Le RN demande d’interdire l’accès aux Champs-Élysées aux supporters après Algérie-Nigeria dimanche

Le Rassemblement National (RN) a estimé vendredi que les rassemblements marqués par des incidents après la victoire jeudi de l’équipe de football d’Algérie à la Coupe d’Afrique des nations (CAN) exprimaient « un rejet de la France » et a demandé au gouvernement d’interdire aux supporters d’accéder aux Champs-Élysées dimanche soir pour le match Algérie-Nigeria.

« Loin de n’être que des manifestations de joie de simples amateurs de football comme le décrivent la plupart des commentateurs, il s’agit de véritables démonstrations de force dont l’objectif est de signifier ostensiblement une présence massive et un rejet de la France », a estimé le parti de Marine Le Pen dans un communiqué.

« Les incidents graves de ce jeudi, pourtant prévisibles, n’ont pas été correctement anticipés par les autorités », selon le Rassemblement national.

Le parti d’extrême droite juge en outre « intolérable que les Champs-Élysées, quelques heures après le défilé de nos Armées, deviennent une marée de drapeaux algériens et soient le théâtre de rassemblements et de débordements de la part d’individus se réclamant d’un pays étranger ».

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner « doit empêcher ce dimanche 14 juillet l’accès aux Champs-Élysées à ces supporters, et y interdire, au nom de l’ordre public, le drapeau algérien », ajoute le RN. « Tout doit être mis en œuvre pour éviter à la France, le jour de sa Fête patriotique, une véritable humiliation nationale! »

M. Castaner a jugé « inacceptables » sur Twitter les « dégradations et incidents » commis jeudi soir en marge des rassemblements festifs après la victoire de l’équipe de football d’Algérie en quarts de finale de la CAN.

Au total, 74 personnes ont été interpellées en France et 73 placées en garde à vue, a indiqué vendredi le ministère de l’Intérieur. Des milliers de personnes étaient descendues dans les rues, notamment à Paris, Marseille, Lyon, pour fêter la qualification de l’Algérie.

D. S avec AFP

 
VOIR AUSSI