Un homme âgé fonce dans une voiture garée pour simuler un faux accident de la circulation

Une façon bien commune d'exploiter les gens pour de l'argent en Chine

Un homme âgé s’est jeté sur une voiture dans l’espoir de créer un faux accident de circulation et soutirer de l’argent au conducteur. L’incident a été filmé par une caméra en circuit fermé, qui a pu prouver que les actions de l’homme étaient simulées.

En Chine, un accident de la circulation est presque toujours géré de manière absolue et le plus petit dans la collision est considéré comme la victime, peu importe qui est responsable.

En Chine, les gens en sont venus à mépriser ce genre de comportement, localement appelé « casser de la porcelaine » en référence à un vieil adage qui disait que les gens pouvaient intentionnellement créer de faux dommages ou de fausses blessures comme moyen d’exploitation financière. Lorsque le phénomène a commencé à apparaître, le gouvernement et la police n’ont déployé que peu d’efforts pour réprimer ce comportement d’exploitation.

Pour éviter les poursuites judiciaires, la police facilite souvent l’échange d’argent avec la victime, qu’elle soit ou non une victime véritable.

Tentative d’exploitation

Selon des images vidéo de Search-Fox Qianliyan, un homme âgé a été vu se ruant sur une voiture garée devant une boutique le 20 février dans la province de Dalian, en Chine.

Il s’est jeté sur le capot, les bras en premier, puis a roulé sur le trottoir, comme s’il avait été heurté. La femme à l’intérieur de la voiture s’était garée devant la boutique afin de répondre à un appel téléphonique.

Selon la vidéo, l’homme âgé avait couru plusieurs dizaines de mètres avant de se jeter sur le capot.

La femme est sortie de la voiture et a essayé de dissuader l’homme d’agir ainsi alors qu’il était étendu sur le trottoir, mais l’homme a refusé de partir.

En Chine, lorsqu’un accident de la route se produit, les personnes impliquées ne quittent souvent pas l’endroit où elles ont été heurtées et restent étendues par terre pour signifier qu’elles sont blessées et qu’elles méritent une indemnisation.

Cependant, lorsque la femme a dit à l’homme qu’elle appelait la police, il s’est calmement levé et est parti.

« Briser de la porcelaine »

L’expression « briser de la porcelaine » tire son origine de la dynastie Qing. À l’époque, les gens prenaient des récipients de porcelaine bon marché, les fracassaient contre une charrette, puis prétendaient que le chauffeur avait brisé leur « cher objet de famille ». Ils exigeaient alors une indemnisation.

Au cours de l’époque contemporaine, en 2004, les comportement de feindre une blessure ont commencé à être rapportés. Des gangs se sont établis et ont exploité certaines faiblesses juridiques, avec un grand nombre d’abus non contenus par le régime chinois, ce qui permet aux individus d’exploiter certains échappatoires.

Par conséquent, de nombreuses personnes en Chine préfèrent ne pas intervenir si elles aperçoivent une personne blessée, car elles s’exposent à un risque d’être elles-mêmes blâmées si elles portent secours.

Dans de nombreux cas, il s’agit de personnes feignant d’être blessées. Toutefois, dans une société où les passants craignent d’être exploités, de nombreux Chinois sont également morts parce qu’ils ont été ignorés, alors qu’ils avaient vraiment besoin d’aide de leurs concitoyens.

Pour se protéger, de nombreux conducteurs chinois ont installé des caméras dans leurs voitures afin de filmer de tels incidents falsifiés.

Dans la vidéo ci-dessus, on peut également voir des gens se jeter sur des voitures qui sont déjà arrêtées. Certains vont même jusqu’à ramper sous un véhicule immobilisé et agissent comme s’ils avaient été écrasés.

On voit aussi un homme assis au milieu de la route avec ses vêtements éparpillés par terre. Tel un poste de péage, il s’approche des véhicules pour placer son pied sous la voiture et ne bouge pas de là tant que le chauffeur ne sort pas ses billets.

Au-delà des accidents de la circulation

La Chine a également vu des gens se blesser intentionnellement pour de l’argent.

Puisque le dédommagement à une personne blessée qui survit à un accident de voiture est plus élevé, certains conducteurs chinois assassinent les personnes qu’ils ont heurtées avec leur voiture.

Ce phénomène en Chine est connu sous le nom de « hit-to-kill » [frapper pour tuer].

Lorsqu’une personne est frappée et renversée, certains conducteurs sont connus pour la renverser à nouveau et, dans certains cas, plus d’une fois.

Comme expliqué plus haut, de nombreux passants apercevant de telles situations refusent d’aider les personnes blessées, même après avoir été témoins de l’accident.

Version originale

 
VOIR AUSSI