Biden signe un projet de loi interdisant les importations de produits chinois provenant du travail forcé

Par Nick Ciolino
26 décembre 2021 13:14 Mis à jour: 26 décembre 2021 13:14

Le président Joe Biden a signé un projet de loi interdisant les importations provenant de la région chinoise du Xinjiang, en raison de préoccupations sur le travail forcé, a annoncé la Maison Blanche jeudi.

Ce projet de loi représente une nouvelle étape dans les actions des États-Unis envers le traitement réservé à la population musulmane ouïghoure de Chine, par Pékin. L’administration Biden a officiellement condamné les mauvais traitements infligés par la Chine aux Ouïghours, en les qualifiant de génocide dans un rapport publié en mars.

La loi sur la prévention du travail forcé des Ouïghours, signée le 23 décembre, interdit les importations en provenance de la région autonome ouïghoure du Xinjiang de la République populaire de Chine (RPC) et impose des sanctions aux personnes étrangères responsables du travail forcé dans la région.

« Nous pensons que le secteur privé et la communauté internationale doivent s’opposer à ce que la RPC arme ses marchés pour étouffer le soutien aux droits de l’homme », a déclaré Jen Psaki, porte-parole de la Maison Blanche, lors du point de presse de jeudi. « Nous pensons également que les entreprises américaines ne devraient jamais ressentir le besoin de s’excuser pour avoir défendu les droits humains fondamentaux ou s’être opposées à la répression. »

« Nous appelons toutes les industries à s’assurer qu’elles ne s’approvisionnent pas en produits impliquant le travail forcé, notamment le travail forcé du Xinjiang », a-t-elle ajouté.

Le projet de loi, parrainé par le représentant James McGovern (Démocrate-Massachusetts), confie aux services américains des douanes et de la protection des frontières (CBP) la responsabilité de déterminer si les marchandises provenant du Xinjiang sont fabriquées via du travail forcé. Il suppose également que les marchandises produites dans la région du Xinjiang, où la Chine a établi des camps de travail ouïghours, sont fabriquées par le travail forcé, sauf preuve du contraire.

Le projet de loi mentionne le coton, les tomates et les pièces en polysilicium utilisées pour les panneaux solaires comme des secteurs « hautement prioritaires ».

Le CBP estime qu’environ 9 milliards de dollars de produits de coton et 10 millions de dollars de produits de tomates ont été importés de Chine l’année dernière.

Dans ses derniers jours en janvier, l’administration Trump avait annoncé une interdiction de tous les produits de coton et de tomates du Xinjiang.

« Il s’agit d’un projet de loi solide et bipartisan dont l’objectif est simple : empêcher le gouvernement chinois d’exploiter le peuple ouïghour », a déclaré M. McGovern lors de son intervention le 8 décembre.

La mesure stipule également que le président doit  régulièrement présenté un rapport au Congrès comportant une liste d’entités étrangères facilitant le travail forcé des groupes minoritaires musulmans au Xinjiang et imposer des sanctions pour bloquer les actifs de ces entités.

La signature du projet de loi intervient quelques semaines après que la Maison Blanche a annoncé un boycott diplomatique des Jeux olympiques d’hiver de 2022 à Pékin.

M. Biden s’est entretenu pour la dernière fois avec le président chinois Xi Jinping lors d’une réunion en visioconférence le 15 novembre, au cours de laquelle il a fait part de ses préoccupations concernant le bilan de la Chine en matière de droits de l’homme, selon la Maison Blanche.


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.