L’histoire d’un pédiatre qui avait tenté de se suicider dans sa jeunesse après avoir été intimidé pour son apparence

Avant la sortie du film Wonder, un pédiatre à succès a recommandé aux utilisateurs de Facebook de regarder le film pour une raison. Ce médecin comprend les luttes auxquelles le protagoniste a dû faire face, et qu’il a également vécues pendant son enfance.

Michael Goodman, 37 ans, est pédiatre à Indianapolis, Indiana (États-Unis). Le 8 novembre 2017, avant la sortie du film Wonder, il a parlé sur Facebook du syndrome de Treacher Collins.

Le film raconte l’histoire de August « Auggie » Pullman, un élève de CM2 (environ 5e année au Québec), qui est né avec le syndrome de Treacher Collins, une difformité faciale, et des difficultés qu’il a connues lorsqu’il était inscrit dans un collège privé après avoir été scolarisé à domicile. Le film est basé sur un roman de 2012 du même nom.

Michael Goodman a écrit que comme Auggie dans le film Wonder (ou Merveilleux au Québec), il a aussi le syndrome de Treacher Collins. « La mutation responsable du syndrome affecte le développement des oreilles externes, des os de l’oreille moyenne, des pommettes et de la mâchoire inférieure », a-t-il dit.

Selon Genetics Home Reference, le syndrome affecte une personne sur 50 000 et est causé par des mutations survenues dans un gène spécifique.

Comme d’autres personnes, Michael a dit qu’il aimait « le hockey sur glace, la crème glacée et Maggie de The Walking Dead », mais qu’il a connu les mêmes difficultés qu’Auggie quand il était jeune, ce qui l’a fait devenir la victime de moquerie et des brutes, le poussant à deux tentatives de suicide.

« J’ai vécu 75 % des luttes sociales auxquelles Auggie a dû faire face, en plus d’avoir tenté de me suicider 2 fois ma dernière année du secondaire », dit-il.

Après être devenu pédiatre, il a rencontré une famille qui refusait de le laisser soigner leur enfant. Michael a dit que c’était « à cause de mon apparence et de ma prononciation ».

Après qu’on lui a lancé des mots blessants, Michael a dit : « Les mots peuvent faire mal et font mal. »

« Les personnes atteintes de difformités faciales veulent être traitées comme toute autre personne normalement développée : respectée, voire aimée », a-t-il ajouté.

Qualifiant son expérience de « merveilleuse histoire », il a exhorté les gens à « lire le livre et à vous informer, vous, vos enfants et les autres. Et voir le film », ainsi que le livre de « R.J. Palacio qui a fait un travail incroyablement puissant pour décrire ce que c’est que d’être un enfant avec une différence faciale. »

Le post de Michael a été plus tard partagé sur Love What Matters et a rapidement attiré plus de 1 500 commentaires.

Un parent qui a fait soigner sa fille par Michael Goodman a écrit : « Le Dr Goodman était le médecin de ma fille quand elle était à l’hôpital il y a quelques semaines. Voici une photo de lui assis par terre avec elle parce qu’elle avait peur et qu’elle avait peur d’être à l’hôpital. C’est un excellent médecin ! »

©Facebook | Love What Matters
©Facebook | Love What Matters

Un autre parent a ajouté : « Dr Goodman ! Chaque fois que nous sommes hospitalisés à l’hôpital pour enfants et que nous vous voyons passer la porte, nous poussons un soupir de soulagement en sachant que vous allez superviser les soins de notre fils ! Vous prenez toujours le temps de nous écouter en tant que parents et d’utiliser vos connaissances pour penser à des choses que mon cerveau fatigué de maman aurait pu manquer. »

Martin Luther King a dit un jour qu’il rêvait que les gens soient jugés « sur le contenu de leur caractère ». En effet, ces paroles sonnent avec tant de vérité !

Regardez la vidéo ici :

 
VOIR AUSSI