Le variant Delta du Covid-19 apparaît dans toute la Chine, Pékin réduit les transports interurbains

Par Nicole Hao
11 août 2021 21:03 Mis à jour: 11 août 2021 21:04

Le 9 août, le régime communiste chinois a signalé 94 transmissions locales parmi 125 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures.

L’épidémie actuelle en Chine est en outre due au variant Delta, hautement contagieux. Les autorités ont dit que les infections du variant Delta se sont d’abord propagées parmi les employés d’aéroport de la ville de Nanjing, dans l’est de la Chine – ce qui a été signalé le 20 juillet – mais qu’elles ont depuis progressé dans tout le pays, avec des rapports allant de la province tropicale de Hainan, dans le sud, à la Mongolie-Intérieure, dans l’extrême nord.

Pékin, la capitale du pays, qui n’avait pas signalé de nouvelles infections locales depuis deux jours, a annoncé le 8 août qu’aucun voyageur en provenance de régions où l’on a signalé des infections par le virus du PCC (virus du Parti communiste chinois) au cours des deux dernières semaines ne sera autorisé à entrer dans la ville. Le virus du PCC est à l’origine de la maladie du Covid-19.

Pendant ce temps, Pékin a interrompu tous les services de trains de voyageurs pour ces régions et a arrêté tous les bus de voyageurs en provenance d’autres villes, à l’exception de ceux en provenance de la ville voisine de Tianjin et de la province du Hebei.

La ville de Ruili, dans la province du Yunnan (sud-ouest de la Chine), a annoncé le 9 août que tous les habitants du centre-ville seraient mis en quarantaine chez eux jusqu’au 17 août. Les autorités ont également interdit le trafic de passagers, tandis que les camions doivent changer de conducteur aux points de contrôle pour entrer ou sortir. Avec ces règles, les habitants ne peuvent pas sortir et les personnes extérieures ne peuvent pas entrer.

Des personnes font la queue pour passer un test de dépistage du Covid-19 sur un site de dépistage à Pékin, en Chine, le 5 août 2021. (Noel Celis/AFP via Getty Images)

Dimanche, la ville de Nanjing, capitale de la province de Jiangsu et point zéro de l’épidémie, a annoncé une sixième série de tests de masse Covid-19 sur les résidents, tandis que la ville voisine de Yangzhou a annoncé lundi sa cinquième série de tests de masse.

Épidémie « hors de contrôle »

Le régime a annoncé lundi que 1,78 milliard de doses de vaccin contre le Covid-19 avaient été administrées, mais que cela n’empêcherait pas les gens d’être infectés par le virus du PCC. Il a également annoncé de nouvelles infections locales dans les provinces du Henan, du Jiangsu, du Hunan et du Hubei.

À Zhengzhou, la capitale de la province centrale du Henan, touchée par les inondations, le gouvernement municipal a annoncé dimanche que 116 résidents avaient été testés positifs au Covid-19 depuis que l’épidémie actuelle a été détectée pour la première fois le 30 juillet – 40 d’entre eux ont été diagnostiqués dimanche. Comme le régime ne compte pas les patients sans symptômes comme des infections au Covid-19, 12 autres cas ont été signalés comme « porteurs asymptomatiques ».

L’épidémie de Zhengzhou a été détectée pour la première fois à l’hôpital n° 6, où les autorités de la ville ont déclaré que l’épidémie était « hors de contrôle », accusant le variant Delta, hautement contagieux.

« Nous avons désinfecté l’hôpital n° 6 de manière complète plus de 10 fois [depuis le 31 juillet] »ont dit les autorités lundi.

« Un médecin de l’hôpital n° 6 a été mis en quarantaine et testé 8 fois entre le 31 juillet et le 6 août. Les résultats des 7 premières fois étaient négatifs, et la dernière fois le test était positif. Il a été diagnostiqué comme un patient Covid-19 [après avoir présenté des symptômes] le 7 août »ont expliqué les autorités à propos des complications liées aux tests effectués le 7 août.

Un enfant subit un test de dépistage du Covid-19 à Zhengzhou, dans la province du Henan (Chine centrale), le 31 juillet 2021. (-/AFP via Getty Images)

Dans la soirée du 9 août, le régime a mis à jour sa liste des régions touchées par le Covid-19, qui comprend désormais 15 régions à « haut risque » et 201 régions à « risque moyen ». Tous les résidents des régions à haut risque ne sont pas autorisés à quitter leur domicile, et ces régions sont soumises à un confinement total par le régime. Les habitants des régions à risque moyen ne sont pas autorisés à quitter leur complexe résidentiel et sont considérés comme étant en confinement partiel.

Les régions classées au niveau et au-dessus du « risque moyen » couvrent la majeure partie de la Chine, de l’extrême nord de la Mongolie-Intérieure à la capitale Pékin, en passant par l’est du Jiangsu, du Shandong et de Shanghai, le centre du Henan et du Hubei, le sud-ouest du Sichuan et du Yunnan, le centre-sud du Hunan et le sud-est du Fujian.

Nicole Hao est une journaliste basée à Washington et spécialisée dans les sujets liés à la Chine. Avant de rejoindre le Epoch Media Group en juillet 2009, elle a travaillé en tant que chef de produit mondial pour une entreprise ferroviaire à Paris, en France.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.