Un procureur de New York annonce de nouvelles accusations contre Harvey Weinstein impliquant d’autres victimes

L'ancien producteur de cinéma est toujours condamné à 16 ans de prison en Californie malgré l'annulation de condamnations à New York

Par Bill Pan
3 juin 2024 14:54 Mis à jour: 3 juin 2024 21:52

Harvey Weinstein a comparu mercredi après-midi devant un tribunal de New York, où un procureur a informé le juge que l’ancien magnat d’Hollywood pourrait faire l’objet de nouvelles inculpations dans une autre affaire de crime sexuel.

Lors de l’audience, l’assistante du procureur, Nicole Blumberg, a révélé que de nouvelles accusatrices avaient émergé, accusant M. Weinstein de comportements sexuels inappropriés. Les procureurs examinent actuellement si ces nouvelles plaintes sont soumises à la prescription.

« Des personnes qui n’ont pas pu s’exprimer en 2020 sont maintenant prêtes à le faire en 2024 », a déclaré Mme Blumberg au juge Curtis Farber.

M. Weinstein, 72 ans, a été brièvement hospitalisé après son retour à New York le mois dernier, à la suite de l’annulation de ses condamnations pour viol et agression sexuelle prononcées en 2020 par la plus haute juridiction de l’État. Mercredi, il est arrivé dans la salle d’audience de Manhattan en fauteuil roulant, comme lors de ses précédentes comparutions.

Sa prochaine audience est prévue pour le 9 juillet, et son nouveau procès pour crime sexuel devrait se tenir après le 2 septembre.

En 2020, il avait été reconnu coupable de viol au troisième degré pour avoir agressé l’actrice Jessica Mann en 2013, et d’agression sexuelle sur Miriam Haley, une ancienne assistante de production, en 2016. Il avait été condamné à 23 ans de prison, peine qu’il purgeait au centre correctionnel de Mohawk à Rome, dans l’État de New York.

Le 25 avril, la Cour d’appel de l’État de New York a annulé ces condamnations par un vote de 4 contre 3, estimant que le juge de première instance avait à tort autorisé des témoignages d’autres femmes non liées à l’affaire.

Dans sa décision, la cour a qualifié ces erreurs de « flagrantes », soulignant que des allégations non vérifiées avaient été présentées contre M. Weinstein, notamment des menaces de violence et des comportements inappropriés, qui ont faussé la perception du jury.

« L’effet cumulatif de ces erreurs n’était pas anodin », indique le jugement. « La menace d’un contre-interrogatoire basé sur ces allégations non vérifiées a compromis le droit de l’accusé à témoigner. La seule solution à ces erreurs est un nouveau procès ».

En attendant ce nouveau procès, l’ancien producteur restera incarcéré, ayant été condamné en 2022 à 16 ans de prison à Los Angeles pour des accusations de viol formulées par une femme enregistrée sous l’identité de Jane Doe 1. Après l’annulation du verdict de Manhattan, Jane Doe reste la seule accusatrice à avoir obtenu une condamnation pénale contre lui.

Les autorités californiennes ont demandé le transfert de l’accusé en Californie, une demande contestée par son équipe juridique.

« Ils ne peuvent pas extrader M. Weinstein à l’heure actuelle parce qu’ils n’ont pas suivi les procédures adéquates », a déclaré Diana Fabi Samson, l’une de ses avocates, après une audience d’extradition le 9 mai dans l’arrondissement du Queens.

« Il n’est pas un fugitif au sens propre. C’est juste la terminologie qu’ils utilisent », a ajouté l’avocate. « Notre principale préoccupation est que M. Weinstein soit ici, à New York, pour que nous puissions préparer le procès. »

Harvey Weinstein a nié tout acte répréhensible, que ce soit à New York ou en Californie, et son équipe juridique prévoit de faire appel de l’affaire californienne.

Avec Associated Press

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

EN CE MOMENT