Le lauréat de la Meilleure baguette de Paris accusé d’avoir partagé des messages islamistes

Par Emmanuelle Bourdy
3 octobre 2021 17:10 Mis à jour: 3 octobre 2021 17:10

L’histoire avait pourtant bien commencé pour ce jeune boulanger d’origine tunisienne, qui, malgré son arrivé en France sans-papiers, avait finalement été naturalisé français, et était devenu depuis vendredi, lauréat de la meilleure baguette de Paris. Mais une polémique a vu le jour via les réseaux sociaux et certains internautes ont pointé des propos « anti-Français, liés à des islamistes » que le boulanger aurait relayé sur son compte Facebook.

Des captures d’écran de messages « anti-français, lié à des islamistes »

Makram Akrout, jeune Tunisien, est arrivé en France à l’âge de 23 ans. Sans-papiers pendant six ans, il a finalement été naturalisé français. Pour couronner le tout, depuis vendredi dernier, son dur labeur a payé car il a décroché le prix de la meilleure baguette de Paris. Mais cette victoire s’est bien vite assombrie par des messages islamistes qu’il aurait relayés sur son compte Facebook, selon des internautes.

Le Parisien rapporte en effet que Makram Akrout aurait relayé sur son compte Facebook, en 2019 et en 2020, des messages islamistes, captures d’écran de ces messages à l’appui. Sur l’un d’eux il était écrit : « La France encourage et propage la décadence dans nos pays pour protéger ses intérêts colonialistes et nous pousse à nous éloigner de la religion et des valeurs islamiques. ». Et sur un autre : « Nous avons pleuré pour Charlie Hebdo et pour Notre-Dame mais du côté de la France, ils ne pleurent pas ces chiens lorsqu’on se moque du maître de la création, Allah. »

Mais qu’en est-il de la véracité de ces messages ?

Franck Thomasse, président des boulangers du Grand Paris, déclare au Parisien : « Monsieur Akrout nous a dit que son compte Facebook avait été piraté. » Cependant, Makram Akrout a démenti ce jeudi ces propos et son compte Facebook a d’ailleurs été fermé depuis.

Le boulanger précise à nos confrères avoir déposé plainte et renvoie vers son avocate, Me Sylvia Lasfargeas, pour toutes questions. Le Parisien lui a donc demandé qui avait fermé la page Facebook de son client. « Un membre de sa famille », a-t-elle répondu, ajoutant que son client était « détruit par ce qu’il lit sur les réseaux ». En outre, elle dénonce une campagne « nauséabonde » et se refuse à commenter des « copies d’écran qui viennent de l’extrême droite et que Monsieur Makrout conteste ». Les représentants du syndicat de la boulangerie ont quant à eux souligné ce lundi n’avoir « jamais eu de problème comme ça en vingt-huit ans ».

Il a « décidé de ne pas venir recevoir son prix »

Toujours est-il que maintenant se pose la question de savoir si Makram Akrout deviendra ou non le boulanger attitré de l’Élysée pendant un an. Ce à quoi répond Hassen Chalghoumi, l’un des imams français de Drancy (Seine-Saint-Denis), que si ces messages ont vraiment été relayés et valorisés, alors « Makram Akrout n’a pas sa place comme boulanger de l’Élysée, au nom de toutes les victimes du terrorisme, des policiers qui ont été assassinés, des morts du Bataclan ».

L’Hôtel de Ville a saisi le préfet pour savoir si ces faits étaient avérés ou non, indiquent encore nos confrères. La maire de Paris Anne Hidalgo « se rendra bien samedi à la cérémonie pour remettre le prix », a annoncé l’un de ses porte-parole. Par contre, le boulanger, lui, a « décidé de ne pas venir recevoir son prix », indique une source du journal.

 


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.