Le résistant Georges Ménage qui avait participé au Débarquement du 6 juin 44 s’est éteint à l’âge de 97 ans

Georges Ménage s’est éteint ce 6 juillet 2019, il était âgé de 97 ans. Cet ancien résistant natif de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) avait devancé l’appel du 18 juin 1940 du Général De Gaulle puisqu’il venait de s’engager de lui même quelques heures seulement auparavant. En effet, le journal Le Parisien relate qu’il était déjà en partance pour l’Angleterre à ce moment-là, quittant ainsi l’école d’hydrographie de Paimpol (Côtes-d’Armor) dans laquelle il étudiait.

Lors de toutes ces années de guerre, diverses missions ont été confiées à Georges Ménage, aussi bien à bord de la marine marchande que de la marine de guerre des Forces navales de la France libre (FNFL). Ses tâches consistaient à ramener du minerai de fer de Terre-neuve et à escorter des chalutiers dont la mission était de ravitailler l’Angleterre de leur pêche.

 

Georges Ménage se souvient parfaitement du débarquement du 6 juin 1944 alors qu’il était à bord de la corvette-escorteur la Renoncule. Sa fonction était de maintenir l’ordre et la discipline au sein d’une flopée de bateaux prêts à débarquer sur la plage d’Utah Beach en Normandie. «Il n’y avait plus d’horizon, la mer était couverte de bateaux !», avait-il précisé à l’AFP fin mai. Georges Ménage n’avait appris que la veille la réelle destination de l’escorteur.

Il raconte encore : «On était chargés de maintenir une certaine discipline : si les chalands sont arrivés à terre au bon moment, c’est parce que les escorteurs comme nous avons fait la police sur mer pour retenir ceux qui allaient trop vite ou remorquer ceux en panne. On était contents de voir qu’on s’en sortait ». Mais ça n’a pas été le cas de tous ses frères d’armes postés au niveau de la plage d’Omaha Beach (une dizaine de kilomètres plus loin), où les pertes humaines ont été nombreuses.

Et même s’il a ainsi permis que des milliers de soldats américains puissent débarquer à Utah Beach, il précise : «Je ne suis pas fier d’avoir fait ce que je devais faire, mais je suis heureux d’avoir eu la chance de pouvoir le faire, c’est différent!»

Ses obsèques ont été célébrées mercredi en l’église de Plévenon ce mercredi 10 juillet.

 
VOIR AUSSI