Le directeur des CDC admet que l’agence a donné de fausses informations sur le suivi de la sécurité du vaccin Covid-19

Par Zachary Stieber
15 septembre 2022 20:49 Mis à jour: 15 septembre 2022 20:49

Le directeur des Centres de contrôle et de prévention des maladies [CDC : Centers for Disease Control and Prevention] a reconnu publiquement pour la première fois que l’agence avait donné de fausses informations sur le suivi de la sécurité du vaccin Covid-19.

Le Dr Rochelle Walensky, directrice de l’agence, a déclaré dans une lettre rendue publique le 12 septembre que le CDC n’a pas du tout analysé certains types de rapports d’événements indésirables au cours de l’année 2021, alors que l’agence avait précédemment déclaré qu’elle avait commencé en février 2021.

« Les CDC ont effectué des analyses Proportional Reporting Ratio (PRR) entre le 25 mars 2022 et le 31 juillet 2022 », a déclaré Mme Walensky. « Les CDC ont également adressé récemment un rectificatif à une déclaration faite précédemment à Epoch Times pour préciser que les PRR n’avaient pas été réalisés entre le 26 février 2021 et le 30 septembre 2021. »

L’agence de Mme Walensky avait promis dans plusieurs documents, à partir du début de l’année 2021, de réaliser un type d’analyse appelé Proportional Reporting Ratio (PRR) sur les rapports soumis au système de notification des effets indésirables des vaccins [VAERS : Vaccine Adverse Event Reporting System], qu’elle contribue à gérer.

Mais l’agence a déclaré au mois de juin qu’elle ne réalisait pas de PRRs. Elle a également affirmé qu’il n’était pas du ressort de l’agence de les réaliser.

Confronté à cette contradiction, le Dr John Su, un responsable des CDC, a déclaré en juillet à Epoch Times que l’agence avait commencé à effectuer des PRRs en février 2021 et « continue de le faire à ce jour ».

Mais quelques semaines plus tard, les CDC ont fait remarquer que M. Su se trompait.

« Les CDC ont effectué des PRRs du 25 mars 2022 au 31 juillet 2022 », a déclaré une porte-parole à Epoch Times au mois d’août.

La nouvelle lettre de Mme Walensky, datée du 2 septembre et envoyée le 6 septembre au sénateur Ron Johnson (Parti Républicain – Wisconsin), montre que Mme Walensky sait que son agence a donné de fausses informations.

Absence de toute justification

La lettre de Mme Walensky n’explique pas pourquoi les choses se sont produites ainsi.

La lettre « ne justifie pas pourquoi les CDC ont pratiqué les PRRs à certaines périodes et pas à d’autres », a répondu M. Johnson, le principal républicain de la sous-commission d’enquête du Sénat sur la sécurité intérieure et les affaires gouvernementales, à Mme Walensky.

« Vous n’avez pas non plus expliqué pourquoi l’affirmation du Dr Su… contredit complètement la réponse [initiale] des CDC… ainsi que la réponse que vous m’avez adressée le 6 septembre 2022 », a-t-il ajouté.

Il a exigé des réponses des CDC sur la situation, en particulier pourquoi les CDC n’ont pas effectué de PRRs avant le mois de mars et pourquoi l’agence a désinformé le public lorsqu’elle a déclaré ne pas avoir effectué de PRRs.

Les CDC et Mme Walensky n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

« À aucun moment, des employés des CDC ont intentionnellement fourni de fausses informations », a déclaré un porte-parole des CDC, en corrigeant les réponses précédentes de l’agence, à Epoch Times par courriel au mois d’août.

Le porte-parole a affirmé que la fausse information a été donnée parce que les CDC pensaient qu’Epoch Times et Children’s Health Defense, qui ont reçu la première réponse, interrogeaient sur un autre type d’analyse appelé Empirical Bayesian data mining. Or, Epoch Times et Children’s Health Defense ont tous deux spécifiquement mentionné les PRRs dans leurs requêtes.

Face à un mur de pierres

Les CDC n’ont toujours pas fourni au journal Epoch Times les résultats des examens PRRs qui ont été effectués. Ils ne les ont pas non plus transmis à M. Johnson. L’administration des denrées alimentaires et des médicaments [FDA : The Food and Drug Administration], qui a effectué une exploration empirique bayésienne des données (EB) sur les rapports du système de notification des effets indésirables des vaccins (VAERS), a récemment refusé de fournir les résultats à Epoch Times.

Dans cette nouvelle lettre, Mme Walensky a affirmé que l’exploration empirique bayésienne des données est plus fiable. Les résultats obtenus par les PRRs « étaient généralement conformes à l’exploration EB des données, ne révélant aucun signal de sécurité supplémentaire inattendu ».

« Cependant, puisque vous n’avez pas fourni ces analyses au Congrès et au peuple américain, le public ne peut pas vérifier votre affirmation », a déclaré M. Johnson.

Il a ajouté que le « manque global de transparence des CDC reste inacceptable, en particulier à la lumière des déclarations incohérentes des CDC sur cette question ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.