Canada: mécontents face au recul de leurs libertés, des camionneurs expliquent pourquoi ils soutiennent massivement le Convoi de la liberté 2022

Plus qu'une manifestation de camionneurs

Par Jeff Sandes
28 janvier 2022 19:53 Mis à jour: 28 janvier 2022 19:53

Alors que des camionneurs et sympathisants des deux côtes du pays continuent à se diriger vers Ottawa, pour une manifestation sur la colline du Parlement prévue le 29 janvier, le soutien pour le mouvement augmente rapidement.

Sous le nom de « Convoi de la liberté 2022 », des camions de Prince Rupert et de Vancouver ont commencé leur périple vers l’est du Canada les 22 et 23 janvier respectivement, tandis qu’un autre groupe de Terre-Neuve a commencé son voyage vers l’ouest le 25 janvier. D’autres camions et véhicules personnels les rejoindront en cours de route.

Une page GoFundMe créée pour aider les chauffeurs à couvrir les frais de carburant, de nourriture et d’hébergement a recueilli plus de 6,5 millions de dollars au moment de la publication, avec près de 84 000 donateurs.

Les personnes désireuses de soutenir la cause des camionneurs ont soit pris leur véhicule personnel et rejoint le voyage vers Ottawa, soit apporté leur soutien à des endroits stratégiques le long des autoroutes par leurs acclamations, panneaux et bannières.

Rowan Stone, une lycéenne, a conduit pendant trois heures de chez elle à Cranbrook, en Colombie-Britannique, jusqu’à Golden, toujours dans la province, où elle a attendu deux heures de plus que les camions passent pour montrer sa pancarte fait maison en signe de soutien.

Atteinte d’une maladie auto-immune depuis l’an dernier, elle s’oppose à la vaccination obligatoire imposée par le gouvernement, elle admet avoir perdu des amis à cause de sa position, et, risque encore de perdre quelque chose de tout aussi précieux, car elle n’a pas reçu le vaccin Covid.

« J’ai appris que je devais me faire vacciner pour aller au bal des finissants », a-t-elle déclaré à Epoch Times. « Et ma mère ne peut même pas venir à ma remise de diplômes parce qu’elle n’est pas vaccinée. »

La compagnie Moore’s Produce, à Listowel, en Ontario, soutient aussi le mouvement des camionneurs. Comme Moore’s est une petite entreprise de camionnage, et qu’elle ne peut pas se permettre de faire participer ses chauffeurs au convoi, le directeur général Dave Nicholson a déclaré à Epoch Times que son entreprise pouvait montrer son soutien en faisant un don à la campagne GoFundMe.

« Nous ne faisons que soutenir nos collègues camionneurs », a déclaré Dave Nicholson. « Nous avons estimé qu’en signe de solidarité, nous devions les soutenir dans leur mission pour gagner leur indépendance et s’assurer qu’ils avaient tous un emploi. Nous sommes donc derrière eux à 100 %. »

Sean Tiessen est l’un des organisateurs britanno-colombiens de Canada Unity, l’organisme organisateur du convoi, et participe lui-même à la randonnée. Lorsqu’il se trouvait à plus de 100 kilomètres à l’ouest de Winnipeg, M. Tiessen a expliqué à Epoch Times que la circulation était dense. Lorsque les camions ont atteint Headingley, juste à l’extérieur de Winnipeg, ils pouvaient à peine bouger.

« C’était un embouteillage – un embouteillage incroyable », a déclaré M. Tiessen. « Je n’ai jamais autant aimé les embouteillages de ma vie. Et il y avait des gens garés tout le long du côté, et ils sont tous en train d’applaudir et il n’y a pas de négativité. Tout est positif. »

Pour M. Tiessen, le Convoi représente plus que des camionneurs mobilisés pour leur propre liberté. Ce sont des citoyens qui se tiennent à l’unisson pour la liberté de toutes les personnes affectées par les décrets de vaccination.

« Nous voulons nous assurer que les gens sont représentés et que leurs problèmes ne sont pas oubliés ou négligés », a-t-il déclaré. « Cette folie des décrets, c’est la raison pour laquelle nous faisons cela – pour nous assurer que tout le monde est conscient de tout ceci et des problèmes que ça cause aux gens. Nous voulons leur montrer à tous que nous sommes là pour eux et que nous ferons tout ce que nous pouvons pour les aider. »

Des partisans encouragent les camionneurs du Freedom Convoy 2022 lors de leur passage à Saskatoon, en Saskatchewan, le 24 janvier 2022. (Melissa Perepelkin)

Pendant ce temps, à Terre-Neuve, Chad Curnew a aidé à organiser un groupe de 12 camionneurs partis pour Ottawa tôt le matin du 25 janvier, prévoyant que d’autres les rejoindront une fois arrivés sur le continent. La province la plus orientale du Canada, en tant qu’île confrontée aux limites de son agriculture et d’autres industries, dépend fortement des camionneurs pour leur apporter de la nourriture et des fournitures, a déclaré M. Curnew dans une interview.

« Nous nous battons pour la liberté, pour récupérer nos libertés », a déclaré M. Curnew. « Nous n’avons pas d’autre choix que de soutenir le mouvement parce que nous sommes sur l’île. Il a été plus difficile pour les agriculteurs de cultiver ici, alors nous nous appuyons davantage sur le soutien des autres agriculteurs du Canada pour nous apporter de la nourriture. »

Melissa Perepelkin travaillait auparavant pour le gouvernement fédéral. Comme Mme Stone, elle n’est pas vaccinée et ne travaille plus pour le gouvernement. Elle était présente pour encourager le Convoi lors de son passage à Saskatoon le 24 janvier, et a bon espoir qu’il fera une différence une fois arrivé sur la colline du Parlement.

« Je suis heureuse que les gens prennent enfin position, et beaucoup d’entre nous ont mis de l’espoir dans ce Convoi », a déclaré Mme Perepelkin. « J’espère que lorsqu’ils arriveront à Ottawa, ils exerceront suffisamment de pression, ainsi que la pression sociale publique, qui obligera le gouvernement à faire des changements. »

Le 25 janvier, la page Instagram du Convoi canadien pour la liberté 2022 a vu son nombre d’adeptes passer de 60 000 à plus de 100 000 en moins de huit jours. Une page Facebook intitulée Convoy to Ottawa 2022 compte plus de 730 000 membres en date du 27 janvier.


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.