Le départ de certains employés de Twitter n’inquiète pas Musk : « Nous sommes dans un pays libre »

Par Tom Ozimek
5 mai 2022 12:13 Mis à jour: 5 mai 2022 16:50

Le magnat de la technologie Elon Musk s’est avoué peu inquiet quant à un possible exode des employés de Twitter si son acquisition se concrétise. Ces remarques interviennent alors que les médias indiquent que certains membres du personnel sont déstabilisés par sa proposition de rachat.

Alors qu’il se tenait sur le tapis rouge du Met Gala à New York, certains journalistes l’ont interrogé sur le départ éventuel des salariés : « Nous sommes dans un pays libre », a‑t‑il répondu.

S’exprimant sur son rachat de Twitter pour quelque 44 milliards de dollars, qui devrait finalement se concrétiser, il a ajouté : « C’est sûr que si quelqu’un ne se sent pas à l’aise avec ça, il aura toute la liberté de partir ailleurs. C’est OK. »

En cherchant à acquérir Twitter, Musk affirme que son objectif, est de retirer la plateforme de la bourse et de la transformer en une « arène ouverte pour la liberté d’expression ».

Le milliardaire a insisté, il n’a pas racheté Twitter dans le but faire de l’argent. L’opération doit permettre de procéder à un certain nombre de modifications et réduire le « risque civilisationnel » qui pèse sur la liberté et la démocratie, car Musk estime que Twitter impose des restrictions excessives et opaques en termes de liberté d’expression.

Parmi les changements annoncés par Musk, figurent la suppression des robots spammeurs, la mise à disposition des algorithmes en open source pour favoriser la transparence et, d’une manière générale, l’évolution des politiques de modération du contenu pour une plus grande liberté d’expression.

De nombreux employés risquent leur place

Certains membres du personnel de Twitter auraient exprimé leur inquiétude quant au fait que Musk veuille prendre le contrôle de la plateforme. Business Insider a recueilli un enregistrement audio lors d’une réunion de l’ensemble du personnel la semaine dernière, dans lequel sont exposées en détail certaines de leurs craintes, la réduction du personnel notamment.

Un employé a sollicité le PDG de Twitter, Parag Agrawal, de lui faire part de ses « réflexions sincères sur la très forte probabilité que de nombreux employés se retrouvent sans emploi une fois l’opération conclue ».

Parag Agrawal n’a pas nié qu’il pourrait y avoir des licenciements. L’arrivée de Musk entraînera probablement une restructuration.

« Chaque organisation possède une philosophie propre, chacune peut exceller », a déclaré M. Agrawal. « Tout va changer, mais pour les gens qui resteront ici, le jeu en vaudra la chandelle. »

« J’ai bon espoir que la future organisation Twitter continuera à se soucier de ses clients et de son impact sur l’ensemble du monde », a‑t‑il ajouté.

Musk a fait part de son intention de remanier la direction de Twitter. En effet, si son projet de rachat aboutit, le membres du conseil d’administration de la société ne seront plus rémunérés à hauteur de plusieurs millions.

 « Le salaire du conseil d’administration sera de 0 $ si mon offre est acceptée, ce qui représente une économie de 3 millions de dollars par an », a‑t‑il déclaré dans un tweet publié dans un fil de discussion. Les salaires des membres du conseil d’administration de Twitter vont contre les intérêts des actionnaires, selon lui.

Reuters a contribué à cet article.

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.