320 suppressions de postes chez Vallourec, un premier plan social pour le gouvernement Borne

Par Epoch Times avec AFP
21 mai 2022 06:28 Mis à jour: 21 mai 2022 09:17

Le fabricant français de tubes sans soudures Vallourec a annoncé son intention de supprimer quelque 2950 postes dans le monde, dont 320 en France.

C’est le premier plan social après la prise de fonctions d’Élisabeth Borne à Matignon. Dans un communiqué le groupe a annoncé une réduction « d’environ 2400 postes » à la suite notamment de la fermeture de ses sites allemands, ainsi que la suppression « d’environ 550 postes » dans des fonctions support.

Mi‑novembre, à la sortie d’un long processus de restructuration financière, Vallourec avait annoncé la mise en vente de ses activités allemandes et l’arrêt de la fabrication en Europe de tubes pour l’industrie. La compagnie prévoyait le transfert d’une partie de ses activités au Brésil.

2,3 % du capital de Vallourec contrôlé par l’État

« Nous demandons à Vallourec que les conséquences du plan sur les activités françaises soient minimisées et nous exigeons un maintien et un renforcement du pôle de forge, filetage, recherche et développement d’Aulnoye‑Aymeries (Nord) » a réagi Bercy le 18 mai soir après l’annonce.

Depuis la dernière restructuration du groupe en 2021, l’État contrôle encore 2,3 % du capital de Vallourec via la Banque publique d’investissement (BPI).

250 postes supprimés dans le nord de la France

Sur les 550 postes supprimés dans le reste du monde, 70 sont en Écosse, concernés par l’arrêt de l’activité de filetage dont les volumes seraient rapatriés à Aulnoye‑Aymeries et « 320 en France, dont 65 au siège » de Meudon dans les Hauts‑de‑Seine, a détaillé le PDG Philippe Guillemot, lors d’une conférence téléphonique.

Quelque 250 postes seront supprimés dans le nord de la France : un peu moins d’une centaine sur le site de Saint‑Saulve, une centaine à Aulnoye‑Aymeries et les autres sur le centre de services partagés de Valenciennes, a précisé Philippe Guillemot, nommé il y a moins de deux mois pour achever la restructuration du groupe et le rendre plus rentable.

 

***

Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.