreindre l’entrée. Les nounous qui viennent d’autres villes ne sont pas autorisées à entrer dans la zone », a-t-il déclaré.

« Depuis le 25 février, les résidents doivent détenir un laissez-passer pour entrer et sortir de leur immeuble. Chaque ménage reçoit un laissez-passer. »

La source précise qu’elle a des collègues et des amis qui vivent dans d’autres complexes d’appartements militaires à Haidian, et qu’ils lui ont dit que leurs zones résidentielles ont des restrictions similaires.

« Certains n’autorisent pas les résidents à faire du shopping. Ils livrent de la nourriture à la porte d’entrée », dit-elle.

L’épidémie parmi les militaires

Officiellement, le régime chinois a nié le fait que des membres de l’armée ont été infectés.

Lors d’une conférence de presse le 2 mars, Chen Jingyuan, un fonctionnaire de la Commission militaire centrale, la principale agence du Parti pour la supervision des affaires militaires, a déclaré qu’il n’y avait pas eu d’infections parmi les quelque 10 000 membres du personnel médical militaire qui ont été envoyés pour répondre à l’épidémie de coronavirus.

L’administration centrale du régime chinois a publié le discours de Chen Jingyuan après la conférence de presse, mais l’a supprimé quelques heures plus tard, ne laissant que la photo de Chen sur son site web.

Auparavant, les médias officiels de l’Armée populaire de libération (APL) avaient signalé que certains officiers étaient isolés, mais n’avaient pas fourni de détails supplémentaires.

Le quotidien de le Armée populaire de libération (APL) a rapporté le 17 février que « certains commandants et soldats sont actuellement isolés [à cause du virus] ».

Il mentionne également Yu Songqiu, capitaine de la frégate de missiles de type 054A Changzhou (nom de code OTAN Jiangkai II), qui est en isolement depuis son retour de sa ville natale à son camp militaire le 29 janvier. On ne sait pas s’il a été diagnostiqué porteur du virus.

Le 18 février, l’APL a rapporté sur sa plateforme vidéo officielle en ligne que 12 officiers militaires, dont un quartier-maître nommé Li Yalei, ont été placés sous « gestion d’isolement ». Les officiers sont chargés de fournir des aliments et des repas sûrs à une unité de l’armée de l’air cantonnée au Central Theatre Command – qui comprend la province de Hubei, où la propagation du virus est la plus grave.

Le Centre d’information des ONG pour les droits de l’homme et la démocratie, basé à Hong Kong, a rapporté que selon ses initiés en Chine, des dizaines de soldats ont été infectés par le virus, dont un soldat stationné sur le destroyer naval chinois Rizhao et un marin stationné sur le porte-avions Shandong.

Une centaine de soldats du Shandong sont actuellement en quarantaine.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.