Immigration: Élisabeth Borne veut davantage de « coopération » avec les ONG

Par Epoch Times avec AFP
19 novembre 2022 08:03 Mis à jour: 19 novembre 2022 08:56

Élisabeth Borne a souhaité davantage de « coopération » avec les ONG qui secourent les migrants en mer, après l’accueil à Toulon du navire humanitaire Ocean Viking, affrété par l’association SOS Méditerranée, et ses 234 migrants à bord.

Le 16 novembre, la Première ministre a souhaité « la reprise des travaux sur les relations avec les ONG impliquées dans le secours en mer en Méditerranée », que certains considèrent comme « complices » des passeurs.

« Ces ONG sauvent des vies, font un travail important mais une coopération plus fluide et plus transparente avec les pouvoirs publics est indispensable », a souligné sans plus de détails Élisabeth Borne, lors de la séance au Sénat des questions au gouvernement.

Elle a aussi souhaité agir sur « la prévention des départs irréguliers en provenance d’Afrique du Nord », qui « passe par un renforcement des capacités maritimes des pays de départ et une plus grande efficacité collective en matière de réadmission des migrants en situation irrégulière ».

« Humanité et fermeté » ?

La Première ministre, qui était interrogée par le président du groupe Union centriste Hervé Marseille, a également souligné la « nécessité d’avancer au plus vite sur la finalisation du pacte européen pour l’asile et l’immigration », et demandé au niveau européen la réunion d’un « conseil extraordinaire des ministres de l’Intérieur ».

« Nous avons assumé pleinement notre devoir humanitaire mais (…) la France ne dévie pas d’une approche qui repose sur deux principes essentiels : l’humanité et la fermeté », a affirmé Mme Borne.

La France a accusé l’Italie de manquer à ses obligations légales et à ses engagements européens en refusant d’accueillir la semaine dernière dans ses ports l’Ocean Viking.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.