La mariée pleure lorsque son père porte, pour la danse père-fille, une cravate qu’elle a fabriquée à l’âge de 5 ans

Par Louise Bevan
23 février 2022 15:35 Mis à jour: 23 février 2022 15:35

Une mariée rougissante a été surprise par le geste sincère de son père, pour leur danse père-fille, lorsqu’il a porté une cravate en papier qu’elle avait fabriquée à l’âge de 5 ans.

Elle n’avait jamais cru à la promesse de son père de porter ce porte-bonheur à son mariage et pensait que la cravate avait été perdue bien des années auparavant.

Ce geste l’a tellement émue qu’elle a pleuré sur la piste de danse.

Megan Becker-Towns s’est mariée avec Travis dans leur ville natale d’Appleton, dans le Wisconsin, le 29 octobre 2021. Vingt-quatre ans auparavant, à l’école primaire, Megan avait fabriqué la cravate en papier pour son père, Glenn.

Megan et son père, Glenn, qui porte la cravate qu’elle a fabriquée à l’école primaire. (Avec l’aimable autorisation de Love & Light Photography et Megan Becker-Towns)

« La fête des Pères a lieu en été, alors notre dernier projet artistique de l’année consistait à faire des cravates en papier », raconte à Epoch Times, Megan, aujourd’hui âgée de 29 ans. « Elles étaient plastifiées et avaient une ficelle. »

« Quand il avait ouvert le cadeau, il avait dit qu’il en était si fier qu’il allait la porter à mon mariage. Il l’a suspendue au miroir de sa chambre pendant toute mon enfance. »

« De temps en temps, il l’enlevait, la dépoussiérait et disait à nouveau qu’il allait la porter à mon mariage. Je ne croyais pas qu’il le ferait vraiment. »

Megan et son mari, Travis (Avec l’aimable autorisation de Megan Becker-Towns)

Les photos du moment précieux où le père et la fille se sont rencontrés sur la piste de danse, la cravate bien-aimée suspendue au cou de Glenn, montrent Megan submergée par l’émotion. Elle a partagé la photo et sa version de l’histoire sur les médias sociaux.

« J’étais vraiment stupéfaite », a-t-elle confié à Epoch Times. « Les deux seules personnes qui savaient ce qui se passait étaient mes parents. »

« Tout le monde avait les larmes aux yeux. J’ai commencé à pleurer dans les bras de mon père. »

Megan et Travis (Avec l’aimable autorisation de Megan Becker-Towns)

Il s’est avéré que la mère de Megan avait rangé la cravate en papier lorsqu’elle et Glenn ont déménagé d’Oshkosh à Appleton il y a plusieurs années. Megan a dit à son père, en plaisantant, que la cravate n’arriverait finalement pas à son mariage.

Ce qu’elle ne savait pas à l’époque, c’est que lorsque Travis avait demandé à Glenn la permission de demander Megan en mariage, Glenn avait récupéré la cravate avec une surprise en tête.

« Il a retrouvé la cravate », a dit Megan. « Il l’a cachée dans sa boîte à outils dans le garage et m’a dit qu’elle avait été ‘perdue dans le déménagement’. »

Megan considère la grande révélation de son père comme l’un de ses deux moments préférés le jour de son mariage. L’autre, dit-elle, a été le visage de son mari lorsqu’il l’a vue pour la première fois marcher dans l’allée et qu’il a dit : « Tu es si belle. »

Megan avec son père, Glenn (Avec l’aimable autorisation de Megan Becker-Towns)

Megan et Travis, âgé de 32 ans, un ouvrier dans une usine de plastique, se sont rencontrés dans l’entreprise de catalogues où Megan travaille toujours en tant que spécialiste du marketing par courriel. Tous deux sont originaires d’Oshkosh et viennent d’acheter une maison à Appleton.

La mariée a toujours partagé un lien étroit avec son père, affirmant qu’il ne manquait jamais un match de sport ou un récital de danse, il l’emmenait pêcher, peindre et « réparer des choses », il était toujours là pour lui faciliter la vie. L’un de ses plus beaux souvenirs est celui de son père lui donnant ses chaussettes d’hiver les plus douillettes pour lui réchauffer les pieds après l’avoir ramenée d’un bal scolaire par un froid glacial.

Aujourd’hui, le duo père-fille passe son temps à rire, à plaisanter et à prendre leur petit-déjeuner ensemble.

« C’est vraiment le meilleur des pères », a-t-elle dit. « J’ai toujours été sa complice. J’ai deux sœurs et trois frères et nous sommes les enfants les plus chanceux qui soient. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.