Deux réfugiés afghans sont inculpés dans le Wisconsin, l’un pour sévices sexuels sur des enfants, l’autre pour violences conjugales

Par Isabel van Brugen
24 septembre 2021 23:03 Mis à jour: 24 septembre 2021 23:03

Deux ressortissants afghans qui ont fui Kaboul, à la suite de la prise des talibans en août, ont été accusés d’avoir commis des crimes sexuels pendant leur séjour à Fort McCoy, une base militaire du Wisconsin.

Un grand jury fédéral du Wisconsin a inculpé les deux hommes. Leurs affaires ne sont pas liées. Bahrullah Noori, 20 ans, est accusé d’une tentative d’acte sexuel par la force sur un mineur, trois actes sexuels avec un autre mineur, dont un impliquant le recours à la force.

Selon l’acte d’accusation, les deux victimes présumées de Bahrullah Noori avaient moins de 16 ans. Ils étaient donc plus jeunes que lui d’au moins 4 ans.

Pendant son séjour sur la base militaire américaine, située à environ 160 km au nord-ouest de Madison, dans le Wisconsin, Bahrullah Noori aurait touché les organes génitaux de l’une de ses victimes à trois reprises, l’une des agressions présumées ayant eu lieu dans une caserne et les autres dans une salle de bain.

Le second réfugié inculpé, Mohammad Haroon Imaad, 32 ans, est accusé d’avoir agressé son épouse en l’étranglant et en l’étouffant. Cet incident aurait eu lieu le 7 septembre.

Selon l’acte d’accusation, la femme a déclaré aux soldats, par l’intermédiaire d’un interprète, qu’il avait frappé leurs enfants à de « multiples occasions ». Elle a affirmé : « Mon mari m’a battue de nombreuses fois en Afghanistan au point que j’ai perdu la vue des deux yeux. »

Elle a également affirmé avoir été violée par son mari qui l’avait menacé de « la renvoyer en Afghanistan où les talibans pourraient s’occuper d’elle ».

Bahrullah Noori et Mohammad Imaad ont comparu devant le tribunal de Madison le 16 septembre pour répondre aux accusations portées contre eux et sont actuellement détenus à la prison du comté de Dane.

Leur mise en accusation est prévue pour le 23 septembre, à 9 h 30 et 10 h 15 respectivement, devant le juge d’instance Stephen L. Crocker, a annoncé le ministère de la Justice dans un communiqué.

S’il est reconnu coupable, Bahrullah Noori risque une peine minimale obligatoire de 30 ans et une peine maximale de prison à vie dans une prison fédérale pour les accusations d’usage de la force, et une peine maximale de 15 ans pour les deux autres accusations. Mohammad Imaad risque une peine maximale de 10 ans de prison.

Ces accusations font suite à une enquête menée par le FBI et la police de Fort McCoy.

Les deux hommes faisaient partie des plus de 12 000 ressortissants afghans évacués du pays et transportés à Fort McCoy lors du retrait des troupes américaines par le président Joe Biden, selon l’Associated Press.

Isabel van Brugen est une journaliste primée qui travaille actuellement comme reporter pour Epoch Times. Diplômée d’une maîtrise de journalisme à l’Université de Londres ainsi que d’une maîtrise en langues, elle a collaboré avec diverses publications telles que le Times, le London Evening Standard, le Grazia UK, le Daily Express et le Bang Showbiz.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.