Le PCC « ennemi de l’humanité » : ses victimes appellent le monde à s’unir contre lui

Par Victoria Kelly-Clark
10 mars 2021 18:33 Mis à jour: 10 mars 2021 18:33

À Canberra, la capitale australienne, les représentants des groupes tibétains, ouïghours et Falun Gong qui ont été victimes du Parti communiste chinois (PCC) ont appelé les dirigeants mondiaux à s’unir contre le régime.

Kalsang Yonten Tipnak, président de la Communauté tibétaine australienne, a déclaré qu’il était temps que les pays libres du monde s’unissent dans leurs efforts pour « combattre les violations des droits de l’homme dans le monde ».

« Il est grand temps que la communauté internationale rassemble suffisamment de courage et d’engagement pour exprimer de manière concrète sa dénonciation des atrocités commises par la Chine contre les Tibétains et les autres peuples opprimés sous le régime du PCC, tels que les Ouïghours, les Mongols du Sud et les Hongkongais », a-t-il déclaré.

Des Tibétains, des Ouïghours, des Kazakhs, des Hongkongais, des Mongols du Sud, des Taïwanais et des militants chinois pour la démocratie se réunissent pour appeler les gouvernements à s’opposer à la suppression de la liberté, de la démocratie et des droits de l’homme par le Parti communiste chinois, devant le siège des Nations unies à New York, le 1er octobre 2020. (Samira Bouaou/The Epoch Times)

Tipnak, qui a évoqué les atrocités qui se produisent actuellement dans son pays d’origine, s’est dit préoccupé par la façon dont le PCC renforce son attitude répressive à l’égard des autres groupes ethniques en Chine.

Il a notamment fait remarquer que Pékin discute actuellement de l’application au Tibet de lois similaires à la loi de sécurité nationale de Hong Kong, ce qui, selon lui, serait une épée de Damoclès au-dessus de la tête de tous les Tibétains.

Mehmet Celepci, agent de migration et interprète et traducteur professionnel ouïghour, s’est fait l’écho de l’appel lancé par Tipnak à la communauté internationale pour qu’elle prenne des mesures contre le PCC.

Des photos d’éminents intellectuels ouïghours détenus par la Chine sont affichées alors que des manifestants se rassemblent en face du consulat de Chine à Los Angeles, le 1er octobre 2020, lors d’une journée d’action mondiale intitulée « Resist China ». (FREDERIC J. BROWN/AFP via Getty Images)

Mehmet Celepci, qui a évoqué les meurtres de masse, les viols, la torture, la stérilisation forcée et l’esclavage des Ouïghours, a noté qu’actuellement, de nombreuses personnes vivant à l’étranger craignent que cette situation ne détruise le patrimoine historique et le mode de vie des Ouïghours.

« Nous devons nous battre pour nous débarrasser du PCC, afin que nous puissions tous vivre en paix », a déclaré Mehmet Celepci. « Ce régime est l’ennemi de l’humanité. »

Faisant écho à leurs deux préoccupations, Lucy Zhou, PhD, présidente de l’Association Falun Dafa d’Australie, a noté que le nombre sans précédent d’atrocités qui se produisent actuellement en Chine sous le règne du PCC ne peut être comparé qu’au génocide tristement célèbre et aux crimes contre l’humanité commis par le régime nazi pendant la Seconde Guerre mondiale.

« Nous venons de milieux différents et pouvons avoir des croyances et des opinions politiques différentes, mais nous avons quelque chose en commun : le soutien aux droits de l’homme et à la liberté de croyance, et le souhait de mettre fin aux souffrances liées aux atrocités communistes », a déclaré Zhao. « Le PCC tente de réduire au silence le monde libre par des sanctions commerciales et par l’intimidation en nous attaquant de manière isolée. »

Le Dr Lucy Zhao, de l’Association Falun Dafa, prend la parole le 20 juillet 2018 à Sydney, en Australie, en souvenir des pratiquants de Falun Gong torturés et tués lors de la persécution du Parti communiste chinois contre cette pratique spirituelle pacifique. (Frank Ling/The Epoch Times)

« C’est pourquoi notre rassemblement ici aujourd’hui est si important parce que c’est en unissant nos forces et nos voix que nous réussirons à donner le courage nécessaire au gouvernement australien et au monde libre de résister au PCC », a-t-elle déclaré.

À l’heure actuelle, on assiste à une alliance en accordéon mais régulière de nations qui s’opposent au comportement de plus en plus agressif du PCC et de la marine de l’APL (Armée populaire de libération).

L’année dernière, le Royaume-Uni, l’Australie, le Canada, l’Inde, le Japon et les États-Unis ont tous mis en place des politiques et fait des déclarations indiquant qu’ils ne toléreront plus le comportement agressif du régime chinois sur la question de Hong Kong, du Xinjiang, de Taïwan et de la militarisation de la mer de Chine méridionale.

En outre, le Canada et les États-Unis ont officiellement reconnu le génocide des minorités ethniques ouïghoures au Xinjiang.

Le séminaire « Rétrospective et perspective : victimes du régime communiste chinois » a réuni à Canberra, les 27 et 28 février, des représentants des groupes tibétains, ouïghours, Falun Gong, catholiques, chrétiens, de Hong Kong et de la démocratie chinoise.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.