Le gouvernement britannique déclare qu’il est «hors de question» que Shamima Begum soit autorisée à revenir après son adhésion à Daech, même si elle plaide en faveur d’une thérapie

Par Tom Ozimek
30 septembre 2019 14:45 Mis à jour: 30 septembre 2019 14:45

Les autorités britanniques ont doublement insisté sur le fait que la possible djihadiste Shamima Begum ne sera pas autorisée à retourner au Royaume-Uni, malgré ses plaidoyers et ses plaintes envers sa santé mentale déclinante.

Aujourd’hui âgée de 19 ans, Shamima Begum est une adolescente née en Grande-Bretagne qui s’est enfuie de chez elle en 2015 pour rejoindre le groupe terroriste Daech en Syrie. Elle est restée coincée dans un camp de réfugiés géré par les forces kurdes après que le gouvernement britannique eut révoqué sa citoyenneté au motif qu’elle représentait une menace pour la sécurité nationale.

Lors d’un récent entretien avec le Daily Mail, Shamima a plaidé pour être autorisée à revenir au Royaume-Uni, se plaignant que sa santé mentale déclinée.

Priti Patel, secrétaire d’État britannique à l’Intérieur, a déclaré au Sun, le 29 septembre, qu’il était « impossible » que Shamima Begum puisse revenir.

« Notre travail consiste à assurer la sécurité de notre pays », a déclaré Mme Patel. « Nous n’avons pas besoin de personnes qui ont fait du mal et qui ont quitté notre pays pour faire partie d’un culte de la mort et pour perpétrer cette idéologie. »

Priti Patel avant la conférence du Parti conservateur à Manchester, en Angleterre, le 29 septembre 2019. (Jeff J Mitchell/Getty Images)

« Nous ne pouvons pas laisser entrer dans notre pays des gens qui nous feraient du mal, et cela inclut cette femme. »

« C’est tout ce que je vois en termes de sécurité et de renseignement, je ne suis tout simplement pas prête à le permettre à quiconque a été un partisan ou un militant actif de Daech dans ce pays. »

Mme Patel a déclaré que c’est « assez rassurant » que Shamima Begum soit toujours en Syrie.

Shamima, l’une des trois adolescentes ayant quitté Londres en 2015 pour rejoindre l’organisation terroriste Daech, ou EI (État islamique), a fait surface dans un camp de réfugiés plus tôt cette année à la suite d’une offensive menée par les États-Unis contre la dernière enclave du groupe terroriste à Baghuz en Syrie.

Le journaliste du Daily Mail Richard Pendlebury l’a récemment suivie jusqu’à un autre endroit appelé Camp Ensoleillé.

Elle lui a dit : « Ma santé mentale n’est pas au meilleur. Ma santé physique est bonne. Je suis encore jeune et je ne tombe pas malade. Je n’ai pas de problème. Mais mentalement, cependant, je suis dans un très mauvais état. »

Photo de Shamima Begum en 2015, tenue par sa sœur Renu à New Scotland Yard à Londres le 22 février 2015. (Laura Lean/PA Wire/Getty Images)

Shamima Begum a vécu dans plusieurs camps de réfugiés depuis qu’elle a accordé une interview au Times of London depuis le camp d’al-Hawl, dans le nord-est de la Syrie, en février : « Je ne pouvais pas endurer les souffrances et les épreuves que cela impliquait de rester sur le champ de bataille. Mais j’avais aussi peur que l’enfant que je m’apprête à mettre au monde meure comme mes autres enfants si je restais. Alors j’ai fui le califat. »

Elle était enceinte au moment de l’entrevue et a ensuite accouché, mais son bébé est mort.

S’adressant à des journalistes à al-Hawl en février, Shamina Begum a déclaré qu’elle n’était pas d’accord avec tout ce que le groupe terroriste avait fait, mais qu’elle n’avait « aucun regret » d’avoir rejoint Daesh et a suggéré que les frappes aériennes contre le groupe terroriste en Syrie justifiaient en quelque sorte l’attaque de 2017 à Manchester Arena.

« C’est une chose à double sens », a-t-elle dit à la BBC, ajoutant que l’attentat suicide qui a tué 22 personnes lors d’un concert d’Ariana Grande à Manchester était une « sorte de représailles » pour les bombardements des enclaves tenues par Daech, ajoutant : « Alors je pensais OK, c’est une bonne justification ».

Les autorités britanniques ont par la suite annulé sa citoyenneté après avoir déterminé qu’elle constituait une menace pour la sécurité nationale.

Depuis, elle a critiqué Daech, exprimant des regrets d’avoir rejoint le groupe djihadiste, et a reconnu avoir subi un « lavage de cerveau ».

S’adressant au Times of London dans le camp de réfugiés d’al-Roj en Syrie le 1er avril, Shamina Begum a déclaré : « Je regrette d’avoir eu des enfants au califat » et a appelé les autorités britanniques pour être autorisée à rentrer au Royaume-Uni.

« Je suis venu en pensant que ce serait un lieu d’appartenance où je pourrais élever une famille en toute sécurité », a déclaré Shamina, citée par le Times of London. « Mais ce n’était pas un endroit pour avoir des enfants. »

Maintenant, s’adressant au Daily Mail au Camp ensoleillé, Shamina a dit : « J’ai besoin d’une thérapie pour gérer mon chagrin. C’est tellement difficile. J’ai perdu tous mes enfants. »

Elle a ajouté : « Il n’y a pas d’aide ou de service de santé psychologique ici. J’ai entendu dire que dans d’autres camps, il existe une aide psychiatrique, mais pas ici. »

Shamina a déclaré au Daily Mail qu’elle était au moins reconnaissante de ne pas être au camp al-Hawl avec ses dizaines de milliers de membres et de sympathisants de Daech, décrit comme des « bombes à retardement » de l’islamisme.

« Je n’ai pas de vrais amis », a ajouté Shamima. « J’ai perdu tous les amis qui sont venus avec moi. Maintenant, je n’ai plus personne. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.