Les embaumeurs trouvent toujours plus de caillots longs et fibreux dans les corps, qui n’ont pas les caractéristiques de caillots post-mortem

Par Enrico Trigoso
7 septembre 2022 23:24 Mis à jour: 8 septembre 2022 07:37

Plusieurs embaumeurs ont constaté la présence de nombreux caillots « fibreux » et caoutchouteux de grande taille, parfois très longs, à l’intérieur des cadavres qu’ils ont traités. Ils ont fait part de leurs observations.

De nombreux embaumeurs de différents États américains ont confirmé à Epoch Times avoir observé la présence de caillots étranges à partir de l’année 2020 ou 2021.

On ne sait pas encore si ce phénomène de formation de caillots est imputable au Covid‑19, aux vaccins, aux deux, ou à un autre facteur.

Epoch Times a reçu des vidéos et des photos de ces caillots anormaux, mais ne les a pas mis en ligne en raison de leur caractère sanglant.

Mike Adams, qui dirige un laboratoire accrédité ISO‑17025 au Texas, a analysé ces caillots au mois d’août et a constaté qu’ils manquaient de fer, de potassium, de magnésium et de zinc.

Le laboratoire de M. Adams utilise la spectrométrie de masse à plasma à couplage inductif (ICP‑MS), le spectromètre de masse triple quadripôle et la chromatographie en phase liquide couplée à la spectrométrie de masse. Il teste généralement les aliments pour y détecter des métaux, des pesticides et du glyphosate.

« Nous avons testé un de ces caillots prélevés par l’embaumeur Richard Hirschman, par ICP‑MS. Nous avons également analysé en parallèle du sang humain provenant d’une personne non vaccinée », explique M. Adams à Epoch Times.

Il a constaté que ces caillots manquaient d’éléments essentiels présents dans du sang humain de bonne facture, tels que le fer, le potassium et le magnésium. Cette constatation donne à penser que ces caillots se sont formés à partir d’un élément autre que le sang.

M. Adams collabore avec des médecins pour analyser le phénomène. Ils ont décidé d’investir dans des équipements avec leur propre argent pour déterminer plus précisément la composition de ces caillots et leur origine probable.

Ces structures, qui ressemblent à des cordelettes, diffèrent en taille, mais les plus longues peuvent avoir la longueur d’une jambe humaine et les plus épaisses la largeur d’un petit doigt.

Augmentation drastique du nombre de caillots

Richard Hirschman, directeur d’un service funéraire et embaumeur agréé en Alabama, exerce ce métier depuis la tragédie du 11 septembre 2001.

« Avant 2020, 2021, il y avait environ entre 5 à 10% de corps qui présentaient des caillots sanguins », explique M. Hirschman à Epoch Times.

« Nous connaissons bien les caractéristiques des caillots sanguins, et on apprend à faire avec au fil du temps. »

Aujourd’hui, 50 à 70% des corps examinés présentent des caillots.

« Pour moi, embaumer un corps sans aucun caillot, un peu comme c’était le cas autrefois, avant toutes ces histoires… c’est rare. »

« L’exception [désormais] c’est d’embaumer un corps sans caillots. »

Analyse des caillots

Le tableau ci‑dessous illustre les différences observées entre le sang des personnes non vaccinées et les caillots analysés par ICP‑MS, selon la méthode d’analyse de M. Adams.

ppm : partie par million, fraction valant 10–6, c’est‑à‑dire un millionième. (1 ppm = 1 mg/kg)

Élément Sang  (Non vacciné) Caillot
Mg (Magnesium) 35 ppm 1.7 ppm
K (Potassium) 1,893 ppm 12.5 ppm
Fe (Fer) 462 ppm 20.6 ppm
Cu (Cuivre) 1 ppm 0.3 ppm
Zn (Zinc) 7.9 ppm 2.4 ppm
Al (Aluminum) 1.3 ppm 1.6 ppm
Na (Sodium) 1,050 ppm 1,500 ppm
C (Carbone) 137,288 ppm 152,845 ppm
Ca (Calcium) 74 ppm 23.8 ppm
Sn (Étain) 163 ppb 943 ppb
Cl (Chlore) 930,000 ppm 290,000 ppm
P (Phosphore) 1,130 ppm 4,900 ppm


« Vous noterez que les marqueurs élémentaires fondamentaux du sang humain, comme le fer, sont absents des caillots (qui ne représentent que 4,4% du sang). Même chose pour le magnésium, le potassium et le zinc. Ce sont des marqueurs essentiels du sang humain. Le sang humain est composé d’un taux élevé de fer, sinon la personne meurt. Ces caillots ne contiennent pratiquement pas de fer, ni de magnésium, etc. »
, explique M. Adams à Epoch Times.

Wade Hamilton, cardiologue connaisseur en caillots, déclare pour Epoch Times : « Le fait que le magnésium, le potassium et le fer soient très faibles dans les échantillons peut indiquer que ce ne sont pas des caillots post‑mortem habituels, et qu’en fait il n’y avait pas de flux sanguin dans ces vaisseaux. Ces structures soulèvent des questions intéressantes sans y répondre totalement. »

« La combinaison des faibles taux d’électrolytes et des nouvelles structures filiformes très résistantes indique que ces zones où l’on observe ces structures filiformes dans les vaisseaux sanguins n’ont pas été irriguées. Il ne s’agit pas de résultats post‑mortem ‘normaux’ si l’on en croit les embaumeurs expérimentés qui se sont efforcés d’obtenir un accès vasculaire à l’ensemble du corps depuis un seul point. Or, en raison des ‘caillots’ inhabituels, ils n’ont pas été en mesure de le faire. »

« Il ne s’agit pas de caillots post‑mortem normaux, mais plutôt de longues et minuscules cordes qui pourraient avoir contribué au décès en empêchant la circulation sanguine dans ces zones. D’autres chercheurs ont montré que la protéine spike pouvait se déployer et former une configuration différente, contribuant à la formation de structures étroites, semblables à des cordes, avec des torsions longitudinales et des liaisons croisées, visibles au microscope, chacune mesurant des angströms de diamètre – il faut 25.400.000 angströms pour obtenir un pouce – un capillaire typique mesure environ 5 microns (50.000 angströms), de sorte que de nombreuses cordes sont nécessaires pour obstruer un vaisseau. »

Les opérations d’embaumement sont devenues plus difficiles, certains embaumeurs doivent drainer le sang par plusieurs points au lieu d’un seul.

« Jamais vu » avant

« En 20 ans d’embaumement, je n’avais jamais vu de telles structures fibreuses blanches dans le sang. D’autres spécialistes du même domaine n’en ont jamais vu non plus. Au cours de l’année écoulée, j’ai vu ces étranges caillots chez de nombreuses personnes différentes. Peu importe de quoi elles sont mortes, elles avaient souvent des substances similaires dans leur sang. Cela me préoccupe beaucoup, car si quelque chose ne va pas dans le sang, il y a lieu de se demander si quelque chose provoque la mort prématurée des gens », déclare M. Hirschman.

« Au fur et à mesure que l’été [2021] avançait, les décès dus au Covid diminuaient, mais ces caillots apparaissaient de plus en plus souvent. Je soupçonne le vaccin d’être à l’origine de ces étranges caillots. Je suis conscient de n’être ni un médecin ni un scientifique, mais je sais à quoi ressemble le sang et je connais bien le processus d’embaumement que je pratique depuis deux décennies. Je ne sais pas à 100% ce qui est à l’origine de ces caillots, mais je sais par mon expérience et après en avoir parlé avec d’autres embaumeurs et directeurs de pompes funèbres qu’aucun d’entre nous n’avait vu ces caillots étranges auparavant. »

M. Hirschman a envoyé ces caillots à quelques pathologistes et affirme que certains d’entre eux les ont « ignorés », probablement par crainte de représailles.

Ayant embaumé des milliers de corps et connaissant bien le sang, il estime que le sang de la plupart des cadavres qu’il a rencontrés ces deux dernières années « a changé ».

M. Hirschman n’a pas peur de perdre son emploi parce qu’il est embaumeur à son compte et n’est pas employé par un salon funéraire. Mais il prend également soin de ne pas révéler où il travaille exactement.

« Ils ne sont même pas morts du Covid. Ils meurent de crises cardiaques soudaines, d’accidents vasculaires cérébraux, de cancers. Peu importe de quoi ces gens meurent de nos jours, tant ils sont nombreux à avoir les mêmes anomalies dans leur sang. »

« Le sang est différent. Quelque chose fait que le sang a changé. Le but de ma démarche est d’essayer de dire : regardez, il y a quelque chose qui ne va pas. Essayons de comprendre ce que c’est, pour que nous puissions peut‑être trouver le moyen de résoudre ce problème et de sauver des vies. »

« Si ce n’est pas le vaccin, très bien ! Alors, de quoi s’agit‑il ? Trouvons‑le, car quelque chose en est la cause et ce n’est pas bon pour la santé. »

Statut vaccinal

M. Hirschman n’est pas toujours en mesure de parler aux familles, mais il s’efforce de savoir si les corps des personnes présentant des caillots ont été vaccinés.

Il arrive que les pompes funèbres connaissent le statut vaccinal de la personne décédée et le communiquent à la famille. Il se peut aussi que la personne se soit fait vacciner et n’ait rien dit à la famille.

« J’ai eu un homme de 49 ans, en parfaite santé, qui se préparait à aller travailler, et qui est tombé raide mort. L’instant d’après, je l’ai embaumé, et devinez ce que j’ai retiré de lui ? La même chose. La même chose ! Il allait très bien, en parfaite santé. Ça a choqué tout le monde. J’ai découvert que non seulement il avait été vacciné, mais qu’il avait bénéficié d’une injection de rappel », se souvient M. Hirschman.

Il a également déclaré avoir trouvé la « même substance » chez un homme qui a eu une attaque alors qu’il dormait, et qui est mort d’un cancer.

« J’ai parlé avec une embaumeuse de Louisiane et elle m’a dit la même chose », continue‑t‑il. « Parfois, les caillots ne sont pas énormes. Il y a d’autres variétés d’anomalies, certaines sont petites. Parfois, ce sont de petites taches, comme des morceaux de sable ou de marc de café. »

M. Hirschman a noté les détails relatifs aux cadavres qu’il a embaumés au cours des dernières années :

2018 Nombre total de corps : 410

  • ‑ 1er trimestre : 90
  • ‑ 2e trimestre : 77
  • ‑ 3e trimestre : 110
  • ‑ 4e trimestre : 133

2019 Nombre total de corps : 439

  • ‑ 1er trimestre : 95
  • ‑ 2e trimestre : 76
  • ‑ 3e trimestre : 101
  • ‑ 4e trimestre : 167

2020 nombre total de corps : 572

  • ‑ 1er trimestre : 130
  • ‑ 2e trimestre : 60
  • ‑ 3e trimestre : 166
  • ‑ 4e trimestre : 216

2021 nombre total de corps : 632 :

  • – 1er trimestre : 198
  • – 2e trimestre : 91
  • – 3e trimestre : 164
  • – 4e trimestre : 179 (Nov. 9/19 coagulés ; Déc. 19/40 coagulés)

2022 nombre total de corps jusqu’à présent : 364

  • – 1er trimestre : 146 (38 non coagulés, 67 caillots abondants, 20 vaccinés confirmés)
  • – 2e trimestre : 90 (11 non coagulés, 38 caillots abondants, 21 vaccinés confirmés)
  • – 3e trimestre : 128 (19 non coagulés, 51 caillots abondants, 15 vaccinés confirmés)

Autres embaumeurs

Wallace Hooker est un embaumeur chevronné qui donne des conférences au niveau national et international. Il est très présent sur les médias sociaux, notamment sur certains sites Web privés consacrés à l’embaumement.

M. Hooker examine environ 300 corps par an. Il a observé de nombreux caillots du même type que ceux découverts par M. Hirschman.

Interrogé par Epoch Times il déclare : « Les gens constatent la présence de ces [caillots], ce n’est pas juste moi, Richard et Anna [Foster] (une autre embaumeuse). »

« J’ai des personnes qui m’envoient des photos quasiment chaque semaine sur ce qu’elles découvrent. »

Il a osé affirmer officiellement qu’il soupçonnait un lien entre les vaccins et les caillots. Il a de ce fait été écarté et certains n’ont pas manqué de lui rappeler qu’il n’était pas médecin. On lui a fait comprendre qu’il n’était pas qualifié pour se prononcer sur ce sujet.

M. Hooker soupçonne également que le syndrome de mort subite chez les adultes pourrait avoir un lien avec ces caillots.

M. Hooker vit dans une région rurale conservatrice et, d’après ses observations, les habitants de cette région sont moins nombreux à avoir été vaccinés que ceux des grandes villes.

« Au moins 25% de ceux que j’ai embaumé ont présenté une quantité importante de caillots. »

Certains embaumeurs moins compétents, affirme‑t‑il ont pu ne pas trouver de caillots après le drainage. Les pathologistes qui pratiquent des autopsies sur les corps n’ont pas toujours vérifié le système vasculaire.

« Certains embaumeurs ne sont pas des embaumeurs minutieux. Beaucoup travaillent pour des entreprises qui n’autorisent absolument pas la présence d’un téléphone portable dans la salle d’embaumement. Ils ne permettent pas de prendre des photos. C’est un motif de licenciement immédiat. J’ai parlé à ces personnes qui travaillent pour ces entreprises », ajoute‑t‑il.

Anna Foster, directrice de pompes funèbres agréée du Missouri, explique avoir commencé à voir des caillots de plus grosse taille et plus régulièrement après le début de la pandémie.

« Je me retrouve souvent avec les familles pour prendre les dispositions nécessaires. Les familles ont tendance à nous parler de ce qui a précédé le décès de la personne, et le fait de savoir que j’ai embaumé la personne la nuit précédente m’a conduit à suivre de près ces cas », raconte Mme Foster à Epoch Times.

« Au début, personne n’avait jamais été diagnostiqué avec le Covid, mais ils avaient tous été vaccinés. Plus tard, un couple avait contracté le Covid, mais pas récemment. Ils étaient également vaccinés. »

« La plupart des personnes que j’ai embaumées et chez lesquelles j’ai constaté ces changements étaient âgées de plus de 75 ans et vivaient dans des établissements de soins, à l’exception de deux hommes âgés d’une cinquantaine d’années. Un de ces hommes était un de nos amis, il s’est fait vacciner, et après sa deuxième dose, il a commencé à se sentir mal. Sa femme l’a emmené chez leur médecin de famille, qui l’a immédiatement envoyé aux urgences car il montrait des signes de thrombose ou de crise cardiaque. Il a fait un arrêt cardiaque pendant son transfert et il est mort peu après. Il a été embaumé juste après sa mort, et la formation de caillots était inexplicable. J’ai alors commencé à me sentir très inquiète par cette vaccination et j’ai mis de côté l’idée de me faire vacciner moi‑même », poursuit Mme Foster.

Elle a notamment retiré du même corps des caillots de 60 cm de long et « plusieurs autres » d’au moins 30 cm.

« Je sais qu’avant la vaccination, mes embaumements ne présentaient pas la quantité de caillots que je vois aujourd’hui. Il était très rare d’en trouver avec de la fibrine attachée ; aujourd’hui, il y en a au moins dix fois plus, si ce n’est plus. »

Étranges caillots

Larry Mills, embaumeur et directeur de pompes funèbres agréé dans l’État de l’Alabama, travaille dans l’industrie funéraire depuis 1968. Il s’occupe des opérations d’embaumement depuis le début de sa carrière.

« En tant qu’embaumeurs, nous observons d’étranges caillots depuis l’épidémie de Covid. Ces caillots sont très caoutchouteux et très longs lorsqu’ils sortent des veines que nous manipulons pendant la procédure d’embaumement. Ils ressemblent vraiment à des vers de terre. Je n’avais jamais vu cela au cours de ma carrière jusqu’à présent », déclare M. Mills à Epoch Times.

D’autres directeurs de services funéraires ou embaumeurs ont souhaité conserver l’anonymat, car ils ne savent pas comment les entreprises de pompes funèbres pourraient réagir.

« Je peux vous dire avec certitude que les caillots que Richard a montrés en ligne sont un phénomène dont je n’ai pas été témoin avant probablement le milieu de l’année dernière. C’est à peu près tout ce que j’ai à dire à ce sujet. Je ne sais pas ce qui provoque ces caillots, mais il semble qu’ils aient commencé à apparaître vers le milieu de l’année 2021 », avoue pour Epoch Times un autre embaumeur, agréé depuis 2001 environ.

« Je vous assure que les caillots que nous voyons actuellement, c’est quelque chose que nous n’avons jamais vu avant l’année dernière », a‑t‑il ajouté.

Une directrice de pompes funèbres agréée et apprentie embaumeuse qui travaille dans le secteur funéraire depuis plus de 3 ans a participé à plus de 200 embaumements.

« Au cours du mois de mai 2021, les opérations d’embaumement sont devenues plus difficiles. L’écoulement naturel du sang était quasiment stoppé par la présence d’un sang épais et gélatineux. Au lieu de s’écouler normalement sur la table, le sang devenait très visqueux. Si épais qu’il ne pouvait pas s’écouler sur la table sans assistance », explique‑t‑elle à Epoch Times.

Au fil du temps, depuis que les vaccins ont été administrés, elle a vu davantage de « sang épais » et de « caillots épais de type fibreux ».

Les caillots ne coagulent pas seulement les veines mais également les artères.

Elle relève également qu’un embaumement classique durait deux heures environ jusque‑là, désormais, il peut durer jusqu’à quatre heures dans certains cas.

« La distribution du liquide artériel est bloquée par ces caillots et rend mon travail plus difficile. Les caillots sont si gros et épais que pour les retirer, il faut masser et manipuler l’artère ou la veine afin d’assurer la circulation du fluide artériel. Je suis capable de manipuler certains gros caillots avec des forceps. »

« De nombreuses familles ont déclaré le décès de leur proche comme résultant d’une crise cardiaque soudaine, d’embolies et de caillots sanguins. Beaucoup de familles ont précisé que leur proche n’avait aucun problème de santé avant d’être vaccinés. Je suis moi‑même vaccinée, ainsi que mes parents. Mon père a été vacciné avec le vaccin Moderna. Deux semaines plus tard, il a été opéré en urgence pour des caillots sanguins dans l’artère poplitée. Après sa deuxième dose de vaccin, il a été hospitalisé pour d’autres caillots, il a été opéré une seconde fois, et la troisième fois, il a failli mourir. Mon père a dû subir un pontage complet de la jambe. »

« Pendant l’hospitalisation de mon père, le père de mon meilleur ami a été opéré en urgence dans le même hôpital pour une crise cardiaque majeure, dont il a été victime quelques semaines après avoir été vacciné. »

« Mon père souffre maintenant de troubles nerveux et a perdu l’usage de sa jambe. Après avoir été vacciné avec le vaccin Moderna, ma mère a souffert de complications dues à une défaillance de la valve cardiaque et a dû être opérée pour des caillots sanguins présents dans ses artères. On m’a diagnostiqué un épanchement péricardique de la valve tricuspide et une myocardite. J’ai commencé à avoir des douleurs thoraciques aiguës, un essoufflement, et cela s’est progressivement aggravé. Je suis allée aux urgences. J’ai été prise en charge par un cardiologue, qui a établi un diagnostic. Ma tension artérielle n’a jamais été aussi élevée. J’étais en très bonne santé avant l’administration du vaccin Moderna. »

Epoch Times a contacté Moderna pour une demande de commentaire.

Trois autres embaumeurs ont également confirmé par téléphone avoir été témoins de caillots anormaux.

Explications possibles des médecins

« Les très gros caillots de sang qui sont éliminés avant et après la mort ne ressemblent à rien de ce que nous avons vu en médecine », affirme pour Epoch Times le Dr James Thorp, spécialiste materno‑fœtale. Il a observé des anomalies chez les femmes enceintes et les fœtus.

« Le vaccin Covid‑19 détourne l’énergie des processus physiologiques de l’organisme vers la production de la protéine spike toxique. Cette énergie est détournée du processus de digestion interne normal, également connu sous le nom d’autophagie. Il en résulte un mauvais repliement des protéines et la propagation de gros caillots sanguins intravasculaires, ainsi qu’une variété de maladies connexes, notamment les maladies à prions, la maladie de Creutzfeldt‑Jakob, l’amyloïdose et les démences, dont la maladie d’Alzheimer. S’il est possible que la maladie Covid‑19 puisse en soi contribuer à ces maladies, c’est peu probable et si tel était le cas, le vaccin aurait un effet 100 à 1000 fois plus important que celui de la maladie Covid‑19 », explique le Dr Thorp.

Figure 1 – La conformation 3D correcte d’une protéine dépend de l’énergie disponible dans le milieu cellulaire. Le mauvais repliement des protéines est plus susceptible de se produire pendant les périodes d’altération de la fonction mitochondriale et de stress oxydatif. (Avec l’aimable autorisation de James Thorp)

Le Dr Hamilton, cardiologue, ajoute : « Une autre explication possible concernant la faiblesse des électrolytes est qu’ils ont été absorbés et liés à la toxine lors du processus manqué d’élimination de la ‘toxine’. C’est le cas de la vitamine B‑12 qui se trouve réduite chez les patients sous antipsychotiques. L’organisme tente de se débarrasser du médicament, qui est lié à la vitamine B‑12 au cours de l’étape d’élimination. Toute toxine doit se lier à un électrolyte pour pouvoir quitter l’organisme. »

Le Dr Hamilton pense que l’accumulation massive de ces cordelettes qui présentent « une résistance proche de l’acier » peut avoir provoqué des défaillances touchant plusieurs organes et la mort.

« Le terme amyloïde a déjà été employé pour décrire un certain nombre d’états pathologiques observés dans des organes malades, et il est la cause de la mort dans l’amyloïdose, une maladie génétique rare. Ce n’est jamais normal. La question de savoir si l’accumulation partielle de milliers de structures filiformes peut provoquer une diminution de la circulation sanguine, un brouillard cérébral ou la mort subite d’un adulte est hypothétique, mais certainement possible », poursuit‑il.

« Les pathologistes devront faire des examens plus poussés qu’à l’habitude pour répondre à cette question. Ce processus pourrait par exemple conduire à un infarctus aigu du myocarde avec élévation enzymatique chez un jeune footballeur sans changement anatomique flagrant. »

Le Dr Sherri Tenpenny, qui analyse les effets indésirables des vaccins depuis environ trente ans, pense également que les caillots sont liés aux protéines amyloïdes.

« Il apparaît que la réponse vient directement de cette injection. La maladie des protéines spike, qui entraîne le dépôt d’amyloïdes dans les organes et remplit les artères et les veines », explique‑t‑elle à Epoch Times.

« La protéine spike interagit également avec les plaquettes et le fibrinogène, interférant avec le flux sanguin, ce qui conduit aussi directement à l’hyper‑coagulation. Lorsque la protéine spike est mélangée à d’autres protéines sanguines, la structure amyloïde combinée résiste aux enzymes qui devraient normalement décomposer le caillot (ce que l’on appelle la fibrinolyse altérée) », ajoute‑t‑elle.

« Cela entraîne la persistance d’un nombre volumineux de micro‑caillots dans les petits vaisseaux sanguins de l’organisme appelés capillaires. Des millions de ces minuscules caillots bloquent fortement le passage des globules rouges dans les tissus, ce qui diminue l’échange d’oxygène et entraîne la défaillance de plusieurs organes. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.