Réforme des retraites : les jeunes ne manifestent pas pour les bonnes raisons

Par ÉLODIE MESSÉANT
7 mars 2023 16:12 Mis à jour: 7 mars 2023 16:12

Le 9 mars, une journée de mobilisation de la jeunesse contre la réforme des retraites est prévue. « Bloquez tout ce que vous pouvez » exhorte Jean-Luc Mélenchon, leader de la France Insoumise (LFI). Différents collectifs comme l’UNEF, l’Alternative, la Fage, l’Union des étudiants communistes, les Jeunes socialistes, les Jeunes insoumis ou encore les Jeunes écologistes appellent également les étudiants et lycéens à mettre le pays à l’arrêt. Rappelons que le 16 février dernier, seuls 100 à 150 jeunes avaient manifesté à Paris – une faible mobilisation qui traduit, dans le fond, le peu d’intérêt porté par cette classe d’âge à la réforme en cours. Pourtant, des syndicats comme l’UNEF prétendent faire entendre leur voix.

Ces derniers s’opposent au report de l’âge de départ à 64 ans et à l’allongement du nombre de trimestres, sans pour autant remettre en cause notre système par répartition. Pourtant, la réforme des retraites est la conséquence directe d’un système inadapté aux évolutions démographiques. C’est le refus d’introduire une dose de capitalisation, pour des motifs purement idéologiques, qui conduit à ce genre de situations. L’UNEF ferait mieux de s’intéresser aux autres pays étrangers, comme les Pays-Bas, le Chili ou le Danemark, dont la réforme du système a permis aux retraités d’avoir des pensions supérieures à ce qu’elles sont en France, à des taux de cotisation inférieurs.

Plutôt que d’imposer un âge unique de départ à la retraite, les salariés devraient être libres de partir quand ils le souhaitent. Mais surtout, ils devraient être en mesure de bénéficier d’un compte personnel de retraite (CPR), incluant un pilier d’épargne par capitalisation, ainsi que les droits acquis par la répartition. Si l’ensemble de ces syndicats étudiants étaient soucieux de préserver les retraites des plus jeunes et de leurs aînés, voilà ce qu’ils soutiendraient. En attendant, ils préfèrent s’opposer à la suppression des régimes spéciaux, et manifestent donc pour le maintien des privilèges de quelques-uns. Drôle de manière de défendre la liberté.

Article écrit par Elodie Messéant. Publié avec l’aimable autorisation de l’IREF.

L’IREF est un « think tank » libéral et européen fondé en 2002 par des membres de la société civile issus de milieux académiques et professionnels dans le but de développer la recherche indépendante sur des sujets économiques et fiscaux. L’institut est indépendant de tout parti ou organisation politique. Il refuse le financement public.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

EN CE MOMENT