Grande figure de la résistance, Christiane Cabalé, rescapée des camps nazis, est décédée à 97 ans

Par Nathalie Dieul
13 août 2022 13:22 Mis à jour: 13 août 2022 16:10

Christiane Cabalé n’avait même pas 18 ans lorsqu’elle s’est engagée dans la résistance en écrivant des tracts. Cette activité illégale lui a valu d’être arrêtée et déportée en pleine Seconde Guerre mondiale. Elle a survécu et passé le reste de sa vie à témoigner auprès des jeunes générations de ce qu’elle avait vu dans les camps nazis.

C’est à l’âge de 97 ans, dans la nuit du mercredi 10 au jeudi 11 août 2022, que Christiane Cabalé, une des dernières résistantes encore en vie, s’est éteinte à Saint‑Nazaire, rapporte L’Écho de la presqu’île guérandaise et de Saint‑Nazaire.

Rescapée des camps nazis, cette dame a œuvré toute sa vie pour le devoir de mémoire, racontant jusqu’à la fin sa déportation et ses deux années d’enfer à Ravensbrück.

« Je savais que c’était illégal mais c’était pour mon pays »

Son implication en tant que résistante a débuté en tapant à la machine. Elle n’avait pas encore 18 ans, mais elle écrivait des tracts, parfois pendant toute la nuit, puisqu’elle savait se servir d’une machine à écrire, a‑t‑elle raconté à France 3.

« Je savais que c’était illégal mais c’était pour mon pays. Pour la France », a expliqué celle qui a été arrêtée un an plus tard avec ses deux parents suite à une dénonciation.

« Ils sont arrivés, ils ont cassé les portes, ils se comportaient comme des voyous », s’est souvenue la résistante, parlant de la police française le jour où celle‑ci est arrivée au domicile familial à Nantes.

Après deux ans de déportation au camp de Ravensbrück puis au camp de Leipzig, la jeune femme a été libérée avec sa mère en 1945. Elle ne pesait plus que 35 kg pour 1 m 63 et il lui a fallu dix mois d’hospitalisation pour se remettre.

Le devoir de mémoire

Elle a passé tout le reste de sa vie à témoigner de ce qu’elle a vécu et vu, notamment à Saint‑Nazaire où elle était restauratrice, et plus particulièrement dans les collèges et les lycées, « pour ne jamais oublier ».

Dans les dernières années, la nonagénaire a été honorée pour ses actions de résistante. Nommée commandeur de l’Ordre de la Légion d’honneur en 2016, elle a été promue en janvier 2022 grand officier de la Légion d’honneur, un des plus hauts grades.

« C’est avec une grande émotion que j’ai appris ce matin le décès de Mme Cabalé », a écrit le maire de Saint‑Nazaire, David Samzun, sur le site Internet de la commune. « La ville de Saint‑Nazaire perd une femme de conviction qui, après avoir connu les horreurs de la guerre et des camps nazis, a su garder la force et l’humanité pour continuer d’aller à la rencontre des autres. »

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.