La « haine de soi pathologique » des élites occidentales musèle le débat sur l’immigration et l’environnement

Par Nathan Worcester
9 novembre 2021 08:10 Mis à jour: 9 novembre 2021 08:10

Depuis des décennies, Mark Krikorian, directeur exécutif du Centre d’études sur l’immigration (Center for Immigration Studies), étudie les questions liées à l’immigration.

Il s’est entretenu avec Epoch Times lors de la Conférence nationale sur le conservatisme (National Conservatism Conference) à Orlando, en Floride, peu avant de prononcer son discours intitulé « Immigration de masse contre société moderne » (Mass Immigration vs. Modern Society), lors de l’événement.

Epoch Times : Nous avons écrit à plusieurs reprises sur l’impact environnemental de l’immigration, et en particulier de l’immigration clandestine. Nous nous sommes concentrés sur les émissions de carbone dans le pays d’origine par rapport à celles générées aux États-Unis. On pourrait s’attendre à ce que cela ne soit pas controversé, mais il nous semble impossible d’aborder ce sujet sans être immédiatement accusé de xénophobie ou d’intolérance. À votre avis, de quoi s’agit-il ? Car nous avons l’impression que cela a changé au cours des dernières décennies.

Mark Krikorian : Les immigrants viennent spécifiquement pour augmenter leur empreinte carbone. Et je ne veux pas dire qu’ils se disent : « Bon sang, il faut que j’augmente mon empreinte carbone. » Ce qu’ils font, c’est qu’ils veulent venir pour avoir une maison décente, et éventuellement une voiture. Ils veulent avoir une vie plus prospère, ce qui se traduit inévitablement par une augmentation de leur empreinte carbone.

Si vous êtes un paysan du Honduras, vous n’avez pas beaucoup d’impact sur l’environnement. Si vous vivez dans une société moderne, même en tant que travailleur de la classe moyenne inférieure, vous avez un impact beaucoup plus important sur l’environnement.

Cela n’était pas controversé dans le passé, lorsque la question de la démographie était principalement liée à la fertilité des ménages. En d’autres termes, lorsque la croissance démographique était principalement attribuable au fait que les ménages avaient des enfants. Alors, il était normal que les partisans de la gauche s’inquiètent de la croissance démographique.

Epoch Times : Si on regarde la réaction face aux pays qui ont adopté des politiques populationnistes,  c’est un thème très cohérent.

On peut dire ce qu’on veut du Club de Rome et de certains autres groupes, mais au moins ils étaient plus cohérents au sujet de l’immigration. Cela ne semble plus être le cas.

M. Krikorian : Je pense que la raison pour laquelle il y avait cette cohérence n’est pas tant que les personnes qui présentaient ces arguments détestaient nécessairement l’Occident – bien que je pense que c’était le cas de beaucoup d’entre eux. C’est plutôt qu’ils n’étaient pas confrontés aux contradictions de leur propre vision du monde.

En d’autres termes, les non-Blancs seraient intrinsèquement supérieurs aux Blancs – moralement, objectivement supérieurs. C’est, en quelque sorte, le point de départ de la majorité des partisans de la gauche. Une inversion du racisme pro-blanc plus en un racisme anti-blanc.

C’était déjà le cas dans les débat sur la démographie des années 1960-70. Mais le conflit entre cette vision du monde et les préoccupations démographiques n’était pas vraiment apparent dans les discussions. Car la croissance démographique était relativement robuste, et majoritairement attribuable à la fécondité des ménages. Lorsque l’immigration est devenue le moteur de la croissance démographique, on ne pouvait plus parler de la croissance démographique comme d’un problème.

Personnellement, je ne suis pas un alarmiste en matière de démographie ou d’environnement. Toutefois, si vous êtes préoccupés par les émissions de carbone, une des choses dont vous devriez vous inquiéter est l’immigration à grande échelle. Comment ne pas l’être ? Pourtant, les gens ne le sont pas.

C’est un phénomène analogue à celui de donner carte blanche à la Chine pour construire des centrales au charbon et autres. Vous ne pouvez pas vraiment critiquer la Chine, parce que ce n’est pas un pays occidental.

Même si l’impact sur l’environnement des économies occidentales s’est beaucoup atténué, on se concentre tout de même sur l’Occident, parce que viser la Chine comme principale source de nouveaux problèmes environnementaux serait en quelque sorte raciste. Tout comme parler du virus de Wuhan serait raciste, même si, évidemment, le virus vient de là.

Ce sont des formes différentes de « haine de soi pathologique » de la part des représentants des pays occidentaux. Et l’une de ses manifestations est l’atténuation, voire la suppression, de préoccupations concernant l’immigration qui entraîne une augmentation des émissions de carbone.

Epoch Times : On peut voir cette même sorte de réaction étrange dans la façon dont les partisans de la gauche réagissent face aux immigrants chrétiens du Moyen-Orient par rapport aux immigrants musulmans du Moyen-Orient.

M. Krikorian : C’est la même idée – une haine pathologique de soi. Les chrétiens du Moyen-Orient sont généralement considérés comme plus semblables à nous – et donc mauvais. Même si ce sont eux qui sont désavantagés au Moyen-Orient.

L’immigration à grande échelle et l’ouverture des frontières de facto sont désormais devenus des principes non-négociables pour les partisans de la gauche. Donc, si vous êtes une organisation écologique, l’ouverture des frontières doit l’emporter sur l’environnementalisme. Si vous êtes un syndicat, l’ouverture des frontières doit l’emporter sur l’intérêt des travailleurs.

Epoch Times : Y a-t-il d’autres dangers environnementaux ou menaces pour les écosystèmes liés à l’immigration massive ?

M. Krikorian : Le grand [problème] est celui des émissions de carbone et, en général, de l’utilisation de l’eau et d’autres ressources. Un autre impact direct, observable sur le terrain, est que les parcours migratoires se font dans des écosystèmes fragiles. Par exemple en Amérique du Sud, certains contrebandiers renversent des cactus saguaro qui ont mis deux siècle à pousser. On ne plante pas simplement un nouveau cactus saguaro. Vous voyez ce que je veux dire ?

Ce genre de dévastation pourrait être évitée, diraient les partisans de la gauche, en ouvrant simplement les frontières pour que personne n’ait à faire cela. Pour que tout le monde puisse passer. Mais dans la réalité, il y a des limites, et il y aura des gens qui voudront contourner ces limites. Et ils essaieront de le faire par des moyens destructeurs pour l’environnement.

Epoch Times : Au-delà de ce qui se passe juste au niveau des frontières, lorsqu’il y a un nombre important de personnes qui voyagent, souvent à pied, sur des milliers de kilomètres, cela a forcément un impact.

M. Krikorian : Surtout là où les populations commencent à s’entasser.

La jungle de Darién dans l’est du Panama – on l’appelle la brèche de Darién, parce qu’il n’y a plus de routes. Vous pourriez conduire d’Anchorage, en Alaska, presque jusqu’à la Terre de Feu, sauf dans la jungle de Darién, où il n’y a pas de routes.

Epoch Times : C’est sans loi.

Mr. Krikorian : Complètement sans loi. Et les gens y affluent, détruisant l’environnement. C’est donc un phénomène similaire.

Le chef de l’une des communautés indigènes, un chef qui vit là-bas, crie au meurtre parce que les gens envahissent leur territoire. Cela nuit à leur mode de vie et à leur capacité à subvenir à leurs besoins.

Epoch Times : Votre allocution d’aujourd’hui s’intitule : « L’immigration de masse contre la société moderne. » Qu’entendez-vous par là ?

M. Krikorian : Ce que je veux dire par là, c’est qu’il s’agit en quelque sorte de ma « théorie du champ unifié » pour restreindre l’immigration. Tout le monde aborde l’immigration sous un angle différent. Certaines personnes sont préoccupées par la sécurité. D’autres s’inquiètent de la main-d’œuvre, de l’environnement, des services gouvernementaux ou de l’assimilation. Ce que je veux dire, c’est qu’il s’agit de la même chose. Ce sont toutes des façons de dire que l’immigration de masse est incompatible avec les visées et les caractéristiques d’une société moderne.

Nous sommes dans une économie post-industrielle, basée sur le savoir. Pourtant nous importons une main-d’œuvre du 19e siècle. Nous importons des personnes pauvres dans un État-providence comme il n’y en a jamais existé auparavant. Nos responsables gouvernementaux ne croient pas à l’assimilation. Pourtant nous importons plus d’un million de personnes par an qui doivent être assimilées. Nos valeurs en matière d’environnement et de qualité de vie sont différentes de celles du passé. Pourtant nous importons des personnes qui sapent ces objectifs de gestion de l’environnement.

Les immigrants ne sont pas le problème, parce qu’ils ne sont pas particulièrement différents de ceux qui vivaient il y a cent, deux cents ou trois cents ans. Ce qui est différent, c’est nous. La société moderne est différente de toutes celles qui ont existé dans le passé. Nous appliquons une politique d’immigration du 19e siècle dans un pays du 21e siècle. Cela ne fonctionne pas.

L’immigration n’est qu’un programme du gouvernement fédéral qui peut être augmenté, réduit ou modifié à notre guise. C’est comme les subventions agricoles ou les prêts aux petites entreprises, etc.

Epoch Times : Et pourtant, nous avons constaté qu’au cours des dernières années, malgré qu’il s’agisse d’un programme fédéral, les villes peuvent apparemment se déclarer « sanctuaires » et fonctionner indépendamment.

M. Krikorian : Il y a cela. Elles ne peuvent pas officiellement amnistier qui que ce soit, mais en ne coopérant pas avec le service de l’immigration et du contrôle douanier (Immigration and Customs Enforcement, ICE), ironiquement, ce qu’elles font, en réalité, c’est protéger les criminels. Car les seules personnes que l’ICE arrête dans les villes non sanctuaires sont des personnes qui sont suspectées de crimes locaux.

Note de l’éditeur : dans son rapport de l’année fiscale 2020 sur les opérations d’application de la loi et de renvoie, l’ICE a indiqué que 68 % de ses arrestations administratives concernaient des criminels condamnés, tandis que 22 % concernaient des personnes ayant des charges criminelles en instance et 10 % d’autres contrevenants à la législation sur l’immigration.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.