Alerte des leaders mondiaux de l’aéronautique face au déploiement de la 5G

Les PDG de Boeing et d'Airbus exhortent l'administration Biden d'ajourner le vaste déploiement de la 5G prévu par les opérateurs Verizon et AT&T
Par Nicholas Dolinger
24 décembre 2021 13:15 Mis à jour: 24 décembre 2021 13:15

Les PDG des deux plus grands constructeurs d’avions de ligne américains ont émis une mise en garde face à l’extension du réseau 5G haut débit, dans une lettre adressée à Pete Buttigieg, le secrétaire américain aux Transports.

Le 20 décembre, Dave Calhoun, de Boeing, et Jeffrey Knittel, d’Airbus Americas, ont exprimé leur « inquiétude » face au déploiement 5G des opérateurs AT&T et Verizon prévu pour le 5 janvier 2022. Ils ont exhorté l’administration Biden d’intervenir pour reporter l’utilisation du nouveau réseau.

« Les interférences 5G pourraient nuire à la capacité des avions de fonctionner en toute sécurité », peut-on lire dans la lettre.

La lettre fait écho aux préoccupations d’un rapport publié l’année dernière qui concluait que la 5G perturbait gravement le fonctionnement des instruments de mesure à bord des avions. Les signaux 5G sont souvent émis à des fréquences similaires à celles utilisées par l’équipement électronique des aéronefs tels que les radioaltimètres. C’est pourquoi le secteur aéronautique et les régulateurs craignent que l’expansion des réseaux 5G occasionne des retards de vol ou des problèmes de sécurité.

Au début du mois, l’Administration fédérale de l’aviation (FAA) a publié des consignes de navigabilité répondant spécifiquement aux problématiques soulevées par la 5G. Avec un certain enthousiasme la FAA a fait valoir que la 5 G et des voyages aériens sécurisés pouvaient coexister. Elle a toutefois émis un certain nombre de réserves face à la question du risque d’interférences entre la 5G et les radioaltimètres.

Ces dernières années, la 5G a autant attiré les louanges que les critiques. Les grands groupes en tête de l’industrie des télécommunications ont accompli des avancées considérables rendant la technologie toujours plus omniprésente. Les sceptiques ont exprimé leurs inquiétudes quant aux conséquences potentielles imprévues sur la santé face à la prolifération des ondes électromagnétiques.

En outre, ils craignent que la 5G ne devienne le catalyseur d’une transformation majeure du marché du travail. Certains évoquent une « apocalypse de l’emploi » qui résultera de l’adoption généralisée d’une technologie permettant d’étendre de l’automatisation à une échelle sans précédent.

La 5G repose partiellement sur les ondes millimétriques, qui ont une portée beaucoup plus courte que les micro-ondes utilisées pour la 4G. Cette spécificité exige la mise en place de tours cellulaires toutes les quelques centaines de mètres. Des populations entières seront exposées à des rayonnements d’ondes millimétriques à faible distance.

Initialement, la 5G devait être adoptée au 5 décembre. La date du 5 janvier représente déjà un report du délai prévu originellement. Cet ajournement était également le résultat des contestations émises par les compagnies aériennes et la FAA. Les PDG ayant coécrit la lettre du 20 décembre risquent donc de se heurter à une plus forte résistance de la part d’AT&T et Verizon.


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.